Nous suivre Acteurs du sport

Patinoires démontables : la glisse pour tous

Zebboudj Idir • idir.zebboudj@gmail.com

Sujets relatifs :

,

Coûts de location
Étant donné sa position dominante sur le marché français, les informations qui suivent sont celles communiquées par Synerglace. La location d'une patinoire de glace de loisirs de 100 mètres carrés pour une durée d'un mois, transport, installation et démontage compris, revient à 1900 euros HT. Le prix d'une patinoire de compétition est sans commune mesure : 130 000 euros HT par mois pour 100 mètres carrés. Pour la même surface, la patinoire à revêtement synthétique est la solution la plus abordable, à 9 000 euros HT par mois. Mais Philippe Aubertin s'empresse d'apporter une précision d'importance : « Au-delà de 350 mètres carrés, la patinoire synthétique devient plus chère que la patinoire de glace : en effet, la patinoire synthétique se loue au mètre carré, tandis qu'avec la glace, il est possible d'obtenir des économies d'échelle. »

Tout à la fois capable de séduire les néophytes, dans sa version synthétique, et de servir pour les compétitions officielles, en version glace, la patinoire démontable séduit les élus par son coût et ses nombreuses applications. Mais l'impact écologique n'est pas neutre contrairement à certains discours.

Comme chaque année depuis dix ans maintenant, les visiteurs du prochain marché de Noël de Colmar pourront s'adonner au plaisir du patinage sur glace. De la fin novembre à début janvier trônera Place Rapp une patinoire démontable qui fait la joie des amateurs de sports de glace comme des néophytes.

 

Engouement

Donner à une ville un petit goût de sport d'hiver l'espace de deux ou trois mois, tel est le credo de la patinoire démontable. Mais pas seulement : « C'est un produit dont la vocation est de créer de l'animation, notamment durant la période des marchés de Noël, mais aussi de susciter un engouement pour les sports de glace », souligne Christian Ochem, président du Syndicat national des patinoires. Créer un engouement chez les usagers... comme chez les élus locaux qui, séduits dans un premier temps par une patinoire démontable, sauteraient le pas et décideraient d'établir sur leur commune une patinoire permanente. « C'est le cas des villes de Chartres, d'Alès ou de Montauban (ouverture des portes prévue en 2014 - ndlr) », indique pour sa part -Philippe Aubertin, gérant de Synerglace et « pape » de la patinoire démontable en France (environ 85 % de parts de marché).

 

À moindre coût

Pour initier leurs administrés aux joies de la glisse à moindre coût, les édiles peuvent dans un premier temps porter leur choix sur une patinoire démontable à piste synthétique. Ici, en lieu et place de la couche de glace, la piste est réalisée à l'aide de plaques de poly-éthylène. Abordables à la location pour de petites superficies (voir encadré), elles induisent également d'importantes économies en coût de fonctionnement, puisqu'elles dispensent d'utiliser des groupes de production de froid. Ces patinoires sont également peu gourmandes en puissance souscrite : à titre d'exemple, les patinoires synthétiques de Synerglace n'ont besoin que d'une alimentation électrique de 16 ampères. Autant d'atouts non négligeables pour les communes les moins fortunées, surtout en temps de crise.

 

Un bilan énergétique en question

Une sobriété qui fait que certains fournisseurs n'hésitent pas à qualifier leur produit d'« écologique ». Une affirmation qui déplaît à la Fédération française de hockey sur glace (FFHG) et la Fédération française des sports de glace (FFSG) ! « Nous avons fini par retirer ce terme de nos documents commerciaux », reconnaît Philippe Aubertin. « Si elles permettent effectivement des économies d'énergie (à l'usage), elles demandent beaucoup de pétrole pour la fabrication du polyéthylène, que l'on ne sait d'ailleurs pas recycler... » Autre point à mettre au débit des patinoires synthétiques : elles usent prématurément les patins. Ceux-ci demandent donc à être affûtés plus régulièrement. Sur son site internet, le fournisseur espagnol Xtra Ice - qui s'est alloué les services de Philippe -Candeloro en qualité d'« ambassadeur » - préconise un affûtage toutes les 15 heures dans le cadre de l'utilisation de sa solution G Sport. À en croire les experts, cet échauffement nuirait à la glisse en rendant les appuis plus difficiles.

 

La glace artificielle répond aux standards

De fait, les patinoires synthétiques sont cantonnées aux activités de loisir, leur emploi dans le cadre de compétitions sportives étant de toute manière proscrit par la FFHG et la FFSG. Ce qui n'est pas le cas des patinoires démontables utilisant des pistes en glace artificielle. Les standards internationaux imposent que pour accueillir des compétitions officielles, une patinoire doit observer les dimensions réglementaires (60 x 30 mètres), être couverte et disposer de gradins. Autant de conditions qui peuvent être remplies par une patinoire démontable. Plusieurs précédents en attestent, énumérés par Cyril Savidan, chargé de mission « développement territorial et équipements » à la FFHG : « Il y a quatre ans, une patinoire provisoire, couverte et pourvue de gradins, a été installée sur le parking attenant à l'ancienne patinoire d'Épinal (fermée à l'automne 2009 pour reconstruction - ndlr). De même les championnats du monde de patinage artistique de 2012 se sont tenus au sein du Palais des Sports de Nice, et non à la patinoire Jean Bouin, pour manque de place. »

La délicate gestion des fluides

Comme toute installation de production de froid, les patinoires à glace artificielle sont de grosses consommatrices d'énergie. Elles sont également soumises à la réglementation portant sur l'utilisation des fluides frigorigènes, utilisés par les groupes de production de froid. Car ces fluides sont des gaz à effet de serre et sont également susceptibles de dégrader la couche d'ozone s'ils sont libérés dans l'atmosphère. À ce titre, certains fluides sont progressivement interdits d'utilisation, à l'instar du gaz R22, désormais banni pour la recharge des groupes « froid » et qui sera définitivement proscrit à l'échelle européenne en 2015. Afin de limiter les émissions dans l'atmosphère, les fluides sont utilisés en détente indirecte : mis sous pression dans un circuit en boucle fermée, le fluide transmet son pouvoir réfrigérant à un autre circuit fermé, généralement d'eau glycolée, qui circule sur la dalle où doit se former la glace lors de la mise en eau. « Nous limitons la quantité de fluide que nous mettons en œuvre (R.404 A, R.407 C) et nous travaillons toujours avec une boucle d'eau glycolée à -10 °C », confirme Philippe Aubertin.

 

L'ammoniac : à manier avec précaution

Parmi les différents fluides frigorigènes autorisés, l'ammoniac fait l'objet d'assertions contradictoires. Notamment sur le plan énergétique : « La littérature technique affirme fréquemment que l'utilisation de l'ammoniac autoriserait systématiquement des économies d'énergie. C'est faux ! », tonne René Prigent, ingénieur-conseil d'ADT Plus, cabinet spécialisé dans l'assistance à maîtrise d'ouvrage. « Pour être utilisé en toute sécurité, l'ammoniac doit être confiné, ce qui oblige à utiliser une boucle secondaire. Or, l'utilisation d'une boucle intermédiaire coûte de l'énergie. L'ammoniac peut certes être un produit performant, mais tout le monde n'en a pas la maîtrise. De plus, il est soumis à une réglementation contraignante. » En effet, l'ammoniac étant toxique et explosif, les groupes « froid » doivent être situés à bonne distance de toute zone habitable. « Selon le Bureau d'analyse des risques pollution (qui dépend du ministère de l'Écologie - ndlr), l'ammoniac fait moins de morts que les fluides non toxiques ! Les réglementations en vigueur permettent de bien circonscrire le risque », tempère néanmoins René Prigent. Récemment, l'ammoniac a d'ailleurs été utilisé au sein de la patinoire (fixe) de Vaujany, en Isère.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Épinay-sur-Seine opte pour le grès

Épinay-sur-Seine opte pour le grès

Les travaux rendus nécessaires pour refaire l’étanchéité des plages ont permis de repenser entièrement les sols des bassins de la piscine d’Épinay-sur-Seine. La résine, jugée[…]

29/01/2019 | Piscine
Les sols des piscines entrent en résistance

Les sols des piscines entrent en résistance

Saint-Brès, la chaufferie bois couvre 75 % des besoins thermiques de la piscine

Saint-Brès, la chaufferie bois couvre 75 % des besoins thermiques de la piscine

Les piscines se chauffent au bois

Les piscines se chauffent au bois

Plus d'articles