Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Une préoccupation internationale 

 

Pour que la lutte contre le dopage soit réellement efficace, il est nécessaire que l’ensemble des acteurs du monde sportif se voie appliquer les mêmes règles. Aussi, différents instruments ont été imaginés afin d’assurer une certaine synergie au niveau mondial dans l’objectif de lutter contre le dopage. 

 

1. L’Agence mondiale antidopage (AMA) 

 

a) Statuts 

 

L’Agence mondiale antidopage est à l’origine de la création, en 2003, du Code mondial antidopage(*). L’AMA, fondation de droit privé suisse, est située à Lausanne, avec un bureau principal à Montréal. Il s’agit d’une organisation internationale indépendante créée en 1999, financée conjointement par les mouvements sportifs et les gouvernements de nombreux pays. 

 

b) Missions  

 

Conformément à ses statuts, l’AMA a en charge de promouvoir, coordonner et superviser la lutte contre le dopage en milieu sportif, à l’international. Elle est également chargée de promouvoir la recherche pour identifier et détecter les substances et méthodes interdites. Elle prépare et révise ainsi annuellement la liste des substances et méthodes interdites, qui sert de référence aux législations nationales. Elle accrédite les laboratoires antidopage dans le monde et supervise les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques accordées. Elle développe et maintient une base de données permettant d’aider les acteurs nationaux et internationaux de lutte contre le dopage(*).  

 

Elle promeut également le développement d’actions contre le dopage par la création d’organisations régionales. Elle mène également des programmes d’éducation et de sensibilisation. 

 

Elle procède à des contrôles inopinés et hors compétitions, sans préavis. 

 

À consulter Le site de l’Agence mondiale antidopage : www.wada-ama.org 

 

L’AMA agit également en faveur de l’adoption du Code mondial antidopage par le mouvement sportif et les gouvernements nationaux. Elle contrôle la mise en place et le respect du Code mondial antidopage par les fédérations sportives internationales et les organisations nationales anti-dopage. Une première version du Code mondial antidopage est entrée en vigueur le 1er janvier 2004, suite à son adoption le 5 mars 2003. Une troisième version est en vigueur depuis le 1er janvier 2009(*). Ce code a pour objectif d’harmoniser les règles liées au dopage au niveau international. Il ne lie que les parties cocontractantes l’ayant reconnu. Il a également vocation à créer un standard international sur les contrôles, les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques ou encore la liste des interdictions et à harmoniser les normes et les sanctions applicables en matière de lutte contre le dopage dans tous les sports et dans tous les pays. Il émet également des recommandations. Il a été transposé en France en 2007. Le nouveau Code mondial antidopage renforce également les contrôles inopinés en obligeant les sportifs à enregistrer quotidiennement leur localisation par le biais du logiciel Adams. Il permet également de sanctionner le dopage de façon indirecte, c’est-à-dire sur la base de profils biologiques anormaux, et non de contrôles positifs, comme dans le cadre de l’affaire relative au coureur cycliste espagnol Alejandro Valverde(*). La gestion individuelle des résultats d’analyse anormaux, c’est-à-dire révélant la présence d’une substance ou méthode interdite, ne relève pas de l’Agence, mais de l’organisation nationale antidopage ou de la fédération sportive chargée du cas. 

 

L’Agence est toutefois[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Actualités juridiques

Actualités juridiques

Réponses parlementaires JO 6 novembre santé - Possible dangerosité des pelouses synthétiques 15ème législature - question n°12477 posée par M. Stéphane Testé (La[…]

07/11/2018 | Droit du sport
Actualités juridiques

Actualités juridiques

Qui pour surveiller la natation scolaire?

Qui pour surveiller la natation scolaire?

Actualités juridiques

Actualités juridiques

Plus d'articles