Nous suivre Acteurs du sport

Réforme territoriale: le judo adopte une nouvelle gouvernance

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

Chiffres clés
- 584615 licenciés (2014).

- 5700 clubs. - 26000 dirigeants.

- 50000 ceintures noires actives. Fédération française de judo, ju-jitsu, kendo et disciplines associées

21-25 avenue de la Porte de Châtillon, 75680 Paris Cedex 14, 0140521616

- www.ffjudo.com

Contact: Patrick Lacombe, patrick.lacombe@ffjudo.com

La régionalisation doit être l'occasion de repenser le réseau des équipements
« Nous devons tirer les conséquences du regroupement des régions », constate Jean-Claude Senaud. « Celles-ci pourront rassembler plus de dix départements. Ce qui fait que la future ligue du Sud-Ouest constituera un ensemble plus important que la Belgique et que la nouvelle région Midi-Pyrénées égalera l'Autriche », précise-t-il. Une nouvelle configuration qui nécessite de repenser en profondeur le réseau des équipements nécessaires au judo pour répondre aux besoins de compétition actuels et futurs. « Pour organiser nos manifestations à cette échelle, nous aurons besoin de dojos disposant de huit à dix tapis », ajoute le DTN. La fédération souhaite également aller plus loin dans le domaine de la proximité pour lutter contre les déserts ruraux de judo et disposer en milieu urbain d'un réseau de dojos de proximité. Pour consolider la vie des villages et des quartiers, l'amélioration et la création de nouveaux dojos seront nécessaires. Encore faut-il que ces équipements soient adaptés, car le dojo n'est pas seulement une salle de sport mais aussi, comme son nom l'indique (DO, la voie et JO le lieu), un lieu où l'on recherche « la voie », c'est-à-dire « le chemin pour conduire l'homme au plus haut de lui-même ». C'est dans des installations bien conçues que le judo pourra révéler l'ensemble des valeurs éducatives qu'il recèle. La fédération met à cet effet sur son site (espace service) une documentation technique complète avec des exemples de dojos modulables.

Réforme territoriale: le judo  adopte une nouvelle gouvernance

© AUFORT Jérome - Fotolia.com

Après la perte du mercredi matin suite à la réforme des rythmes scolaires, la Fédération française de judo s'apprête à affronter la réforme territoriale et la montée en puissance des régions. Grâce au plan d'action territorial régional, elle entendmobiliser ses clubs locaux.

Pour la Fédération française de judo, le choc lié à l'aménagement du temps scolaire a été frontal. La perte du créneau du mercredi matin, qu'il n'a souvent pas été possible de remplacer à d'autres moments de la semaine, s'est traduite par un recul des effectifs de 3,3 %. Un choc amplifié dans une discipline où les jeunes constituent la grande masse des adhérents (50 % ont moins de 10 ans dont 30 % entre 6 et 8 ans).

 

Conquérir de nouveaux publics

Avec 584615 licenciés, la fédération est donc repassée sous la barre symbolique des 600000 licenciés, dépassée l'année précédente. Ceci dans un contexte où le prochain redécoupage territorial régional suscite des interrogations. Mais le judo se veut tout sauf attentiste: « Nous étions engagés dans une réforme structurelle à travers notre projet de plan d'action territorial (PAT). L'annonce du prochain redécoupage des régions est une occasion d'aller plus vite et plus loin car les motifs du changement sont mieux compris et partagés au sein de nos instances », indique le directeur technique national (DTN), Jean-Claude Senaud. L'assemblée générale 2015 de la FFJDA doit en effet marquer une étape importante de la réforme fédérale en cours car elle adoptera une nouvelle gouvernance fédérale destinée à reconnaître à tous les niveaux des instances le fait territorial. Au terme de celle-ci, les présidents de ligue seront membres du comité directeur fédéral et les présidents de comités départementaux membres du comité directeur de ligue. Objectif: se donner les moyens de répondre aux demandes des publics qui viennent vers la fédération et conquérir de nouveaux publics. « 50 % des garçons de 5 ans feront du judo, un peu moins chez les filles. Pour bien les accueillir, pour accueillir de nouveaux publics, la fédération ne peut rien sans ses clubs. Son rôle, le rôle des ligues et comités départementaux est de les y aider », poursuit le DTN.

Un pôle territorial de gestion et d'administration

En jeu, un véritable renversement où la structure fédérale, où le national, doivent être au service des territoires. Un processus engagé dès 2007 à travers une réflexion sur le PAT confiée par le président, Jean-Luc Rougé à un membre de son comité directeur André Bourreau et qui s'est poursuivie, du club au national, par la définition des rôles, missions et responsabilités de chacun des niveaux territoriaux. Place aujourd'hui au dernier étage de la fusée, le PAT régional. À l'initiative de la fédération, chaque ligue est invitée à mettre en place son plan d'action territorial. Un plan qui s'appuie sur deux piliers: une mutualisation administrative et un plan de développement régional.

La mutualisation va se traduire par la mise en place d'un « pôle territorial de gestion et d'administration ». Il s'agit de confier à une même personne en un seul point (la ligue) la tenue des comptes et l'administration des structures et de confier cette fonction à une personne que la fédération salarie directement. À ce jour, six personnes sont déjà en place avec la volonté d'élargir le réseau à l'ensemble des régions en tenant compte du nouveau découpage à venir. Une formule conçue pour respecter l'identité de chacun des participants: chaque organisme conserve sa propre comptabilité, seule la tenue des écritures est transférée, et qui vise à décharger les dirigeants des tâches matérielles et routinières pour leur permettre de consacrer plus de temps à la prise de décisions, aux relations humaines.

 

Marge de manœuvre

Deuxième axe: le projet territorial. Un projet décliné selon trois axes: la formation, le haut niveau, le développement. Dans le cadre de la feuille de route fédérale, chaque ligue possède une marge de manœuvre qui lui permet d'adapter le schéma général aux spécificités de son territoire et de ses projets. Pour le président de la ligue de judo des Pays de la Loire, Raynal Costantini, la mutualisation passe ainsi par la mise en place d'un groupement d'employeurs régional judo (GER). « Cela permettra de fidéliser nos cadres en leur offrant de véritables carrières à travers une offre diversifiée d'emplois et de soulager les dirigeants pour lesquels la gestion des emplois peut constituer une charge importante. Nos structures souvent petites ont du mal à offrir des salaires attractifs à leurs cadres pour les fidéliser. Leur offrir du temps de travail supplémentaire en dehors des horaires de clubs, à travers la mise en place d'activités pour de nouveaux publics, est une solution ».

 

Études de marché ciblées

Une solution qui passe par la mise à disposition des clubs des « études de marché ciblées » sous formes d'analyses et de cartes. La ligue a ainsi réalisé pour chaque club le repérage des établissements scolaires et de santé auxquels ceux-ci pourront faire des offres de service. Elle les accompagnera dans leurs démarches de prospection comme par la mise en place de formations adaptées à ces nouveaux publics.

Même si on n'en connaît pas encore précisément les contours, les réformes territoriales s'annoncent comme incontournables. Raison de plus pour s'y préparer. Pourtant, au sein du mouvement sportif, on cherche les initiatives prises dans ce sens. Sans doute parce que « l'entraide et la prospérité mutuelle » sont inscrites dans l'ADN de la discipline, le judo apparaît très en avance dans ce domaine.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

La ville de Viry-Châtillon a engagé une démarche expérimentale baptisée ViryVerySport. Elle vise à remettre les équipements collectifs à la disposition du plus grand nombre. Il s'agit de[…]

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Plus d'articles