Nous suivre Acteurs du sport

Les raids de nature en route vers l'agrément

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

Mis à jour le 17/10/2017 à 16h22

Données clés des raids
• 45 000 pratiquants. • 2014 : délivrance des premières licences par la fédération. • 185 organisateurs (dont 8 % de collectivités territoriales). • 37 000 licenciés raids au sein de l'UNSS. • 150 participants en moyenne par manifestation. • 1 circuit mondial (ARWC) dont la finale 2013 aura lieu au Costa Rica. Fédération nationale des raids multisports de nature Chez Isabelle Plane, 5 rue des Courtiaux, 63670 Orcet Tél. : 06 70 28 38 41 www.raidsmultisports.fr contact@raidsmultisports.fr Pôle ressources national des sports de nature CREPS Rhône-Alpes, BP 38, 07150 Vallon-Pont-d'Arc www.sportsdenature.gouv.fr prn.sportsnature@jeunesse-sports.gouv.fr

Les raids de nature en route vers l'agrément

© Guillaume Besnard - adobestock

Parce qu'ils combinent variété des pratiques sportives et sentiment d'aventure, les raids multisports de nature se sont considérablement développés ces dernières années. Ils veulent maintenant être reconnus comme une discipline sportive à part entière.

19 octobre 2013, 250 compétiteurs et compétitrices s'élancent pour une traversée en deux étapes de l'Ardèche. Devant eux deux jours d'épreuves, 100 % en orientation, par équipe de trois, sans assistance, pour rejoindre Le Cheylard. Le raid « Ardèche, terre d'audace » marquera le point culminant de la saison de raids en France. Il consacrera la meilleure équipe française sans que celle-ci puisse recevoir le titre de champion de France ; l'organisateur, la Fédération des raids multisports de sports de nature ne dispose pas encore de la délégation.

 

Maturité

Les raids sont apparus en France dans les années 1990 à l'initiative d'organisateurs privés (Raid Gauloise, Défi vert). Rapidement, l'offre s'est étoffée à l'initiative d'organisateurs locaux, l'associatif prenant le relais du commercial. Les raids semblent atteindre aujourd'hui une phase de maturité. Hervé Simon, président de la récente Fédération des raids multisports de nature estime le nombre de pratiquants à 45 000, participant à environ 185 manifestations. C'est au sein de l'institution scolaire et des fédérations multisports que le raid se développe le plus. L'UNSS recense 37 000 licenciés raids multi-activités (2012) et l'Ufolep est très active.

 

Non formatés

L'ADN des raids des sports de nature, c'est d'enchaîner des épreuves d'au moins trois disciplines de sports de nature non motorisés. Contrairement à la plupart des disciplines sportives, les raids ne sont pas formatés. « Chaque organisateur peut proposer les disciplines qu'il souhaite et les temps de progression varient considérablement d'une épreuve à l'autre. Nous tenons beaucoup à cette créativité que notre fédération doit savoir protéger » affirme Hervé Simon. On retrouve généralement a minima du VTT, de la course à pied (type trail) et du canoë. La grande majorité des épreuves se fait en orientation, mais ce n'est pas une règle. On peut avoir des épreuves complètement balisées, intégralement en orientation, ou mixées avec du suivi d'itinéraire. Toutes les autres épreuves de sport nature peuvent être rajoutées : hydrospeed, rafting, canyoning, rappel, ateliers de corde, escalade, alpinisme, roller, ski de montagne, ski de fond, raquette, vélo de route... Rajoutons que les raiders sont amateurs des épreuves « exotiques », par exemple, de faire passer les concurrents sous un filet de pêche tendu au sol, ou alors des épreuves nocturnes ou un bivouac : l'essentiel réside dans la rupture avec le quotidien.

 

La crainte des autorités

Pas étonnant dans ces conditions que les pionniers de ce nouveau sport aient rencontré des difficultés. D'abord la proximité avec des sports déjà organisés aux règles de sécurité et aux normes d'organisation établies et toutes différentes. Ensuite la crainte des autorités chargées de délivrer les autorisations nécessaires. La solution ne pouvait consister à additionner les contraintes. À travers l'Union des courses de sport nature (UCSN), une première tentative de rapprochement entre les fédérations et les organisateurs a été conduite avec l'aide du CNOSF. Elle a été relayée par le pôle national des sports de nature de Vallon-Pont-d'Arc à travers la rédaction d'un « guide des organisateurs de raids de sports de nature ». « Ce guide, régulièrement actualisé, sert toujours de référence aux préfectures pour délivrer les autorisations nécessaires. Il a beaucoup contribué à faciliter l'organisation des manifestations » constate Thierry Bedos, responsable du pôle.

 

Question de temps

Mais cela ne suffit pas « Il n'existe pas de formations de cadres transversales aux sports de nature qui permettent d'encadrer les écoles de raids, les athlètes de notre discipline ne sont pas reconnus comme athlètes de haut niveau. Notre discipline a besoin d'une entité qui puisse fédérer et représenter l'ensemble des pratiquants et des organisateurs » constate Hervé Simon. « C'est pourquoi en 2012 nous avons transformé le Groupement national des raids multisports de nature en fédération et décidé de demander l'agrément comme fédération sportive ». Ce ne saurait être qu'une question de temps. Le calendrier national, l'organisation du Challenge national consacre l'émergence d'une nouvelle discipline sportive qui a su faire ses preuves. Y compris du côté des fédérations sportives qui pour l'essentiel entretiennent des relations avec la nouvelle fédération (qui leur offre trois places dans son instance dirigeante). Un agrément qui permettra que les raids puissent encore mieux mettre en valeur les territoires qu'ils traversent et répondre aux souhaits des jeunes qui plébiscitent une activité ludique et éducative.

 

Un guide pour développer les pratiques jeunes
« La pratique des sports de nature est appréciée par les jeunes. Elle est à la fois une expérience sportive et l'occasion de (re)mettre les jeunes en activité physique dans la nature. Le multisport et l'alternance des activités répondent bien à leur souhait de varier les pratiques et les expériences » souligne Denis Boissière. « Et on constate que lorsque l'offre est organisée et disponible, comme c'est souvent le cas en milieu scolaire ou dans le cadre des écoles de sport municipales encadrées par les ETAPS, elle rencontre un grand succès auprès des jeunes ». Organiser une pratique multisport ne doit pas consister à additionner les contraintes disciplinaires surtout si l'on veut conserver le caractère polymorphe des activités. Pour améliorer l'offre dans ce domaine, le Pôle ressource des sports de nature de Vallon-Pont-d'Arc travaille à la publication d'un ouvrage consacré au « développement de la pratique multisport de nature chez les jeunes ». La réalisation de ce guide répond à un double objectif : - développer l'éducation sportive et l'éducation à la nature à travers les sports de nature ; - faciliter le travail des organisateurs et notamment les nombreuses collectivités territoriales qui créent des écoles multisports de nature. Le guide proposera aux éducateurs, responsables d'associations, collectivités qui souhaitent développer une offre multisport de nature une méthodologie d'approche et d'organisation de ces activités qui ne soit pas seulement l'addition des contraintes disciplinaires. Pour conduire ce travail, le Pôle mobilise des responsables des fédérations, des collectivités territoriales, des services de l'État, des animateurs. Publication prévue début 2014.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

La ville de Viry-Châtillon a engagé une démarche expérimentale baptisée ViryVerySport. Elle vise à remettre les équipements collectifs à la disposition du plus grand nombre. Il s'agit de[…]

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Plus d'articles