abonné

Sport: les départements hésitent à passer le relais

relais

© william87 _ istock

Haut niveau, événementiel, aides aux structures... Ces deux dernières années, plus de la moitié des conseils départementaux ont « taillé » dans leur budget sport. Un constat qui revient à s'interroger sur la place réservée aux compétences non obligatoires - comme le sport - dans ces collectivités coincées entre les baisses des dotations de l'État et leur recentrage sur les missions de solidarité sociale. Pour l'heure, pas question toutefois de se désengager totalement. D'autant que ni les régions ni les intercommunalités ne semblent pressées de prendre le relais. Les départements sont sortis de la loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (dite « Notre »), du 7 août 2015, un brin estourbis. Rappelons qu'ils ont un temps été en sursis mais leur avenir devrait être à nouveau examiné à partir de 2020. Avec trois possibilités envisagées: une fusion avec la métropole, comme c'est le cas à Lyon (Rhône), la constitution d'une fédération d'intercommunalités lorsque le département en question compte des intercos fortes, ou enfin, un maintien, avec des compétences clarifiées, dans les départements - notamment ruraux - où les communautés de communes n'atteignent pas la masse critique.   Le social d'abord Par ailleurs, le législateur a recentré leurs missions sur la solidarité sociale. Celle-ci concerne principalement l'enfance (aide sociale à l'enfance ASE, protection maternelle et infantile PMI...), les personnes handicapées, les personnes âgées (politique de maintien des personnes âgées à domicile...) et encore les prestations légales d'aide sociale (revenu de solidarité active). Sur le plan financier, l'impact est lourd. Compétence emblématique des départements, l'action sociale représente aujourd'hui plus de la moitié de leur budget de fonctionnement. Ils ont également sauvegardé leurs[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Strasbourg bichonne ses bénévoles

Strasbourg bichonne ses bénévoles

Plus de 220 associations sportives, 132 disciplines, 75000 licenciés, 10000 manifestations sportives par an... la ville de Strasbourg (Bas-Rhin) a mis en place une « véritable politique » pour valoriser et[…]

10/10/2017 |
Le projet associatif se limite le plus souvent à augmenter le nombre d’adhérents et à gagner des compétitions

Le projet associatif se limite le plus souvent à augmenter le nombre d’adhérents et à gagner des compétitions

Le bénévolat sportif en quête  de sens

Le bénévolat sportif en quête de sens

Le motonautisme met le cap sur la plaisance

Le motonautisme met le cap sur la plaisance

Plus d'articles