Nous suivre Acteurs du sport

Les maîtres nageurs sauveteurs

Jean-Louis Gouju gouju@u-pec.fr

Sujets relatifs :

, ,

Axel Lamotte

secrétaire général adjoint du Syndicat national professionnel des maîtres nageurs sauveteurs

Que représente la profession des maîtres nageurs sauveteurs en France?

Il y a entre 20 000 et 22 000 maîtres nageurs sauveteurs (MNS). Il a été délivré 16834 certificats d'aptitude à l'exercice de la profession de maître nageur sauveteur (CAEPMNS) ces cinq dernières années. Les formations de MNS effectuées depuis 2010 représentent environ 450 professionnels. L'université forme environ 100 à 150 étudiants par an disposant du titre de MNS, ce qui permet d'additionner encore 600 personnes.

 

Manque-t-on de MNS, notamment en saison estivale?

Je prendrai un exemple : les piscines de camping. L'hôtellerie de plein air avait, en 1990, 1 369 campings dotés d'une piscine. Cette année, leur nombre est de 3 746. Le chiffre a donc presque triplé. Notre commission de veille des annonces illégales dénombre parfois plus de 200 annonces fantaisistes comme le recrutement de « surveillants de piscine ». Il n'est pas besoin de courbes statistiques pour comprendre que le nombre de MNS disponibles lors de cette période est largement insuffisant. Rien que pour les campings, il faudrait environ 10 000 MNS pour assurer une amplitude qui corresponde aux usages de la piscine estivale.

Et pour les équipements ouverts à l'année?

Sur un peu plus de 5 000 piscines, environ 2 000 sont ouvertes à l'année. Il existe des tailles très variées, allant d'un à plus d'une douzaine de professionnels. Les besoins en MNS sont bien évidemment largement supérieurs aux chiffres de diplômés disponibles. Sur nos 5000 adhérents du SNPMNS, la pyramide des âges fait apparaître 9,8 % de plus de 65 ans, 15,3 % de plus de 55 ans et 8,8 % de plus de 50 ans. Au total, un tiers des MNS aurait plus de 50 ans. Parmi ceux-ci, beaucoup effectuent d'autres missions que celles de MNS proprement dites, ou alors exercent occasionnellement. Dans les trois années à venir, il faudrait 5 000 maîtres -nageurs sauveteurs nouveaux.

 

Comment les dispositifs de formation et de certification peuvent-ils répondre à ces besoins ?

Les réformes successives ont aggravé la situation. Le brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJEPS) activités aquatiques ne donnait par exemple pas le titre de MNS, avant la création du BP AAN... Il y a eu un « trou d'air » dans les processus de certification. Les coûts particulièrement élevés des formations sont également un frein à l'entrée en formation, ce qui me paraît grave en période de fort chômage. Pour combler ces manques, l'université devrait prendre le relais en doublant le nombre de diplômés avec le titre de MNS par l'unité d'enseignement sécurité et sauvetage en milieu aquatique (UE SSMA). Aujourd'hui, on compte seulement 150 diplômés. Ces formations universitaires donnent pourtant des perspectives de carrières intéressantes associant MNS, gestion et organisation des activités physiques. Mettre en place des diplômes de substitution ne semble en revanche pas pertinent au regard du nombre toujours important de noyades en France. Il faut renforcer les apprentissages et aussi les activités de bien-être pour une amélioration de la santé de nos concitoyens.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Metier : interview de François Beauchard

Metier : interview de François Beauchard

François Beauchard, Chairman European Network for Outdoor Sports (ENOS) En quoi consiste le rôle de Chairman ? La première mission de Chairman (pour éviter le terme de président) d’ENOS est d’abord[…]

11/01/2019 |
« L’égalité femmes-hommes dans l’entreprise peut également passer par les valeurs du sport » - Interview de Carole Bretteville

« L’égalité femmes-hommes dans l’entreprise peut également passer par les valeurs du sport » - Interview de Carole Bretteville

[Interview] - Michel Gaillard "Les aménageurs ont besoin de pouvoir confronter leur vision avec des experts du secteur sportif "

[Interview] - Michel Gaillard "Les aménageurs ont besoin de pouvoir confronter leur vision avec des experts du secteur sportif "

« Il s'agit d'être en évaluation constante de nos politiques pour apprécier leur impact sur le terrain »

« Il s'agit d'être en évaluation constante de nos politiques pour apprécier leur impact sur le terrain »

Plus d'articles