Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Patinoires: récupérer le chaud du froid

Patinoires: récupérer le chaud du froid

© OT Vaujany

D'ici quelques années, la grande majorité des 130 patinoires françaises devront bénéficier d'un lifting sur les équipements pour la production du froid et les dalles. L'occasion de revoir les techniques employées puisque l'on peut réinjecter 100 % de la chaleur produite dans différents bâtiments, qu'ils soient sportifs ou non.

Une patinoire, à l'instar d'une piscine, puisque le parallèle est souvent de mise, représente un coût d'investissement et de fonctionnement important. La construction va de 10 à 15 millions d'euros pour une simple piste, 20 millions d'euros pour une double piste (Angers, Maine-et-Loire), voire jusqu'à 45 millions d'euros pour un aréna de glace, deux pistes et d'une capacité de 3 à 4000 spectateurs (Dunkerque, Nord).

 

Dans ce coût global de construction, l'ensemble du groupe froid, avec la glace, représente un poste important, de 1,5 à 2 millions d'euros HT, pour une piste de 1 800 m2 par exemple. Ainsi à Lyon (Rhône), à la patinoire Charlemagne, des travaux ont été actés suite à des problèmes dans la production de froid et de la maintenance de ces installations vieillissantes. L'ensemble de l'opération, d'environ 3,5 millions d'euros HT (comprenant les barrières, les vestiaires et équipements intérieurs), porte avant tout sur le remplacement de toute la chaîne de froid, y compris la dalle. C'est l'occasion, comme l'explique le directeur des services techniques, de « remettre à nu la surface de la piste, et de créer deux dalles, une chaude et une froide, pour une meilleure efficience du dispositif ». Le système retenu est un circuit indirect, avec le groupe frigorigène qui fonctionnera au NH3 faiblement dosé (lire encadré), qui présente « un rendement supérieur et moins cher à l'entretien et un meilleur rapport d'efficacité que du CO2 » poursuit-il. Puis un fluide frigoporteur eau, de type alcali, circulera dans les kilomètres de tuyaux, sous la dalle de béton, pour la production de glace. Soit 1,5 million d'euros HT pour toute la partie froid et glace.

 

Risques de défaillance

Un tel investissement permet, en modernisant toutes les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À Tossiat, trois « Cube » plutôt qu’un !

À Tossiat, trois « Cube » plutôt qu’un !

Inauguré en 2014, le Cube, salle multisport de Tossiat, optimise l’espace grâce à un cloisonnement très performant. Trois salles respectant bien les pratiques et pour un coût raisonnable. Dès 1995,[…]

25/02/2019 |
Les cloisons s’adaptent aux usages

Les cloisons s’adaptent aux usages

Épinay-sur-Seine opte pour le grès

Épinay-sur-Seine opte pour le grès

Les sols des piscines entrent en résistance

Les sols des piscines entrent en résistance

Plus d'articles