Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Schémas de développement du sport : une construction inachevée

David Picot • david1picot@yahoo.fr

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Schémas de développement du sport : une construction inachevée

© Sergey nivens- adobestock

En janvier 2015, le ministère des Sports a enjoint ses directions locales à piloter la réalisation de schémas régionaux de développement du sport. À l’échelle de chaque région et en lien avec les collectivités et le mouvement sportif. Presque quatre ans plus tard, les enjeux de rationalisation et de cohérence de l’action publique qu’ils visaient sont-ils atteints ? Oui sur le diagnostic mais pas vraiment sur l’appropriation et la prospection. Une phase qui devra être approfondie dans les futurs
« projets sportifs de territoire » que les acteurs locaux seront appelés à rédiger pour bénéficier de financements nationaux.

Nom de code DS/DSB4.  La circulaire n° 2015-13 du 20 janvier 2015 relative à l’élaboration de schémas de développement du sport en région (1) date de presque quatre ans.
Le temps d’une olympiade, fréquence propice à un premier bilan. Pour resituer le contexte, ce document gouvernemental est publié le mois qui suit l’adoption par l’Assemblée nationale, de la nouvelle carte des treize régions, précisément le 17 décembre 2014. Dans la foulée, le gouvernement supprime la clause de compétence générale qui permettait aux régions et aux départements d’intervenir en dehors de leurs missions principales, parfois de façon concurrente d’ailleurs. À l’exception notamment du sport pour lequel, chaque niveau de collectivité locale maintient alors une possibilité d’interventions (loi Notre, art. 28).

Effort de cohérence

À l’époque, l’État enjoint toutefois les acteurs sportifs locaux à un effort de cohérence. « L’intervention conjointe de toutes les collectivités publiques dans le champ du sport appelle en effet une démarche active visant à assurer leur prise en compte mutuelle et leur coordination afin de rationaliser l’action publique et de partager les priorités essentielles », est-il relevé dans la circulaire en question, adressée aux directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS). Lesquelles sont ainsi exhortées à engager l’élaboration d’un schéma régional de développement du sport (SRDS), « de concert avec les collectivités locales et le mouvement sportif ». Dans l’esprit, ce document n’a pas vocation à être prescriptif. Il est question d’un texte « d’orientation », de l’établissement « d’un diagnostic clair et partagé des politiques sportives sur le territoire ». Puis de la définition « des orientations communes ». Le tout portant sur les déterminants suivants : pratiquants, équipements et formation. Avec aussi l’enjeu que ces schémas soient « véritablement connectés à la décision politique ».


Photographie

Avec le recul, certaines régions avaient pris un peu d’avance sur la circulaire de 2015. C’est le cas du Centre . « Nous sommes partis de l’équipement sportif qui constitue un élément favorisant le développement des différentes pratiques », explique Jean-Louis Desnoues, président du comité[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Actualité juridique

Actualité juridique

Réponses parlementaires Sénat  du 8 novembre Pratique du sport par les personnes de plus de soixante ans Question n° 06564 posée par Mme Florence Lassarade Réponse du Ministère des sports  

14/11/2018 |
La revue de presse de la semaine

La revue de presse de la semaine

6,7 M€ d’excédent pour le GIP Paris 2024

6,7 M€ d’excédent pour le GIP Paris 2024

Le sport au Salon des maires : un programme fourni

Le sport au Salon des maires : un programme fourni

Plus d'articles