Nous suivre Acteurs du sport

Pelouses : le synthétique se fait naturel

Idir Zebboudj • idir.zebboudj@gmail.com

Sujets relatifs :

,

Prix : tout dépend du type de gazon
Combien coûte une pelouse de grand stade aux dimensions réglementaires (105 x 68 m) ? Tout dépend d'abord du type de gazon choisi. Pour un gazon naturel sur substrat classique (terre-sable), il en coûtera à son acquéreur quelque 300 000 euros*. Pour un gazon naturel sur substrat élaboré prêt à l'emploi, il faut compter entre 150 000 et 200 000 euros supplémentaires. À l'autre bout du spectre, l'investissement nécessaire à l'acquisition et l'installation d'un gazon mixte est de l'ordre de 800 000 euros, voire du million d'euros. Les gazons synthétiques se positionnent entre les deux, avec un coût à l'investissement de l'ordre de 600 000 euros. Mais ils engendrent des charges d'entretien limitées, autour de 50 000 euros annuels (redressement des fibres, recharge en granulats...), soit un budget cinq fois moins élevé que celui nécessaire à un gazon naturel (250 000 euros€ annuels). Les frais d'entretien des terrains mixtes sont du même ordre que ceux des pelouses synthétiques. * Prix hors taxes (y compris pour entretien), dégagements réglementaires et équipements (buts, main courante...) compris.

Les matchs peuvent reprendre plus vite
De nombreux stades prestigieux bénéficient d'une pelouse GrassMaster, dont l'Emirates Stadium de l'Arsenal Football Club, depuis 2006. En France, les stades de la Beaujoire à Nantes et Océane au Havre ainsi que le centre d'entraînement de l'AS Monaco en sont équipés. Mais les amateurs de sport et les fans de l'équipe de France de football ont, sans le savoir, éprouvé les qualités drainantes de cette pelouse hybride. Son match de poule l'opposant à l'Ukraine, lors de l'Euro 2012, sur le terrain du Shaktar Donetsk (Ukraine), avait été interrompu au bout de cinq minutes de jeu pour cause d'orage. Or le match avait pu reprendre dans de bonnes conditions après seulement une heure d'interruption. Au grand étonnement des observateurs, mais pas des joueurs, à en croire Sylvain Gomez : « Samir Nasri - joueur international qui a évolué à Arsenal de 2008 à 2011, NDLR -savait que le match allait pouvoir reprendre rapidement. ». Ce grâce aux fibres synthétiques qui accélèrent le drainage.

Obtenir un gazon à la fois résistant et confortable, supportant les intempéries et les affres de l'hiver ? C'est possible sans recourir à une pelouse intégralement synthétique. GrassMaster, Radicalé, Terrafoot. Tour d'horizon des dernières solutions disponibles.

Soumis à des usages de plus en plus variés (manifestations sportives de différentes disciplines, concerts, spectacles...), les terrains engazonnés sont tenus de répondre à des exigences accrues en termes de durée de vie, de confort et de polyvalence. Désormais, un stade, pour être rentable, doit être en mesure d'accueillir, sur une même pelouse, plusieurs clubs résidents, appartenant à différentes disciplines sans que la qualité de jeu ne s'en ressente.

Une fibre sur deux

Organisatrice du prochain Euro de football en 2016, la France, qui rénove ses stades et en construit de nouveaux, rattrape son retard en s'équipant de gazons qui, s'ils restent naturels, intègrent des fibres synthétiques pour gagner en performance et en durabilité. L'une des solutions les plus prisées à l'heure actuelle (voir encadré) est sans doute celle développée par la société hollandaise Desso Sports Systems. Dénommée -GrassMaster, elle consiste à transplanter, par injection, des fibres synthétiques sur un gazon naturel semé (à raison d'une fibre tous les deux centimètres carrés). Principal avantage : une qualité de jeu identique à celle obtenue avec un gazon 100 % naturel : « nombre de joueurs de football de haut niveau se plaignent d'avoir de mauvais appuis sur gazon synthétique », affirme -Sylvain Gomez, attaché de communication du groupe Gauci, membre de Sport International, qui commercialise GrassMaster.

 

Multifonctionnel

En plus du temps de pousse du gazon naturel, il faut compter trois à quatre semaines supplémentaires pour le piquage des fibres synthétiques. Celles-ci, bien qu'apparentes, n'affleurent qu'à 1,5 cm au maximum, contre 3 cm pour les brins d'herbe. L'injection est effectuée à l'aide d'une « tricoteuse » sur chenilles pouvant être pilotée par ordinateur. L'ajout des fibres confère également une plus grande stabilité au gazon naturel, en permettant aux racines de s'enfoncer jusqu'à une vingtaine de centimètres de profondeur dans le substrat. D'où une plus grande résistance de la pelouse, dès lors capable d'accueillir sans dommages de multiples manifestations, qu'elles soient sportives (succession de matches de football, de rugby...), ou extra-sportives : « Cette résistance accrue permet de rendre un stade multifonctionnel, poursuit -Sylvain Gomez. Une pelouse naturelle renforcée par des fibres synthétiques n'a pas besoin d'être retirée pour accueillir une estrade. » Une propriété qui octroie un gain de temps précieux et contribue ainsi à la polyvalence de l'infrastructure sportive.

Faciliter le drainage

Au même titre que le système GrassMaster, le substrat pour le gazon Radicalé, conçu en 2009 par une jeune pousse parisienne, Natural Grass, recourt à des fibres synthétiques. Mais dans ce cas, elles sont préalablement mélangées au substrat (composé de sable fibré et d'amendements). De fait, les fibres ne sont pas visibles en surface, leur unique rôle étant de servir d'ancrage aux racines du gazon naturel et de favoriser le drainage. Cerise sur le gâteau, le substrat intègre un ingrédient, le liège, qui lui confère un pouvoir de résilience et, ainsi, un meilleur confort de jeu en absorbant mieux les chocs. Le stade de l'Aube, à Troyes, terrain de l'Estac, actuellement en travaux, arborera prochainement une nouvelle pelouse reposant sur un substrat Radicalé. Le Stade de France en sera lui aussi doté, en 2014.

 

Ventiler et chauffer simultanément

Loin d'être une start-up, le groupe Parcs & Sports propose un panel de solutions pour des gazons naturels durables. À commencer par un substrat de son cru. Baptisé -Terrafoot, il se constitue de poudre de pouzzolane - une roche volcanique provenant du Massif -central -, de mâchefers de houille et d'un amendement. Lui aussi doté de propriétés drainantes - cent fois supérieures à celles d'un mélange classique, selon Parcs & Sports - ce substrat serait également insensible aux phénomènes de gel et dégel, ainsi qu'à la déformation. Parcs & Sports détient par ailleurs un brevet sur un système de drainage via lequel il est également possible de ventiler la pelouse. « Cette oxygénation permet de stimuler les micro--organismes vivant au sein du gazon », précise Robert Vachon, administrateur de Parcs & Sports. Pour ce faire, l'air pulsé par des ventilateurs remisés en local technique est diffusé par les drains. En inversant le sens du flux d'air, le système permet également de drainer l'eau plus rapidement en l'aspirant. Mais ce n'est pas tout : « Par ce biais, il est également possible de diffuser de l'air chaud, comme cela se fait en -Angleterre », ajoute Robert Vachon. Le système est en cours d'installation à l'Allianz Riviera, le stade où se produira l'an prochain l'OGC Nice.

 

Hors gel

S'il connaîtra sans doute peu d'hivers rugueux, le nouveau stade niçois échappera ainsi à de possibles phénomènes de gel. Il est vrai que sur ce point, les stades français souffrent de la comparaison avec leurs homologues allemands, entièrement équipés de systèmes de chauffage intégrés. Tandis qu'en France, lorsque le gel menace, il faut, encore aujourd'hui, recouvrir la pelouse d'une bâche pour la réchauffer en y soufflant, à l'aide de ventilateurs, de l'air chaud généré par des chaudières. Un dispositif lourd et onéreux. Mais progressivement, les stades professionnels se modernisent : « Le premier d'entre eux a été le stade Bonal de Sochaux, précise Robert Vachon, suivi par le Parc des Princes. » Dans les deux cas, un circuit chauffant en aluminium à effet joule d'une trentaine de kilomètres de long a été installé dans l'épaisseur du gazon, à trente centimètres de profondeur. La mise hors gel de la pelouse est enclenchée lorsque la température extérieure descend sous les 3 °C. Si le chauffage électrique direct est le plus commode à mettre en œuvre, il est également possible de recourir à un circuit chauffant hydraulique, dans lequel circule du glycol. « Tout dépend des modes de production d'énergie disponibles à proximité du terrain, souligne Sébastien Miller, technicien conseil indépendant. Un système de chauffage par boucle d'eau peut être intéressant pour peu que le terrain soit localisé dans une zone desservie par un réseau de chauffage urbain. Le tout est d'optimiser les coûts d'investissement et de fonctionnement. »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

À Sète, le solaire hybride fait baisser la consommation

À Sète, le solaire hybride fait baisser la consommation

Le centre balnéaire Raoul-Fonquerne de Sète est équipé de plusieurs technologies de pointe de production énergétique, où les énergies renouvelables apportent l'essentiel des besoins:[…]

Le solaire, pour quels équipements et quels besoins?

Le solaire, pour quels équipements et quels besoins?

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

Plus d'articles