Nous suivre Acteurs du sport

Pour se développer, l'aviron mise sur l'optimisation

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

La FF d'aviron en chiffres
- 47000 licenciés. - 60 % d'hommes. - 40 % de femmes. - 122400 pratiquants. - 423 clubs sur tout le territoire français. - 90 comités départementaux. - 13 ligues métropolitaines. - 3 ligues ultramarines. - 34 médailles olympiques (7 or, 14 argent, 13 bronze). - 3 médailles paralympiques (2 argent, 1 bronze). - 97 médailles aux championnats du monde depuis 1962 (25 or, 47 argent, 25 bronze). - 144 médailles aux championnats d'Europe depuis 1893 (50 or, 43 argent, 49 bronze). - Fédération française d'aviron, 17 boulevard de la Marne, 94736 Nogent-sur-Marne Cedex, 0145142640, www.avironfrance.fr

Pour se développer, l'aviron mise sur l'optimisation

© Corepics - adobestock

Déjà au plus haut niveau sportif, l'aviron est confronté aux difficultés d'accès à l'eau. Pour se développer, il mise sur de nouveaux programmes (loisir, santé, jeunes) et de nouveaux espaces (mer, indoor). Une démarche en partenariat avec les collectivités locales en s'appuyant sur la volonté d'animer les territoires.

Avec 46000 licenciés (plus de 120000 pratiquants), 423 clubs, des effectifs en croissance régulière (+ 2 %), un haut niveau performant (trois médailles à Rio, six bateaux en finale), l'aviron va bien. «Même si, comme d'autres sports, l'aviron, malgré sa belle image, souffre de sous-médiatisation », constate Jean-Jacques Mulot, le président de la Fédération française d'aviron. «La perspective de Paris 2024 vient booster les plans fédéraux. Sur le plan olympique, nous devrons nous adapter aux évolutions: disparition d'une discipline poids léger où traditionnellement nous sommes performants, et féminisation. Ces évolutions vont toutefois dans le bon sens car, avec 526 participants, l'aviron demeure une des disciplines les mieux représentées aux jeux », poursuit le président.

 

Accès à l'eau

Pourtant, si on considère le nombre des pratiquants, l'aviron tricolore présente encore un fort potentiel de développement. Mais les freins à la pratique sont réels. La première chose que Gilles Purier, directeur technique national (DTN) adjoint en charge du développement, met en avant c'est l'accès à l'eau. «S'implanter au bord d'une rivière est de plus en plus difficile. Partout les meilleurs emplacements sont déjà pris, surtout en bord de mer. Sur les eaux intérieures, il faut aussi compter sur la réglementation privilégiant la navigation commerciale.» Des pressions foncières et sociales qui menacent régulièrement des clubs qu'on croyait durablement installés et que la fédération doit protéger avec l'aide des collectivités territoriales.

 

Bases nautiques existantes

La création régulière d'une dizaine de clubs chaque année souligne que ces difficultés ne freinent pas les volontés. Et l'entraide sportive fonctionne. Au lancement, les clubs voisins, la ligue régionale prêtent le plus souvent les embarcations. Pour durer, les nouvelles structures devront progressivement réunir un garage à bateaux de 400 à 500 m2, un ponton pour l'accès à l'eau, et du matériel collectif soit entre 3 000 et 5 000 euros par siège sachant que la fédération préconise une vingtaine de sièges pour débuter. «Notre développement passera nécessairement par le développement de l'aviron dans des bases nautiques existantes, notamment en mer », poursuit Gilles Purier. «Nous souhaitons travailler avec celles qui voudraient développer l'aviron comme nouvelle activité. Nous disposons maintenant de bateaux d'initiation et de loisir et de cadres formés qui faciliteront ce développement.»

 

Facile d'accès

Popularisé par les grandes traversées comme celles réalisées par Gérard d'Abboville, l'aviron de mer se développe à côté des pratiques traditionnelles (à banc fixe) avec des embarcations plus modernes, équipées de bancs à coulisse. L'aviron de mer est assez facile d'accès. Les embarcations sont plus robustes et surtout plus stables que les embarcations utilisées en rivière. En revanche, la maîtrise technique de la pratique ne suffit pas à faire un bon rameur en mer. Pour cela, il est important de maîtriser également tous les aspects de la navigation: la connaissance des courants, des marées et des vents, la navigation dans la vague, la cartographie du milieu, la connaissance du trafic maritime. En octobre 2017, la France a accueilli à Thonon-les-Bains 700 rameurs et rameuses de vingt-cinq pays pour les championnats du monde de la discipline.

 

Tanks à ramer

Pour s'entraîner en intérieur, beaucoup de clubs sont équipés de « tanks à ramer », installation d'intérieur composée de sièges d'aviron et de deux bassins d'eau. Dans les années 1970, ils ont été complétés par des ergomètres. La révolution se produit dans les années 1990 avec la sortie d'un ergomètre léger, solide et abordable financièrement. Le premier qui intègre un moniteur de performance électronique permettant d'évaluer la puissance développée et la distance parcourue. Étalonnées, ces machines permettent de comparer les performances de rameurs entre eux. L'aviron indoor est devenu une discipline à part entière (la fédération a obtenu l'agrément en 2013) pour laquelle elle a créé une licence spécifique. Les participants s'affrontent à travers des challenges en ligne mais aussi lors de manifestations qui peuvent rassembler 2000 personnes comme les championnats de France ou les championnats d'Europe. Pour ceux et celles que la compétition ne tente pas, la fédération a développé l'Avifit, une façon inédite de pratiquer l'aviron indoor (lire encadré). « Le nombre de ces pratiquants double chaque année et pour 60 % ce sont des féminines », ajoute le président, confiant dans le potentiel de ces nouvelles activités.

 

Animer les territoires

Dans une perspective d'aménagement du territoire, ces diversifications sont une manière d'offrir une nouvelle activité sans créer d'infrastructures supplémentaires, de minimiser les conflits d'usages et d'optimiser les équipements existants. «Nous avons développé un bateau d'apprentissage, « le rowing board », une petite planche à ramer monoplace, stable, auto-videuse, qui permet à un débutant de découvrir le milieu et de s'initier à l'aviron en eaux intérieures comme en mer. Le tout pour un coût raisonnable (1200 euros) ». Pour le président de la fédération, Jean-Jacques Mulot, «nos clubs doivent contribuer à animer les territoires. En organisant des manifestations et des compétitions. Mais pas seulement. En élargissant leurs activités au-delà de la compétition vers le loisir, l'éducation et la santé. Notre projet fédéral les y aide en soutenant la large palette des activités de l'aviron et à travers les programmes que nous mettons en place. »

 

Programmes fédéraux
Aviron santé Pour Bénédicte,
53 ans, opérée d'un cancer du sein et pratiquante aviron santé, « la machine à ramer m'a appris à remployer bras et jambes... L'ergomètre a été une façon de renouer avec l'effort... et ma première sortie sous une averse neige pluie mémorable. Mais j'en suis sortie ravie ». Elle a aussi récupéré l'usage d'une moitié du corps altérée par la maladie. C'est une des multiples vertus de l'aviron dont la pratique peut s'adapter à tous types de publics et aux spécificités de chacun. Le programme aviron santé de la FF d'aviron s'appuie sur des coachs aviron santé, spécialement formés à cet effet, intervenant dans des clubs respectant un cahier des charges précis. Les programmes d'activités personnalisés sont définis en lien avec le ou les médecins traitant dans le cadre des réseaux sport santé bien-être.

Avifit
Il s'agit de cours collectifs, à la frontière du sport et du fitness, rythmés par de la musique, Les cours réalisés à partir d'exercices simples, variés, alternent pratique de l'ergomètre et exercices de préparation physique dans une ambiance ludique. La fédération recommande de commencer par un parc de huit à dix ergomètres et labellise les clubs qui s'engagent dans ce programme.

Rame en 5e
Ce programme s'articule autourd'une séance d'aviron indoor et d'ateliers sciences et vie de la terre sur le fonctionnement du corps humain, abordant différents thèmes (digestion, apports et dépenses caloriques, appareils respiratoire et cardiovasculaire...). Au cours de la séance, chaque élève réalise unparcourssur 40 secondes. Une moyenne collective est calculée à partir des performances individuelles et permet de classer chaqueclasse en temps réel, au niveau national. 700 classes de 171 établissements ont participé au programme en 2017.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

À Limoges le sport se diversifie

À Limoges le sport se diversifie

Si Limoges est associée au CSP, le fameux club de basket, depuis les années 1980 sa politique sportive s’est largement diversifiée et anticipe sur les nouveaux besoins. Elle vient d’être reconnue membre du[…]

03/12/2019 |
Région Sud : dotation olympique

Région Sud : dotation olympique

Grand Est : la conférence régionale invite les pratiquants

Grand Est : la conférence régionale invite les pratiquants

Interview de Frédéric Sanaur

Interview de Frédéric Sanaur

Plus d'articles