Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Paris a lancé son match contre le déficit d’équipements

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Paris a lancé son match contre le déficit d’équipements

Boys and girl practicing boxing punches with his coach

© JackF - stock.adobe.com

De quoi la politique sportive d’une collectivité locale est-elle faite ? C’est à cette question a priori théorique qu’a tenté de répondre l’équipe municipale de Paris en produisant, en février dernier, un document inédit, intitulé « Paris + sportive ». Un document original qui explique en profondeur la doctrine de la mairie en matière
sportive et la décline sur les investissements à venir.
Un point a particulièrement structuré le travail de l’adjoint aux sports, Jean-François Martins, la spécificité urbaine de Paris, sa densité et son manque de foncier disponible pour créer des équipements. Un point qui explique la situation actuelle – marquée par un déficit d’équipements par habitant – et sous-tend les décisions annoncées.
 

La priorité aux salles dédiées

Priorité est donc donnée à la construction de salles dédiées à une pratique singulière plutôt qu’aux gymnases multisports. Un vrai changement de doctrine. Pendant longtemps, en effet, le gymnase multisport a été regardé comme la panacée de l’équipement sportif urbain. Or, pour la mairie de Paris, il est plutôt adapté à des collectivités peu denses. Dans la capitale, au contraire, la densité urbaine justifie qu’il existe une salle dédiée à chaque discipline dans chaque arrondissement. Avec la certitude qu’elle sera remplie. Salles d’armes, dojos, salles de boxe, la municipalité parisienne l’affirme : ces équipements seront occupés du lundi matin 8 heures au dimanche soir. Et si ce choix peut apparaître comme un choix budgétaire et pratique avant tout – car il est plus facile et moins coûteux
de construire des salles bien dimensionnées et adaptées à une pratique spécifique qui auront moins d’emprise foncière qu’un gymnase multisports –, il n’est pas le seul. À Paris, on en est persuadé, les salles dédiées offrent de meilleures conditions de pratique aux sportifs et de meilleures conditions de travail aux clubs. Fini les grands gymnases de type C, homologués pour le handball, où l’on pratique la boxe, les sports de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Pendant le confinement, retour sur la gouvernance du sport - Épisode 2 : une vision prometteuse par Patrick Bayeux

Pendant le confinement, retour sur la gouvernance du sport - Épisode 2 : une vision prometteuse par Patrick Bayeux

Après un premier épisode consacré au lancement du chantier Gouvernance du sport ce second porte sur le résultat de la démarche. Le troisième traitera de la décision de changer de modèle,[…]

Pendant le confinement, retour sur la gouvernance du sport - Épisode 1 par Patrick Bayeux

Pendant le confinement, retour sur la gouvernance du sport - Épisode 1 par Patrick Bayeux

JO 2024 dans l'Oise : " L’objectif est d’impulser une dynamique commune "

JO 2024 dans l'Oise : " L’objectif est d’impulser une dynamique commune "

L’Oise se prend aux jeux

L’Oise se prend aux jeux

Plus d'articles