Nous suivre Acteurs du sport

Mâcon, le sport écoresponsable

Jacques Vergnes - jvergnes@regionpaca.fr

Sujets relatifs :

Le sport à Mâcon

16000 licenciés.

85 clubs.

55 disciplines.

80 équipements sportifs dont, plus particulièrement:

- le complexe sportif des Saugeraies de 3 000 m² couverts comprenant dans un même lieu treize sports différents: billard, boxe anglaise et française, escrime, haltérophilie et musculation, squash, escalade, judo, karaté, aïkido, aérobic et tennis de table;

- le complexe sportif de Champlevert dédié au rugby mais où l'on retrouve du football, du tir, du tir à l'arc, du roller hockey et deux gymnases multisports; - le parc Nord, grande plaine de jeux avec ses cinq terrains de football, le tennis club, la base d'aviron, le port de plaisance, le skate park et le parcours d'activités physiques aménagé (Papa);

- le centre équestre avec ses trois manèges et ses trois carrières accueillant jusqu'au niveau international.

Contact: Didier Montfort, didier.montfort@ville-macon.fr, 0661558650.

Mâcon, le sport écoresponsable

© villemacon_Amédée-de-Almeida

La ville de Mâcon mène une politique volontariste d'écoresponsabilité dans le domaine du sport. Elle s'appuie sur la délivrance d'un label pour responsabiliser les clubs sportifs. Équipements, concertation, offres d'activités ou encore événementiel sportif sont au service de cette politique.

Le concept d'écoresponsabilité permet de responsabiliser les clubs sportifs au développement durable. Pour les soutenir dans leur démarche, la ville de Mâcon (Saône-et-Loire) a édité un guide qui décline sur sept champs l'ensemble des points à prendre en compte. Pour obtenir le label, le club remplit une grille d'évaluation sur le site internet de la ville au plus tard un mois avant la manifestation. Le service des sports contrôle cette grille et, si elle est validée, le club pourra utiliser le logo de « Mâcon manifestation écoresponsable » et bénéficier d'un soutien financier majoré.

 

Réduire l'impact

L'organisateur doit en premier lieu choisir un lieu proche des transports en commun, puis des bâtiments à haute performance énergétique et, si besoin, baliser les itinéraires à l'aide de produits biodégradables. Les organisateurs doivent privilégier les manifestations durant la journée pour économiser l'énergie. La manifestation doit permettre d'accueillir tout le monde et notamment les personnes à mobilité réduite. La communication doit se faire en réduisant l'impact sur l'environnement par une diffusion raisonnée des informations: ajuster le nombre de tirages, limiter les impressions en favorisant les réseaux sociaux et concevoir des supports écoresponsables.

 

Produits de saison

Les modes de déplacement sont au cœur des préoccupations avec une incitation au transport doux et une tarification avantageuse pour les personnes utilisant les transports en commun. Le choix des approvisionnements est un autre critère du label. Il doit privilégier les produits de saison locaux et non emballés, éviter le gaspillage par une bonne estimation des quantités et par le don des surplus alimentaires à des associations, sensibiliser les participants sur la consommation d'eau en installant des panneaux près des robinets et des douches. La gestion des déchets revêt une attention toute particulière avec, par exemple, la mise en place de gobelets consignés, l'utilisation de vaisselle lavable, la mise en place de tri sélectif. La gestion de « l'après-manifestation » est un critère déterminant pour lequel le club doit s'engager à stocker les infrastructures réutilisables comme banderoles, fléchage, mobilier. Il doit nettoyer en utilisant des produits naturels ou écolabellisés. Un bilan est effectué en chiffrant les quantités de déchets générés, estimer les impacts évités et communiquer sur les résultats.

 

Schéma communautaire

Au-delà de l'aide aux clubs, tous les projets de lieux de pratiques sont analysés sous l'angle du respect de l'environnement. Les équipements se veulent à haute performance énergétique, chaque projet ou rénovation est réalisé dans cet objectif. Un travail particulier est mené pour la desserte des transports en commun sur les lieux de pratique, un schéma communautaire des déplacements doux a été mis en place avec un volet randonnée et un volet cyclotouriste. Le passage de la voie bleue permet aux piétons et cyclistes de bénéficier d'un itinéraire réservé le long de la Saône sur 30 km. Au Nord, le parc, « poumon vert » et au Sud les étangs permettent d'offrir des lieux destinés à la détente, la promenade et aux loisirs.

 

Tous publics

La politique sportive mâconnaise vise à élargir au maximum les possibilités d'activités respectueuses de l'environnement à tous les publics. Cela se traduit par exemple par la « récré des Bout'choux » ou pour 2 euros par trimestre une activité d'éveil et de motricité est proposée aux enfants de 1 à 3 ans accompagnés d'un parent. Le dispositif « équi-quartier » consiste, lui, à transporter, avec son van, poney et jeux pédagogiques; il parcourt tous les quartiers pendant les vacances scolaires et les mercredis. « Cap Sport » permet pendant les vacances scolaires de proposer des activités de loisirs à la carte pour les 6/16 ans qui ne partent pas en vacances. « Mâcon Gaming show », événementiel compétitif entre dans le cadre de la Coupe de France des jeux vidéo. Activ'Santé proposé par le CCAS est composé de trois cycles de dix à douze séances d'activités variées et adaptées à l'état de santé des personnes. « L'été frappé » propose gratuitement des animations sportives, des concerts, du cinéma en plein air, des spectacles de rue...

 

Évaluation

La ville réalise régulièrement une évaluation des actions menées afin de mesurer et d'adapter son intervention au regard des impacts sur la population. Différentes enquêtes sont réalisées pour connaître la satisfaction sur les équipements sportifs, l'école municipale des sports ou encore sur le forum annuel des associations. Le service des sports se dote également de différents indicateurs permettant de mesurer par exemple le taux de fréquentation des équipements sportifs.

 


3 questions à Jean Payebien, adjoint au maire chargé des sports de la ville de Mâcon
 

• Quelles sont vos orientations?

Il s'agit tout d'abord de la création, la modernisation et la rationalisation des installations sportives. Nous optimisons l'utilisation des équipements avec l'accès par badges magnétiques, la rénovation des éclairages par des luminaires à leds, le remplacement des systèmes de chauffage et l'accompagnement des clubs aux économies d'énergie. Le second axe c'est le développement d'actions éducatives en direction des publics scolaires et périscolaires, des personnes en situation de handicap et des jeunes des quartiers prioritaires. La troisième orientation concerne la promotion de l'activité sportive à travers, en partie, l'organisation ou l'accueil de manifestations sportives d'envergure nationale et internationale comme le Tour de France, le CSI***, le Championnat d'Europe de moto-cross ou le Championnat du Monde de motonautisme afin de donner de Mâcon l'image d'une ville dynamique et ayant un savoir-faire reconnu dans l'événementiel.

• Comment s'inscrit l'axe d'écoresponsabilité?

Tout comme les citoyens qui sont appelés à faire preuve d'exemplarité dans leur comportement, le secteur associatif a lui aussi un rôle à jouer pour réduire l'empreinte écologique de ses activités et participer, à son niveau, à cette démarche écocitoyenne. Nous nous efforçons d'accompagner les acteurs sportifs à s'engager volontairement dans des démarches répondant aux critères fondamentaux du développement durable, leur permettant de progresser vers l'organisation de manifestations écoresponsables. Le guide méthodologique mis à la disposition des associations a pour objet de présenter les bonnes pratiques et les exigences à retenir lors de leurs événements.

• Comment voyez-vous l'évolution des politiques sportives après la réforme territoriale?

Nous craignons que dans un contexte budgétaire contraint et dans la perspective d'une spécialisation des compétences, le sport devienne une « variable d'ajustement financière » de la réforme territoriale, les différentes collectivités concentrant leurs moyens financiers sur leurs seules compétences exclusives. À l'image de Mâcon où 80 % de la population pratique une activité sportive qu'elle soit dans les clubs ou de façon autonome, les pouvoirs publics doivent prendre conscience de l'importance d'une politique publique ambitieuse et coorganisée de façon intelligente entre les différents acteurs dans le domaine du sport.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Le CTS doit constituer un contre-pouvoir

Athlète puis entraîneur national, l’archer Marc Dellenbach est un « pur produit du sport français » comme il se défnit. Depuis mars 2018, cet ancien CTS met pourtant son expertise à disposition[…]

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Interview Marina Honta " La position des dirigeants fédéraux est ambiguë "

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Conseillers techniques sportifs : la résistance d’une exception

Épinal fabrique de la transversalité

Épinal fabrique de la transversalité

Plus d'articles