Nous suivre Acteurs du sport

Lille, la métropole vise l'équilibre

Jean-Damien Lesay - jdamienlfr@yahoo.fr

Chiffres clés
• Budget sport fonctionnement: 25, 4 millions d'euros.
• Budget sport investissement: 20,2 millions d'euros.
• Recettes sport: 14,5 millions d'euros.
• Subvention aux manifestations sportives: entre 700 et 900 millions d'euros. pour les grands événements, environ 300 000 euros pour les événements de moindre envergure mais qui contribuent à dynamiser le territoire (environ 100 événements soutenus cette année).
• Subvention aux clubs de haut niveau: 2,367 millions d'euros: 21 clubs accompagnés par la MEL.
• 32 agents à la direction sport.

Lille, la métropole vise l'équilibre

© Vincent Lesigne / Mel

Depuis 2003, la Métropole européenne de Lille intervient sur la construction d'équipements et l'organisation d'événements sportifs. Avec pour objectif de réaliser un véritable maillage du territoire à travers la compétence sport.

Les sportifs de la Métropole européenne de Lille (MEL) ne le savent peut-être pas, mais celle-ci a investi le champ du sport avec une forte volonté de développer et d'accompagner le haut niveau, mais aussi la pratique du quotidien. Dès les années 2003-2004, cette politique volontariste s'est traduite par le vote de délibérations permettant à la MEL d'intervenir sur des problématiques de construction d'équipements ou d'organisation d'événements. Pour autant, il n'y a eu aucun abandon de compétence de la part des communes. La politique sportive de la MEL s'est établie sur la volonté d'apporter une plus-value.

 

Un club par discipline

Vingt et un clubs de haut niveau sont aujourd'hui soutenus par la MEL, pour plus de 3 millions d'euros par an. Seuls des clubs évoluant en première ou deuxième divisions nationales peuvent être concernés. Exception: les clubs de troisième division évoluant dans un sport où existe une volonté de faire émerger une équipe de haut niveau sur le territoire. En outre, la métropole a fait le choix de ne soutenir qu'un club par discipline. En effet, selon sa logique, haut niveau rime avec grands équipements, et ceux-ci se doivent de s'inscrire dans un équilibre du territoire. Outre l'équipement, la formation fait partie des critères de choix, tout comme un financement incluant une intervention d'acteurs privés. Plus qu'une modification de la carte du sport de haut niveau, la MEL a surtout permis de mieux structurer les clubs autour d'un ensemble de points clés: équipements, formation, rayonnement, financement.

 

Nouvelle dimension

Conséquence de cette politique: il n'y a plus qu'un grand club d'athlétisme, contre deux auparavant. Idem pour la natation et le water-polo. En basket féminin ou en volley masculin, un grand club par discipline a fini par émerger là où le terreau était propice. L'intervention de la MEL a donné une nouvelle dimension aux clubs: l'Entente sportive basket de Villeneuve-d'Ascq-Lille Métropole est devenue championne de France de basket féminin en 2017. Côté événementiel, la logique est similaire. La MEL prend directement en charge des événements de portée nationale ou internationale. Ces dernières années, elle a subventionné l'accueil de l'Euro de basket-ball, de l'Euro de football, du Mondial de handball, du Tour de France ou encore de matchs de Coupe Davis de tennis. Équipement emblématique de la métropole, le stade Pierre-Mauroy, doté d'une « boîte à spectacle » et de 50000 places assises, est concerné au premier chef. Ici, la clé de la réussite réside dans le regard commun porté par l'ensemble des acteurs, et notamment l'exploitant privé. Sans la capacité de la MEL à gérer au mieux les problématiques de transports en commun, d'hébergement ou encore de rayonnement, son stade ne serait peut-être pas devenu le premier de France pour l'accueil d'événements sportifs dans un contexte de forte concurrence.

 

Logique de maillage

Parallèlement, la MEL soutient, à travers un fonds de concours, une centaine d'événements de proximité par an, toujours dans une logique de maillage. Elle organise directement deux événements: la Nuit des piscines et MEL sports. Cette dernière opération vise à offrir aux habitants 10000 places pour des rencontres des clubs soutenus par la métropole. À cette occasion, la MEL propose des animations de mi-temps ou de temps morts, des distributions de cadeaux pour attirer des habitants qui ne viennent pas habituellement et les fidéliser. En matière d'équipements, la MEL tient, là encore, à ne pas se focaliser sur les grandes infrastructures. Dès 2005, un plan Piscines avait déjà été déployé, avec près de 100 millions d'euros à la clé, qui ont permis de rénover toutes les piscines, d'en agrandir certaines, de construire là où il y avait des carences, et d'aider au fonctionnement dans les communes les plus en difficulté dans l'apprentissage du savoir nager. Au début de l'actuel mandat, à travers une délibération cadre accordant 15 millions d'euros, ce plan a été dupliqué pour la rénovation de l'ensemble des équipements sportifs des 90 communes métropolitaines, avec des taux de subvention qui peuvent atteindre 40 % du montant HT et jusqu'à un million d'euros. Pour l'équipe en place, il s'agit d'un marqueur fort en faveur de la pratique sportive au quotidien.

 

Grand public

Bien entendu, la MEL est également aux premières loges en matière de grands équipements. Et alors que dans le cadre de l'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024, le dossier du centre aquatique de Saint-Denis connaît quelque remous, la métropole lilloise aura, à l'horizon 2021, sa propre piscine aux dimensions « olympiques ». Un marché public pour la conception, la construction, l'exploitation technique et la maintenance de cet équipement a été lancé fin 2017. Le coût estimé est de 50 millions d'euros, dont 15 pris en charge par la MEL. Le second gros dossier sera celui d'une seconde patinoire métropolitaine. Cet équipement de haut niveau devrait voir le jour comme un symbole de la politique de la métropole: capable d'accueillir les plus grandes compétitions, il sera avant tout destiné au grand public!

 

3 questions à Éric Skyronka, conseiller métropolitain délégué au sport et aux grands événements sportifs de la Métropole européenne de Lille.
Comment faites-vous vivre le stade Pierre-Mauroy ? Nous sautons sur tout ce qui bouge! Damien Castelain, le président de la MEL, a la volonté de faire rayonner la métropole au niveau culturel, au niveau des infrastructures de santé et technologiques, mais aussi du sport. Nous nous portons donc candidats à tous les événements dès que c'est possible. Nous étions une terre d'organisateurs, nous sommes désormais une terre de vainqueurs, depuis la victoire de l'équipe de France de tennis dans la Coupe Davis 2017. La FFT veut désormais revenir au stade Pierre-Mauroy, où règne une ambiance incroyable. Les handballeurs en ont également profité lors du Mondial 2017. Nous avons mis Laurent Tillie, l'entraîneur de l'équipe de France de volley-ball, au milieu du stade, il en a eu des frissons. La Ligue mondiale de volley-ball arrive en juillet, ça va être quelque chose, même si le défi est de taille. Il va falloir le remplir ce stade! Nous aurons également un France-Argentine de rugby en novembre... Vous ne vous contentez pas de mettre le stade à disposition... Non, bien entendu. Ce que recherchent les fédérations, c'est aussi ce que l'on peut mettre autour de ces événements. La Ligue mondiale de volley-ball, ça va être du beach-volley en plein centre de Lille pendant quinze jours. À chaque fois qu'on organise un événement, il y a aussi une occupation du parvis du stade, on fait vivre des activités. La MEL est assez bonne pour animer et organiser ces moments autour des grands événements sportifs. Notre but est de faire vivre l'événement, que les habitants se l'approprient, et cela dure une semaine avant et une semaine après. Tout ça c'est du sport et de l'économie. Sur la Ligue mondiale de volley-ball, nous allons toucher les Belges, les Néerlandais, les Polonais... Ce stade est très bien placé, à un carrefour de l'Europe. Quelle conséquence aurait une relégation du LOSC en ligue 2 ? Je regarde attentivement le classement de la Ligue 1 en ce moment. Je suis supporteur du Losc et tout va se jouer dans les derniers matchs, mais on ne peut qu'être optimiste. Il faut que le club se maintienne. Ceci dit, la MEL est partenaire du PPP qui porte sur le stade, et il faudra assumer financièrement une descente le cas échéant.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Les fondateurs de l’Agence nationale du sport s’opposent aux propositions du Conseil d’État sur le décret « gouvernance du sport »

Les fondateurs de l’Agence nationale du sport s’opposent aux propositions du Conseil d’État sur le décret « gouvernance du sport »

Alors que la discussion bat son plein entre le ministère des Sports et le Conseil d’État sur le projet de décret relatif aux conférences régionales du sport et aux conférences des financeurs du[…]

Le Conseil d’État adresse un carton jaune à l’Agence nationale du sport mais maintient  la partie en jeu

Le Conseil d’État adresse un carton jaune à l’Agence nationale du sport mais maintient la partie en jeu

« Désormais, Charentes tourisme fait la promotion de l’offre des deux départements »

« Désormais, Charentes tourisme fait la promotion de l’offre des deux départements »

Charente : le sport pleine nature !

Charente : le sport pleine nature !

Plus d'articles