Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Les piscines se chauffent au bois

Les piscines se chauffent au bois

© Aleks Kend - adobestock

Le bois est aujourd'hui l'énergie la moins chère pour le chauffage. Logiquement, les équipements sportifs et notamment les piscines se tournent vers cette ressource qui a, de plus, souvent l'avantage d'être locale. Les avancées techniques, de maintenance, de gestion centralisée et automatisée en font un système intéressant financièrement et écologiquement pour peu qu'il soit bien dimensionné.

«Depuis quelques années, on constate des avancées technologiques dans le fonctionnement des chaudières au bois », note Vincent Trolle, ingénieur et gérant de KEO ingénierie qui souligne que « l'installation d'une chaudière bois est plus particulièrement indiquée pour les équipements les plus énergivores, comme les piscines ». En effet, la consommation énergétique globale d'une piscine, qui se mesure en mètres carrés de bassin, se situe aux environs de 250 à 300 euros/m² pour un bassin en extérieur, et 100 à 150 euros/m² pour un bassin couvert. Ces consommations sont dues pour moitié aux besoins thermiques, et pour -moitié aux besoins électriques (éclairage, fluides, etc.). Et globalement, le passage à un système bois permet d'économiser de 50 à 60 % en coût de fonctionnement par rapport à un système au gaz ou au fuel, qui représente souvent un budget de plusieurs centaines de milliers d'euros par an, pour une piscine.

 

Bien dimensionner ne signifie pas surdimensionner

« Le bon dimensionnement d'une chaudière au bois est un point absolument essentiel, souligne toutefois l'ingénieur. L'analyse des besoins doit donc permettre de dimensionner la puissance -nécessaire pour chauffer le bâtiment, l'eau chaude sanitaire, et dans le cas d'une piscine, l'eau des bassins, et son renouvellement ». Mais attention, « bien dimensionner ne signifie pas surdimensionner », prévient Vncent Trolle, qui cite le cas de chaudières d'une puissance de 800 kW, mais qui fonctionnent de façon très réduite à 200 kW. « Cela signifie des surcoûts à l'installation, mais aussi des problèmes de fonctionnement et de maintenance ». En effet, une chaudière bois (dont la durée de vie est identique aux autres systèmes) est cependant moins flexible qu'une chaudière gaz ou fuel, et fonctionne mieux à plein régime, et surtout, avec une régularité constante. La puissance de la chaudière a par ailleurs une incidence sur la consommation de combustible, sur sa typologie, et donc sur la taille[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À Caen, des terrains sans intrants

À Caen, des terrains sans intrants

La ville de Caen est passée au zéro phyto en 2018 sur deux complexes sportifs. Un changement rendu possible grâce à un accompagnement et de la pédagogie. Satisfaits, les élus préparent[…]

Les terrains de sport entendent se passer du phyto

Les terrains de sport entendent se passer du phyto

À Chambéry, l’aire de jeux aquatique dope la fréquentation estivale

À Chambéry, l’aire de jeux aquatique dope la fréquentation estivale

Les aires de jeux aquatiques s’imposent dans les piscines

Les aires de jeux aquatiques s’imposent dans les piscines

Plus d'articles