Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Les terrains de sport entendent se passer du phyto

Sylvie Roman • sylroman@yahoo.fr
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les terrains de sport entendent se passer du phyto

© Dziurek - adobestock

La loi Labbé interdit l’usage de produits phytopharmaceutiques pour l’entretien des espaces verts. Si les terrains de sport sont en théorie en dehors du champ d’application, la situation est en réalité beaucoup plus complexe. Et certaines collectivités tiennent à afficher une action volontariste globale pour l’ensemble de leurs espaces verts. Mais le processus, long et complexe, est d’abord une affaire d’acculturation.

La loi n° 2014-110 du 6 février 2014 dite loi Labbé, modifiée par l’article 68 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, interdit depuis le 1er janvier 2017 « aux  personnes publiques » d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts accessibles ou ouverts au public… Mais cette définition très simple se complique, puisque les « terrains de sport » sont sortis du champ d’application, sauf si « ils font l’objet d’un usage de promenade ou d’espace vert avéré », ou s’ils sont accessibles ou ouverts ou « assimilés à un espace vert ou à un lieu de promenade ». C’est justement le cas pour la plupart des terrains de sport ou multisports des collectivités locales. Par ailleurs, les grands terrains de stades (type Ligue 1 ou de rugby) sont hors du champ de la réglementation de la loi Labbé. « La situation est plus complexe qu’une  interdiction pure et simple des produits phytopharmaceutiques », explique Vincent Paillat, ingénieur et chargé du dossier des terrains de sport à la Fédération régionale de défense des organismes nuisibles (Fredon) de Bretagne. « Dans mon rôle d’accompagnement et de conseil des collectivités pour aller vers le zéro phyto, c’est justement l’un des points sur lequel j’insiste ».

 

Près de 500 produits

Dans les espaces sportifs « ouverts et accessibles », tous  les produits phytopharmaceutiques sont  interdits, à l’exception des produits de biocontrôle, des produits utilisables en agriculture biologique, et des produits à faibles risques, « lorsqu’ils bénéficient d’une autorisation de mise sur le marché national pour un usage dans les jardins ou espaces verts », précisent les textes. Cette liste est longue et complexe (près de 500  produits : bit.ly/2TLh5Ta), d’autant que viennent s’ajouter des produits autorisés  et réglementés dans le cadre de la « lutte  contre les organismes nuisibles ». Elle est édictée nationalement, puis déclinée au niveau départe- mental par les préfets. Par ailleurs, l’utilisation et l’usage de produits sont très[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À Caen, des terrains sans intrants

À Caen, des terrains sans intrants

La ville de Caen est passée au zéro phyto en 2018 sur deux complexes sportifs. Un changement rendu possible grâce à un accompagnement et de la pédagogie. Satisfaits, les élus préparent[…]

À Chambéry, l’aire de jeux aquatique dope la fréquentation estivale

À Chambéry, l’aire de jeux aquatique dope la fréquentation estivale

Les aires de jeux aquatiques s’imposent dans les piscines

Les aires de jeux aquatiques s’imposent dans les piscines

À Tossiat, trois « Cube » plutôt qu’un !

À Tossiat, trois « Cube » plutôt qu’un !

Plus d'articles