Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Pour se développer, l'aviron mise sur l'optimisation

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com
Pour se développer, l'aviron mise sur l'optimisation

© Corepics - adobestock

Déjà au plus haut niveau sportif, l'aviron est confronté aux difficultés d'accès à l'eau. Pour se développer, il mise sur de nouveaux programmes (loisir, santé, jeunes) et de nouveaux espaces (mer, indoor). Une démarche en partenariat avec les collectivités locales en s'appuyant sur la volonté d'animer les territoires.

Avec 46000 licenciés (plus de 120000 pratiquants), 423 clubs, des effectifs en croissance régulière (+ 2 %), un haut niveau performant (trois médailles à Rio, six bateaux en finale), l'aviron va bien. «Même si, comme d'autres sports, l'aviron, malgré sa belle image, souffre de sous-médiatisation », constate Jean-Jacques Mulot, le président de la Fédération française d'aviron. «La perspective de Paris 2024 vient booster les plans fédéraux. Sur le plan olympique, nous devrons nous adapter aux évolutions: disparition d'une discipline poids léger où traditionnellement nous sommes performants, et féminisation. Ces évolutions vont toutefois dans le bon sens car, avec 526 participants, l'aviron demeure une des disciplines les mieux représentées aux jeux », poursuit le président.

 

Accès à l'eau

Pourtant, si on considère le nombre des pratiquants, l'aviron tricolore présente encore un fort potentiel de développement. Mais les freins à la pratique sont réels. La première chose que Gilles Purier, directeur technique national (DTN) adjoint en charge du développement, met en avant c'est l'accès à l'eau. «S'implanter au bord d'une rivière est de plus en plus difficile. Partout les meilleurs emplacements sont déjà pris, surtout en bord de mer. Sur les eaux intérieures, il faut aussi compter sur la réglementation privilégiant la navigation commerciale.» Des pressions foncières et sociales qui menacent régulièrement des clubs qu'on croyait durablement installés et que la fédération doit protéger avec l'aide des collectivités territoriales.

 

Bases nautiques existantes

La création régulière d'une dizaine de clubs chaque année[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Athlète puis entraîneur national, l’archer Marc Dellenbach est un « pur produit du sport français » comme il se défnit. Depuis mars 2018, cet ancien CTS met pourtant son expertise à disposition[…]

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Épinal fabrique de la transversalité

Épinal fabrique de la transversalité

Plus d'articles