Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Paris 2024 booste l’accessibilité universelle

Florence Roux • roux.flo@free.fr

Sujets relatifs :

Paris 2024 booste l’accessibilité universelle

© Tommaso Morello (agent à Chambéry, Savoie)

La Société de livraison des ouvrages olympiques, Solideo, déploie une stratégie forte d’accessibilité universelle pour rénover et construire les ouvrages olympiques et paralympiques. Objectif : garantir à tous les sportifs un confort d’usage optimal, pendant et après les Jeux de Paris 2024.

Paris et l’Ile-de-France devraient accueillir, d’avril à septembre 2024,  quelque 14 000 athlètes et 9 000 para-athlètes, dans des équipements à haute qualité d’usage, à la fois vertueux environnementalement et socialement. Ces structures ont une ambition forte, encore trop peu développée en France : l’accessibilité ­universelle.

Conception des espaces : confort d’usage optimal

« L’accessibilité universelle est une notion au croisement entre l’accessibilité réglementaire issue de la loi Handicap de 2005 et la conception universelle, ou design for all, telle que l’avait théorisée Ronald Mace à la fin du XXe siècle (*). La loi constitue un socle minimum. La démarche universelle propose de penser la conception des espaces en partant des besoins de tous les utilisateurs, y compris ceux qui ont un handicap. Pour garantir à tous un confort d’usage optimal », explique Pierre-Antoine Leyrat, chef de projet accessibilité de la Solideo.

Pour Yasmina Channaoui, cheffe de projet infrastructures à la Délégation générale aux Jeux olympiques et paralympiques et aux grands événements (DGJOPGE) de la ville de Paris, « cette approche très en amont vise aussi à ne pas se contraindre plus tard et à limiter les surcoûts liés à l’adaptation a posteriori ».

Préfigurer la ville de 2030

Selon Pascal Mathieu, chef de projet accessibilité à la DGJOPGE, l’un des défis des chantiers de Paris 2024, « sera de prouver que cette accessibilité spécifique offre une véritable approche inclusive, sans coûter plus cher à la conception ». Pour la Solideo, qui a créé un poste à plein temps sur le sujet, cette stratégie participe, de même que l’attention portée au développement durable ou à l’emploi, « à préfigurer les sujets de la ville de 2030, le bien vivre ensemble et l’accès de tous à des équipements confortables », estime Pierre-Antoine Leyrat.

« Le sujet des politiques publiques avait été abordé par plusieurs directions, mais la préparation des Jeux a accéléré sa prégnance », remarque Christophe Rosa, délégué général adjoint à la DGJOPGE de la ville de Paris. Cette dernière, qui avait lancé pour 2017-2021 une stratégie[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

"Une délégation reste un contrat qui doit être équilibré"

"Une délégation reste un contrat qui doit être équilibré"

Délégations de services publics et centres aquatiques : procédures de passation, Covid-19, risques… Entretien avec Cyril Mallit, avocat au cabinet Deloitte-Legal. Quel est l’état des discussions actuelles[…]

15/01/2021 | Piscine
Centres aquatiques : les leçons de la crise

Centres aquatiques : les leçons de la crise

Fermeture des salles de sport en raison du Covid-19

Fermeture des salles de sport en raison du Covid-19

Accessibilité : l’Aréna 2 vise l’universel

Accessibilité : l’Aréna 2 vise l’universel

Plus d'articles