Nous suivre Acteurs du sport

Les vestiaires modulaires conjuguent rapidité et adaptabilité

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les vestiaires modulaires conjuguent rapidité et adaptabilité

© Cougnaud

Associer systématiquement les constructions modulaires et les baraques de chantier, aux façades métalliques blanches et ternes, n’est plus de mise ! Les spécialistes ont étoff é leurs off res, les matériaux, et proposent aujourd’hui pléthore de solutions adaptées aux besoins des clubs et des collectivités. À prestation égale, les vestiaires modulaires ont l’avantage d’être jusqu’à 3 fois plus rapide et de 15 à 20 % moins cher.

Hors l’aspect réglementaire, sur le plan technique, les différences sont nombreuses. En effet, dans ce système, tout ou presque est préfabriqué en usine, puis livré en modules par convois spéciaux sur le site, prêt à être posé et assemblé in situ. Plusieurs entreprises proposent des solutions préconçues sur catalogue avec des modules types, que l’on peut par la suite assembler les uns aux autres en adaptant l’agencement intérieur et les cloisons. Ce dispositif présente l’avantage d’être particulièrement rapide pour la fabrication des modules. Les fluides (eau, électricité, raccords à la fibre ou téléphone, renouvellement de l’air ou chauffage) sont prévus dès la fabrication, et sont raccordés par les spécialistes du second œuvre après la livraison. Dans ce cas, les prix sont intéressants, de 15 à 20 % en moyenne au-dessous d’une solution de construction « classique ».

Sur-mesure

Le deuxième avantage du choix « sur catalogue » est son extrême rapidité, puisque les éléments sont soit déjà en stock sur le site de fabrication, ou sont réalisés d’une façon très mécanique et répétitive selon des plans préétablis. De huit à douze semaines selon les constructeurs et les superficies. Pourtant, le modulaire rime aussi avec sur- mesure : le centre d’entraînement du PSG à Saint- Germain-en-Laye, certes un cas hors normes, montre les possibilités du modulaire. D’une superficie de 1 778 m2 répartis sur deux niveaux, il est équipé de vestiaires, bien sûr, mais aussi de salles de musculation, balnéothérapie, salles de réunion et espaces événementiels, wifi intégré, le tout pour un budget de 1,77 million d’euros. Finalement, rien ne distingue cet équipement, conçu par l’entreprise Cougnaud Construction, d’une construction classique, même pas son aspect extérieur, en bardage métallique gris clair pour le rez-de-chaussée et bardage bois pour l’étage et le auvent.

 

Réglementation ERP

« Aujourd’hui, les constructions modulaires répondent aux mêmes exigence s que les constructions classiques. Nous sommes soumis à la réglementation sur les ERP si certaines parties accueillent du public, ainsi qu’aux zonages sismiques ou autres risques, notamment le risque incendie. Nos bâtiments sont aussi en conformité sur l’accessibilité des personnes en situation de handicap, notamment les sanitaires », souligne Christian Cougnaud. Même exigence en ce qui concerne les fluides, comme le renouvellement de l’air ou de l’eau, avec notamment les risques liés à la légionellose. En effet, pour les cas particuliers de grands équipements sportifs, et donc de plusieurs vestiaires, les ballons d’eau chaude sont  conséquents, et toutes les précautions doivent être prises pour respecter les normes sanitaires. Certaines réalisations respectent aussi les ERT, futures normes environnementales de construction qui entreront en vigueur dans quelques années. Cela concerne l’étanchéité à l’air des bâtiments, grâce à des seuils inférieurs à ceux fixés aujourd’hui par la RT 2012 : si les vestiaires ne sont pas concernés par cette norme, en revanche elle s’applique aux bureaux, aux salles de réunion et de réception, que l’on retrouve dans les grands projets, y compris modulaires. Comme toute autre réalisation, les constructions modulaires bénéficient d’assurance décennale et de garanties constructeurs.

 

Ossature bois

Sur le plan des techniques, il y a plusieurs types de modulaires, avec différents matériaux qui sont souvent associés. En premier lieu, rappelons que les modules ne sont pas posés sur le sol, mais nécessitent des fondations, parfois en béton, parfois sur pieux ou plots, selon les constructeurs, le type de sol, les matériaux et les charges effectives. Cette partie du chantier est à prendre en compte en amont de l’appel d’offres. En règle générale, un vestiaire modulaire à « ossature bois » beaucoup plus léger qu’un autre en béton, aura besoin de fondations moins importantes. Autre particularité, grâce à des fondations sur plots, modularité peut aussi rimer avec mobilité : Portakabin a ainsi mis au point un système livré, monté et assemblé d’un seul module de 67 m2 (18 x 4 m, de 8 tonnes) parfaitement adapté pour être implanté sur un côté de stade ! Réalisé en façades métalliques, il est isolé grâce à une mousse polyuréthane injectée entre ses deux parements. Gruté sur site, ce module d’un seul tenant peut par la suite être réimplanté sur un autre emplacement, ou être réutilisé pour d’autres fonctions selon les besoins de la collectivité ! Afin de peaufiner ses finitions, le mobile peut aussi être habillé avec des bardages spécifiques, être équipé d’auvents de protection contre la pluie. Mais ces interventions compliquent son déplacement en cas de besoin du maître d’ouvrage.

 

Tout béton

Le tout béton est aussi une réponse pour le maître d’ouvrage, comme un clin d’œil à l’architecture constructiviste des années 1960, qui avait mis la préfabrication à l’honneur. Plusieurs sociétés sont sur ce créneau, comme Batisport, qui présente déjà près de 300 références en France. De trois semaines à un mois seulement sont nécessaires entre l’ordre de travaux et la fabrication, puis de trois à cinq mois selon les modèles et les superficies, pour l’ensemble des finitions et second œuvre. Plus long donc qu’un procédé ossature bois ou mixte, métal et bois, mais qui s’apparente davantage à une construction traditionnelle : ce ne sont pas des modules entiers qui sont grutés sur le site, mais des panneaux en béton, avec isolation intégrée de plusieurs dimensions (3 x 0,6 m et 0,6 x 0,6 m), puis assemblés sur place, sur un système de dalles en béton. Le recours à la préfabrication en usine réduit fortement le temps de chantier et permet de répondre aux appels d’offres pour du modulaire. Les équipements livrés sont tous « à la demande et adaptés à la maîtrise d’ouvrage », explique le responsable de l’entreprise, « et nous pouvons répondre à une demande allant jusqu’à 500 m2. Batisport a développé un système de tribunes-vestiaires sur la base d’une solution mixte. Les deux entités sont installées sur une même zone, et séparées par une galerie couverte, sous les tribunes ; les vestiaires sont en béton préfabriqué, les tribunes sont réalisées en bois lamellé-collé, avec des assises sur pilotis fondés dans le sol. Ce système est particulièrement adaptable et peut accueillir jusqu’à 900 personnes.

 

Homologation

Autre point important à prendre en compte dans le choix du système et de l’entreprise, l’homologation des vestiaires par les différentes fédérations utilisatrices des équipements, puisque non seule- ment le nombre de vestiaires est ciblé, mais aussi leur surface, le nombre de sanitaires, de douches individuelles ou collectives, ainsi que le nombre de vestiaires pour le staff et les arbitres (en football pour les niveaux 1 et 2, 24 m2 minimum, hors sanitaires), et même la typologie du local médiCal  ;  sans oublier des aspects plus techniques : l’éclairage, la ventilation et même le chauffage des vestiaires. Ces règles dépendent du niveau et de l’évolution des clubs concernés, et doivent absolument être respectées si la collectivité entend faire une demande aux fédérations sportives concernées.

 

Un permis de construire au-delà de trois mois

Même modulaire, un vestiaire est considéré comme une construction. Au-delà de 20 m2, les obligations réglementaires  sont identiques à celles de la construction classique, et  nécessitent l’obtention d’un permis de construire, et bien sûr, sa conformité au plan local d’urbanisme (PLU), et sa  sectorisation notamment pour les zones sensibles ou inconstructibles (risque inondation par  exemple). Il existe cependant deux exceptions, introduites par le décret n° 2007-2018 du 5 janvier  2007 sur le nouveau permis de construire : « toutes les constructions modulaires implantées pour une durée  inférieure à trois mois  sont dispensées de permis de construire », précise Guillemette Groult,  responsable marketing chez Portakabin. « La durée peut même être portée à une année s’il s’agit de vestiaires construits dans le cadre de manifestations culturelles ou sportives ». À partir de 20  m2 et pour une implantation supérieure à trois mois, le permis de construire est obligatoire mais  le seuil est porté à 40 m2 s’il s’agit d’une extension de bâtiment.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

À Saint-Étienne, le stade Henri Lux s’offre une deuxième jeunesse

À Saint-Étienne, le stade Henri Lux s’offre une deuxième jeunesse

Il est moins connu que le chaudron des verts mais le stade Henri Lux construit en 1972 est un temple de l’athlétisme auquel il est entièrement consacré. Depuis fin 2018, c’est le premier stade de cette discipline[…]

22/10/2019 | Stade
L’athlétisme court après l’entretien des stades

L’athlétisme court après l’entretien des stades

Saint-Pierre-lès-Elbeuf, une nouvelle piste pour renouer avec la compétition

Saint-Pierre-lès-Elbeuf, une nouvelle piste pour renouer avec la compétition

Faute de pistes, le roller s’adapte

Faute de pistes, le roller s’adapte

Plus d'articles