Nous suivre Acteurs du sport

Pendant le confinement, retour sur la gouvernance du sport - Épisode 1 par Patrick Bayeux

Patrick Bayeux • patrick-bayeux@orange.fr
1 commentaire

1 commentaire

- 15/04/2020 11h:19

Le chantier prioritaire à court terme est de sauver les clubs sportifs qui ont leurs activités suspendues mais pas les charges. Des miliiers de clubs vont disparaitre si on ne leur vient pas en aide sur le plan financier. Je propose de créer un Collectif SOSS (SOS SPORTS) réunissant l'ensemble des Fédérations sportives pour monter un dossier à présenter d'urgence au Gouvernement en lui rappelant que le sport c'est aussi 200 000 emplois, une activité indispensable pour la santé, etc..Je suis un ancien président de club sportif à Paris.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Pendant le confinement, retour sur la gouvernance du sport - Épisode 1 par Patrick Bayeux

En cette période de confinement nous revenons sur les différents épisodes qui ont marqué le chantier de la gouvernance du sport.  Premier épisode d’une série de 4 : le lancement de la démarche.

Au commencement était … le programme du candidat Macron et plus particulièrement l’objectif 2 : "Adapter l’organisation du sport en France".

«  L’organisation du sport en France est héritée de l’après-guerre et n’est plus adaptée aux enjeux de notre société. Nous devons construire une gouvernance plus claire et efficace de nos fédérations sportives.
Nous redéfinirons l’organisation de la politique du sport au niveau national. Nous donnerons davantage d’autonomie aux fédérations sportives et au comité national olympique (CNOSF), aux acteurs locaux en recentrant l’action de l’Etat sur des missions essentielles de coordination, de règlementation et d’évaluation éthique des compétitions (lutte anti-dopage, transparence sur les flux financiers dans le sport, etc.) » 

L’élection passée, Laura Flessel s’est vue dans la feuille de route signée  du premier ministre datée du 9 août 2017 confiée 7 missions dont celle « d’engager une démarche de confiance envers le mouvement sportif français en donnant davantage d’autonomie aux fédérations sportives et au CNOSF ainsi qu’aux acteurs locaux et en recentrant l’action de l’Etat sur des missions essentielles de coordination, de réglementation et de contrôle notamment éthique ».

Passé Lima en septembre qui a entériné l’attribution simultanée des éditions 2024 et 2028 (Los Angeles avait annoncé début juillet renoncer à être candidat pour 2024), le président Macron saluait «  ce succès et la formidable opportunité que les Jeux représentent pour accompagner la transformation de notre pays, accroitre son attractivité internationale, dynamiser nos territoires, et renforcer la place du sport partout en France » 

C’est finalement le 22 novembre 2017 qu’est installé le comité de pilotage sur la gouvernance du sport avec l’objectif de « repenser l’organisation du sport français avec une autonomie accrue du mouvement sportif en clarifiant le rôle de l’Etat et des collectivités territoriales » Et une commande « co-construire un modèle de gouvernance partagée, à responsabilités réparties entre l’Etat, le mouvement sportif, les collectivités territoriales ainsi que les partenaires privés. »
Débute ainsi une série de concertation sous la forme de séminaires.


En même temps… sont lancées une multitude de missions sur l’organisation du sport.  Pour troubler les pistes ? Jamais la période n’a été aussi prolifique sur la production de rapports sur l’organisation du sport en France !

L’étude annuelle du conseil d’Etat 2019 « Le sport : quelle politique publique ? »  

Des rapports parlementaires :

Les rapports de France stratégie :

Les avis du Conseil Economique Social et Environnemental :

Sans oublier CAP 22 lancé en octobre 2018  dont les conclusions seront publiées en juin 2018 et qu’il convient de rappeler …  nous reviendrons dessus
«  dans le domaine des sports, nous proposons de créer une Agence nationale du sport, établissement public cogéré avec le mouvement sportif, en charge du sport de haut niveau et de la préparation sportive pour les grandes compétitions7. Le soutien au mouvement sportif serait redéfini à travers la remise en cause du soutien financier aux fédérations les mieux dotées, la mise en extinction progressive du corps des conseillers techniques sportifs (CTS) et l’attribution d’une subvention aux fédérations les moins dotées pour le recrutement de leurs cadres techniques. La création d’une telle agence pourra d’ailleurs conduire à s’interroger sur l’opportunité du maintien d’un ministère de plein exercice. » «   

Prochain épisode : une vision prometteuse...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Les fondateurs de l’Agence nationale du sport s’opposent aux propositions du Conseil d’État sur le décret « gouvernance du sport »

Les fondateurs de l’Agence nationale du sport s’opposent aux propositions du Conseil d’État sur le décret « gouvernance du sport »

Alors que la discussion bat son plein entre le ministère des Sports et le Conseil d’État sur le projet de décret relatif aux conférences régionales du sport et aux conférences des financeurs du[…]

Le Conseil d’État adresse un carton jaune à l’Agence nationale du sport mais maintient  la partie en jeu

Le Conseil d’État adresse un carton jaune à l’Agence nationale du sport mais maintient la partie en jeu

« Désormais, Charentes tourisme fait la promotion de l’offre des deux départements »

« Désormais, Charentes tourisme fait la promotion de l’offre des deux départements »

Charente : le sport pleine nature !

Charente : le sport pleine nature !

Plus d'articles