Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Les fédés mettent les clubs à l’amende

David Picot • david1picot@yahoo.fr
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les fédés mettent les clubs à l’amende

© Imillian - ADOBESTOCK

Frais de mutation, cartons jaunes ou rouges, présentation d’officiels en nombre suffisant lors des compétitions, envoi tardif d’un résultat… De tout temps, les règlements généraux des fédérations sportives stipulent amendes et autres pénalités infligées aux clubs, en cas de manquements. Aujourd’hui, de plus en plus de voix s’élèvent contre l’accumulation de ces contraintes financières qui pèsent sur les budgets des petits clubs et engloutissent parfois une grosse partie des subventions. Si par lassitude ou peur des représailles peu se rebiffent, le mécontentement gronde. Et interpelle la légitimité des fédérations.

Un dimanche de début septembre. Reprise du championnat régional de football. Une faute plus maladroite que méchante, une contestation du joueur. Carton jaune… Sur le bord du terrain, le trésorier de club sourit jaune  : « cadeau pour la ligue… », en référence à la poignée d’euros que va coûter ce fait de jeu, à son club. La faute aurait certes pu être évitée. Cela n’aurait pas pour autant apaisé le courroux de ce dirigeant qui « a l’impression de payer en permanence ». Un discours en forme de gimmick. Et pour cause, le phénomène ne date pas d’hier. En 2012, l’Association nationale des élus en charge du sport (Andes) avait piloté une étude, parmi ses adhérents, relative à « La perception du football amateur par les élus locaux ». À l’époque déjà, les relations avec les instances étaient pointées du doigt : 73 % des élus estimaient que ce système d’amendes et de sanctions était « injustifié et trop pénalisant pour les clubs ». Et 65 % des répondants plaidaient en faveur d’une réforme de ce dispositif, dans un objectif de tendre vers « la réduction des charges pour les clubs amateurs ».

 

Les amendes, une préoccupation ancienne
C’est en 2011 que le comité directeur de l’Agence nationale des élus en charge du sport (Andes) a amorcé une réflexion sur le thème des relations financières entre les fédérations, leurs comités régionaux et départementaux, et les associations sportives. À l’époque déjà, « les associations se plaignaient de manière récurrente auprès des élus locaux des diverses charges croissantes qui leur incombent », soulignait-elle, en référence notamment aux diverses amendes administratives. « Il est nécessaire de s’interroger sur les diverses amendes administratives infligées aux clubs en cas d’absence à une assemblée générale du comité départemental ou régional, d’un retard de saisie des résultats sur internet ou des frais de dossier », s’interrogeait ainsi son
comité directeur. Avant d’émettre quelques propositions comme le fait de « reverser des montants provenant des diverses amendes et sanctions sportives soit au profit de la lutte contre les incivilités, soit sous forme d’aide aux clubs ». Une proposition restée lettre morte…

Jusqu’à un quart de la subvention…

Le bilan, sept ans  plus  tard ? Rien n’a changé, à en croire Pierre Grégoire, vice-président de l’Andes et premier adjoint, en charge de la jeunesse et des sports à Ézanville (Val-d’Oise).

« La subvention que  nous[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À Limoges le sport se diversifie

À Limoges le sport se diversifie

Si Limoges est associée au CSP, le fameux club de basket, depuis les années 1980 sa politique sportive s’est largement diversifiée et anticipe sur les nouveaux besoins. Elle vient d’être reconnue membre du[…]

03/12/2019 |
Région Sud : dotation olympique

Région Sud : dotation olympique

Grand Est : la conférence régionale invite les pratiquants

Grand Est : la conférence régionale invite les pratiquants

Interview de Frédéric Sanaur

Interview de Frédéric Sanaur

Plus d'articles