Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Les cloisons s’adaptent aux usages

Sylvie Roman • sylroman@yahoo.fr

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Les cloisons s’adaptent aux usages

© gerbe Architecte

Les cloisons mobiles sont idéales pour partitionner l’espace et optimiser un équipement sportif, en multipliant les utilisations. Souples, rigides ou hybrides en matière de « séparateur d’espace » comme on les appelle, tout s’adapte et tout s’imagine. Mais les contraintes ne sont pas les mêmes et, pour être certain de répondre aux besoins des usagers, une étude technique en amont est primordiale pour choisir le bon système.

L’histoire des séparateurs d’espaces est aussi une histoire de pays. C’est en tout cas ce que nous explique José Allard, président de « Allard Sport », société implantée en Belgique. « Les cloisons rigides sont plutôt développées au nord, dans des pays comme l’Allemagne, le Luxembourg ou chez nous en Belgique. Alors qu’en France, si on constate que ça émerge peu à peu, le recours à des cloisons rigides est encore très minoritaire ».

 

Toile polyester

Apparemment, les architectes, AMO et maîtres d’ouvrage français privilégient surtout les séparateurs souples. Ceux-ci présentent il est vrai une série d’avantages. Relativement légers, ils sont donc facilement mis en œuvre, et ne nécessitent pas de structures portantes hors normes. De plus, du fait de leur légèreté, ces rideaux sont totalement adaptables à toutes les dimensions, ou presque ! « Le système en toile polyester, simple ou double épaisseur, avec parfois des zones transparentes en PVC, ou la partie supérieure en filet, est fixé au plafond, et s’actionne en général grâce à un enrouleur automatisé, avec une sécurité par clé. Il est bien adapté par exemple dans le cadre d’un gymnase scolaire, où l’on aura le même type d’utilisateurs, et le même type de sport », estime José Allard. Le cas typique, les scolaires ayant les mêmes horaires d’utilisation, mais qui sont séparés, soit par classes ou par niveaux. Dans ce cas-là, il n’y a pas d’incompatibilité d’usages au sein du même plateau sportif. « En revanche, avec une cloison mixte, toile et filet, il ne sera pas possible de faire d’un côté de la gymnastique ou de la danse, et de l’autre du handball par exemple ». Ces matériaux n’apportant évidemment pas ou peu de protection acoustique ou thermique, il est impossible[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À Tossiat, trois « Cube » plutôt qu’un !

À Tossiat, trois « Cube » plutôt qu’un !

Inauguré en 2014, le Cube, salle multisport de Tossiat, optimise l’espace grâce à un cloisonnement très performant. Trois salles respectant bien les pratiques et pour un coût raisonnable. Dès 1995,[…]

25/02/2019 |
Épinay-sur-Seine opte pour le grès

Épinay-sur-Seine opte pour le grès

Les sols des piscines entrent en résistance

Les sols des piscines entrent en résistance

Saint-Brès, la chaufferie bois couvre 75 % des besoins thermiques de la piscine

Saint-Brès, la chaufferie bois couvre 75 % des besoins thermiques de la piscine

Plus d'articles