Nous suivre Acteurs du sport

Un bâtiment sportif sert de centre de décontamination

David Picot • david1picot@yahoo.fr
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Un bâtiment sportif sert de centre de décontamination

© SAM

À Trignac, une association agréée « sécurité civile » a eu l’idée de transformer un équipement sportif en un centre de décontamination Covid-19. Il bénéficie aux soignants libéraux angoissés à l’idée de transmettre le virus après leurs consultations et autres visites à domicile.

« Risque biologique. Attention. Zone contaminée »… Affiché à l’entrée, le message est un brin anxiogène. Le 24 mars dernier, l’association nazairienne Secours Assistance Médicale a ouvert un centre de décontamination Covid-19, à Trignac (Loire-Atlantique), dans ce qui ressemble à un gymnase, mis gracieusement à disposition, par la ville. « C’est plus précisément un club-house, doté de vestiaires et de douches, et qui était utilisé par un club de football qui s’est arrêté », souligne Claude Aufort, le maire.

Des forces vives et du matériel

« Oui, dans l’absolu, tous les gymnases de France pourraient être ainsi transformés », enchaîne Aurélien Noguet, infirmier et président d’une association agréée « Sécurité civile » et habituée à couvrir des festivals de musique, des marathons ou autres courses nature. « Avec la crise sanitaire, tous nos événements ont été annulés. Du coup, nous avions sollicité la préfecture, les mairies de Saint-Nazaire et de Trignac pour leur faire part de nos disponibilités pour aider ».
Les collectivités ont été les plus promptes à faire appel à cette association qui compte 45 adhérents : médecins (urgentistes…), infirmiers-infirmières, pharmaciens… Des forces vives donc, mais aussi du matériel : « nous sommes équipés comme l’est un Samu en termes de réanimation, par exemple. Nous avions aussi quelques stocks de masques et de sur-blouses ».

Un tunnel de décontamination

« Au départ, il avait été évoqué avec la préfecture, de mettre ce local à disposition de publics précaires », poursuit Aurélien Noguet. Finalement, l’idée d’un centre de décontamination a rapidement intéressé quantité de soignants libéraux angoissés à l’idée de ramener le virus à la maison ou de le transmettre à des patients. « Nous y avons installé un tunnel de décontamination », reprend Aurélien Noguet. « Les soignants cheminent, sans se croiser ni possibilité de faire demi-tour, entre déshabillage, première douche, rinçage, seconde douche, rinçage, séchage et habillage.

Donner des idées sur d’autres territoires

Pour l’heure, nous accueillons essentiellement des infirmières qui réalisent des tournées spécifiques auprès de patients infectés. Mais le centre est bien sûr ouvert aux médecins, kinésithérapeutes et sages-femmes qui côtoient eux aussi des malades », ajoute Aurélien Noguet.
Le maire de Trignac est en tout cas ravi de cette contribution : « avec la mairie de Saint-Nazaire qui nous a mis en relation avec l’association Secours Assistance Médicale, nous trouvons cette idée très pertinente et très utile. Si elle pouvait donner des idées sur d’autres territoires, ce serait tout bénéfice ».

Les Creps aussi sont mis à disposition

« Nos établissements sont vacants puisque tous les sportifs de haut niveau sont confinés. Il est donc tout à fait naturel de nous mobiliser pour accueillir les personnes les plus vulnérables », a souligné la ministre des Sports, Roxana Maracineanu. Pour répondre aux besoins des régions, quelques Creps ont été laissés à la disposition des préfectures et/ou des agences régionales de santé. C’est le cas en Ile-de-France où la région a ouvert un centre d’hébergement d’urgence de 180 places pour les sans-abri, dans les locaux du Creps de Châtenay-Malabry (Hauts-de-Seine).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Escrime : la solution est dans le partage

Escrime : la solution est dans le partage

L’escrime nécessite beaucoup d’espace. Les communes sont donc de plus en plus nombreuses à inciter les clubs à intégrer un projet mutualisé avec d’autres disciplines. Une solution permise par[…]

01/06/2020 |
"En investissant dans les stades, on se trompe de bataille " - Jérémy Moulard

"En investissant dans les stades, on se trompe de bataille " - Jérémy Moulard

Les jardiniers des terrains de sport font entendre leur voix

Les jardiniers des terrains de sport font entendre leur voix

Les piscines publiques vont-elles pouvoir rouvrir ?

Les piscines publiques vont-elles pouvoir rouvrir ?

Plus d'articles