Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Ski : des médailles, et maintenant des adhésions?

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

Sujets relatifs :

Ski : des médailles, et maintenant  des adhésions?

© agence Zoom

La France du ski a tenu ses promesses à PyeongChang. Elle apporte quatorze des quinze médailles glanées par la délégation française dont les cinq médailles d'or. Un nouveau challenge s'ouvre pour la fédération: transformer l'engouement médiatique en développement fédéral.

Ce sont les disciplines « traditionnelles »: ski alpin, fond et biathlon qui ont brillé aux Jeux olympiques organisés à PyeongChang et se taillent la part du lion avec dix médailles. Le ski freestyle et le snowboard ont de leur côté apporté quatre médailles. Des résultats cohérents avec les points forts du ski français: les disciplines alpines. Et pourtant, dans le même temps, la fédération enregistre une érosion du nombre de licences (passant de 138600 en 2011 à 120300 en 2016) et de clubs (1113 en 2011 et 976 en 2016) (1).

 

Des clubs plus proches de la fédération

Une situation qui contraste avec la place majeure du ski dans l'industrie touristique française et qui n'a pas échappé à la Fédération française de ski. À partir de 2014, elle a élaboré et mis en œuvre unPlan national: « Le loisir à la fédération, vecteur de développement ». En présentation du plan de développement, Michel Vion annonçait: « nous n'avons pas vocation à licencier les 6 millions de skieurs » et définissait six priorités fédérales(lire l'encadré). Samuel Lopez, responsable du développement au sein de la direction de la Fédération française de ski (FFS), dresse un point d'étape réaliste: « sur un plan quantitatif, nous sommes en deçà de nos espérances. Sur un plan qualitatif, la démarche est engagée et une dynamique nouvelle s'est enclenchée au sein des clubs que l'on sent plus proches de la fédération[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Athlète puis entraîneur national, l’archer Marc Dellenbach est un « pur produit du sport français » comme il se défnit. Depuis mars 2018, cet ancien CTS met pourtant son expertise à disposition[…]

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Épinal fabrique de la transversalité

Épinal fabrique de la transversalité

Plus d'articles