Nous suivre Acteurs du sport

Vers une Alliance européenne des acteurs du sport?

Sujets relatifs :

Aurélien Favre,
directeur exécutif EOSE (Observatoire européen de l'emploi et du sport). Diplômé du DESS en Management des organisations sportives, Lyon I. Il a intégré l'Observatoire européen du sport et de l'emploi en 2004 en tant que responsable des projets européens.

En quoi consiste le projet européen d'alliance sectorielle des acteurs du sport?

La Commission européenne vient de retenir un projet conduit par l'Observatoire européen du sport et de l'emploi (EOSE) et les partenaires sociaux européens du secteur (EASE and UNI-Europa Sport), regroupant au total vingt-quatre partenaires issus de dix-huit pays différents. Ce projet est financé par le programmeErasmus +, programme européen pour l'éducation, la formation, la jeunesse et le sport.

 

Pourquoi une alliance et pas un conseil?

La terminologie utilisée par la Commission européenne a évolué pour passer de « conseil sectoriel » à « alliance sectorielle » afin d'éviter toute confusion car il ne s'agit absolument pas d'un dispositif décisionnel mais d'un dispositif de dialogue qui vise à créer de la circulation d'informations dans plusieurs directions: depuis les acteurs des différents pays (fédérations, comités nationaux olympiques, gouvernements, employeurs, salariés, partenaires sociaux, collectivités, dispositifs de formation, régions...) en direction d'une alliance européenne issue de ces acteurs (approche ascendante), mais également et avant tout entre les acteurs d'un même pays. Mieux se connaître, mieux se comprendre, se parler plus facilement sont les maîtres mots de ce projet.

 

Qui porte ce projet?

Au niveau français, une table ronde nationale a été organisée par le CNOSF le 21 juin dernier et a conclu à la volonté commune des acteurs du secteur de contribuer et d'aller vers la mise en place d'une telle alliance. Du point de vue technique, c'est le Garef (groupe d'analyse de la relation emploi formation dans le sport: convention entre des universités et la branche sport) qui sera donc responsable de la mise en place du travail technique et scientifique au niveau national.

 

Que doit-on en attendre?

Ce projet permettra d'identifier les formes prises par ce secteur économique dans les différents pays de l'Union européenne, marché du travail, besoins de compétences, en métiers, formation professionnelle. Du sport compétitif au fitness en passant par les activités de pleine nature, les activités sont très diverses et il est délicat d'opérer des analyses homogènes. Du point de vue national, il s'agira d'instaurer une circulation rapide d'information et de permettre une consultation entre les acteurs. Quelles sont les problématiques des acteurs français vis-à-vis d'autres pays? Existe-t-il d'autres formes d'appréhension de ces problématiques dans d'autres pays? Quels sont les sujets qui retiennent l'attention des acteurs des autres pays? Le défi sera d'identifier la plus-value d'une telle plateforme afin de la pérenniser.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Interview : Frédéric Gil, directeur des affaires publiques du GIP France 2023 rugby

Interview : Frédéric Gil, directeur des affaires publiques du GIP France 2023 rugby

Frédéric Gil est directeur des affaires publiques du GIP France 2023 rugby. « C’est toute une nation qui doit bénéficier de l’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023 »   Quelles[…]

Interview de Cédric Leroy : "La notion d’héritage après les Jeux me semble cruciale"

Interview de Cédric Leroy : "La notion d’héritage après les Jeux me semble cruciale"

La professionnalisation doit prendre plus d’ampleur non pas pour remplacer le bénévolat mais pour lui permettre de continuer à s’engager

La professionnalisation doit prendre plus d’ampleur non pas pour remplacer le bénévolat mais pour lui permettre de continuer à s’engager

Metier : interview de François Beauchard

Metier : interview de François Beauchard

Plus d'articles