abonné

Présidentielle: le sport fait consensus

David Picot| david1picot@yahoo.fr

Sujets relatifs :

dossier 188

© 101cats - istock

Parent pauvre des politiques publiques depuis des lustres, le sport l'est resté au cours de cette campagne présidentielle. Les candidats se retrouvent sur les grands chapitres du « sport qui se pratique »: sport pour tous, à l'école, pour des raisons de santé/bien-être, etc. En revanche, peu de candidats s'aventurent sur les questions de gouvernance. Quant au financement... Entre les « affaires » et autres thématiques régaliennes, le sport, sans réelle surprise, peine à émerger au cours de cette campagne présidentielle 2017. Une plongée dans les programmes (1) met en évidence un premier constat principal: le sport n'est guère clivant. Les candidats se retrouvent en effet sur de nombreux aspects, relatifs « au sport qui se pratique ». Benoît Hamon (Parti socialiste - PS) envisage de promouvoir une « vraie culture de l'activité sportive », de façon à ce que celle-ci devienne « naturelle, de la petite école à la fin de vie » (2). Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), aussi, veut « valoriser le sport au niveau scolaire » avec 6 heures de sport par semaine en primaire. François Fillon (Les Républicains) parle de « 10 % du temps scolaire » consacré au sport dans le primaire et de 14 % dans le secondaire. Emmanuel Macron (En Marche) - qui veut faire de la génération 2017-2024 à l'école une génération sportive - et François Fillon s'accordent d'ailleurs sur l'importance du sport à l'école mais aussi sur la façon de procéder: tous deux prônent un rapprochement entre les établissements scolaires et les associations sportives.   L'école et la santé rassemblent L'école donc mais aussi la santé! Alors qu'il a pris son envol avec la loi Touraine du 26 janvier 2016, le sport-santé est au cœur de nombreux programmes. C'est d'ailleurs le point sur lequel insiste particulièrement Benoît Hamon qui propose un grand « plan national sport et santé », pour combattre les maladies chroniques. Il propose ainsi de compléter la partie de la loi Touraine consacrée au sport sur ordonnance avec « le remboursement par l'Assurance-maladie, des activités sportives prescrites par un médecin pour les patients atteints d'une affection de longue durée (diabète, cancer, maladies cardio-vasculaires, obésité...) ». Proposition qui figure[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Strasbourg bichonne ses bénévoles

Strasbourg bichonne ses bénévoles

Plus de 220 associations sportives, 132 disciplines, 75000 licenciés, 10000 manifestations sportives par an... la ville de Strasbourg (Bas-Rhin) a mis en place une « véritable politique » pour valoriser et[…]

10/10/2017 |
Le projet associatif se limite le plus souvent à augmenter le nombre d’adhérents et à gagner des compétitions

Le projet associatif se limite le plus souvent à augmenter le nombre d’adhérents et à gagner des compétitions

Le bénévolat sportif en quête  de sens

Le bénévolat sportif en quête de sens

Le motonautisme met le cap sur la plaisance

Le motonautisme met le cap sur la plaisance

Plus d'articles