Nous suivre Acteurs du sport

Les Bains de Bègles, une réhabilitation durable

Les Bains de Bègles,  une réhabilitation durable

Créés en 1932, les bains-douches de Bègles ont fermé en 1996, ne répondant plus aux exigences d'hygiène et de sécurité des piscines publiques. Ce bâtiment, classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1991, a pu rouvrir en 2006 en se plaçant comme un service complémentaire à l'offre de la métropole bordelaise, et en se positionnant sur l'axe du bien-être, de la forme et de la santé. Plusieurs innovations techniques sur le plan de la maîtrise de l'énergie ou de la ressource en eau en font un équipement exemplaire en matière de développement durable.

Les Bains sont composés d'un nouveau bassin de 25 mètres de cinq couloirs, d'une aire de motricité sèche ayant pris place dans l'ancien bassin de 1932, d'un véritable hammam oriental avec une salle tiède et une salle chaude, d'un espace soins du corps et d'un restaurant biologique. L'établissement est géré en régie directe, à l'exception de l'espace soins du corps et du restaurant pour lesquels une convention de mise à disposition temporaire du domaine public a été mise en œuvre; la maintenance des installations techniques et l'entretien des plages et du bassin sont délégués. La fréquentation de cet équipement de proximité ne cesse de croître depuis son ouverture, passant de 56000 entrées la première année d'exploitation à pratiquement 100000 entrées en 2014.

 

Projet participatif et solidaire

Le succès de cet établissement tient pour partie à son originalité architecturale, mais également au confort -ressenti par les usagers grâce à la -technicité mise en œuvre à tous les niveaux pour faire de cet établissement un pilote en matière de développement durable. Durant les travaux de réhabilitation, un projet participatif et solidaire a été mis en place. Ainsi, une maison de chantier a été créée, permettant l'accueil des réunions de chantier, des ouvriers et du public -souhaitant se renseigner sur l'avancée du chantier. Des tables d'hôtes avec visite du chantier sont organisées de façon hebdomadaire et des réunions thématiques en lien avec le bâtiment de façon -mensuelle.

Les entreprises recrutées sont pour la plupart des entreprises locales et une clause d'insertion est intégrée au marché de travaux pour embaucher des personnes en réinsertion professionnelle. L'école maternelle située face à la piscine participe également au projet, accompagnée par des étudiants en architecture, pour découvrir les différents métiers présents sur le chantier. Les dessins qu'ils ont réalisés ont été pixélisés par un artiste verrier local et reproduits sur un vase géant toujours présent au centre du restaurant de la piscine. Le comité de quartier a, quant à lui, financé la reconstruction de la table historique présente sous la coupole de l'entrée.

 

Surproduction calorifique

En matière d'économie d'énergie, les Bains sont dotés d'une centrale d'air double flux à récupération calorifique sur l'air vicié, permettant de réinjecter ces calories dans le circuit de chauffage de l'établissement. Par ailleurs, la façade sud du hall bassin est équipée de dix-huit panneaux solaires permettant de fournir la quasi-totalité de l'ECS de l'établissement.

Depuis un an, Les Bains sont dotés d'un récupérateur calorifique des eaux usées (lire le Zoom), permettant de diminuer grandement le fonctionnement de la chaufferie au gaz de ville. En effet, l'eau de ville arrive à une température moyenne de 14 °C. Le bassin est chauffé à 28 °C. Depuis que le récupérateur calorifique des eaux usées a été installé, il n'y a plus que 2 °C à réchauffer avec la chaudière gaz, contre 14 °C auparavant. En trois mois de fonctionnement, la piscine de Bègles avait déjà économisé l'équivalent de la consommation énergétique annuelle d'un foyer de quatre personnes.

L'addition de ces différentes -technologies amène l'établissement en surproduction calorifique par rapport à ses besoins. Aussi, il est envisagé dans un avenir proche de connecter la chaufferie à l'école maternelle située en face de la piscine, afin de mutualiser la fourniture énergétique.

 

Utilisation des eaux de rejet

En matière d'économie d'eau, Les Bains ont été précurseurs par la mise en place dès 2006 d'un système de déchloration des eaux de rejet de la piscine par les plantes. Un bassin de phytoremédiation a été installé dans le patio de la piscine, tel une sixième ligne de nage. Inspiré des stations d'épuration d'eau fonctionnant avec des systèmes de lagunage ou de la première baignade naturelle installée à Combloux dans les Alpes, un travail d'un an a été mis en place, sous la houlette d'un groupe de travail mené par l'artiste botaniste Liliana Motta, pour vérifier quelles étaient les plantes les plus à même de se nourrir du chlore au niveau racinaire.

Ce système a permis à la ville de Bègles d'obtenir plusieurs dérogations préfectorales, permettant de réutiliser ces eaux de rejet à des usages techniques. Ainsi, ces eaux permettent d'alimenter les WC de l'établissement, d'arroser le jardin paysager, d'alimenter la balayeuse municipale et les citernes d'arrosage des espaces verts de la ville, d'alimenter les camions d'hydro-curage de la métropole bordelaise. L'eau n'ayant pas été réutilisée est renvoyée dans le circuit d'eau pluviale et non à l'égout, le bassin de phytoremédiation l'ayant remise en vie, permettant ainsi de diminuer de façon substantielle la facture d'assainissement de la collectivité. Par ailleurs, la piscine est équipée d'un déchloraminateur à lampe UV moyenne pression, permettant la destruction des chloramines et limitant ainsi des apports d'eau neuve conséquents.

 

Niveau optimal de filtration

Depuis un an, la masse filtrante composée de sable a été remplacée par des granulats de verre, afin de gagner en efficacité lors des phases de filtration et de contre-lavage. Les granulats de verre ont la même capacité de filtration que le sable, avec l'avantage de ne pas colmater dans le temps et, par conséquent, de garder un niveau optimal de filtration sur toute sa durée de fonctionnement et une qualité d'eau excellente. La même année, le bassin a été équipé d'une coque inox, venant habiller la piscine carrelée. L'inox offre moins d'aspérité sur les parois, diminuant ainsi la présence bactérienne dans le bassin et diminuant d'autant l'utilisation de produits chimiques et les apports d'eau neuve.

Enfin, la mise en place du récupérateur calorifique des eaux usées a permis de créer une bâche de stockage d'eau (stockage temporaire) pour le lavage des filtres. Grâce à ce système, c'est 15 % de la consommation d'eau annuelle de l'établissement qui a été supprimée. Cet appareil permet également d'être relié au contrôle d'accès et de calibrer précisément les apports d'eau neuve journaliers en fonction de la fréquentation réelle de l'établissement.

 

Protocoles d'entretien récurrents

L'ensemble de ces technologies est relié à des automates mis en relation permanente par un système de contrôle -informatique opérationnel 7 j/7 et 24 h/24. L'agence régionale de santé préconise depuis quelques années des apports d'eau neuve journalier de 50 l/ baigneur, l'arrêté du 7 avril 1981 prévoit 30 l/j/baigneur, alors que la moyenne nationale est de l'ordre de 120 l/j/baigneur. À Bègles, grâce à ces systèmes performants, les apports d'eau neuve se situent entre 60 et 80 l/j/baigneur depuis 2006. Un dernier point profite au confort des usagers et à la diminution des consommations d'eau et de produits chimiques, c'est la mise en place de protocoles d'entretien récurrents dans les zones sensibles et l'utilisation de la vapeur d'eau en désinfection (température supérieure ou égale à 150 °C) une fois par jour. La vapeur est d'ores et déjà d'utilisation classique dans les cuisines centrales et les hôpitaux, où l'hygiène doit être irréprochable. La vapeur est donc tout indiquée pour un fonctionnement en piscine publique. Ce matériel permet un nettoyage efficace des zones peu accessibles aux autolaveuses: les cabines de déshabillage, les casiers, les surfaces verticales, les vitres, les sanitaires et les douches.

 

 

Le fonctionnement

Aux Bains, la récupération des calories des eaux grises rejetées au réseau d'assainissement se fait à travers les points de rejet suivants: les deux pédiluves, les analyseurs en ligne et le débit de fuite. Les eaux provenant des analyseurs et du débit de fuite sont acheminées vers un mini-bac tampon de 1 mètre cube et accolé au système. Les eaux collectées sont refroidies. Les calories prélevées permettent de préchauffer l'eau de renouvellement du bac tampon du bassin. Pour des raisons sanitaires, les eaux de pédiluve sont collectées séparément des autres points de rejet et, une fois refroidies, sont ensuite rejetées directement au réseau d'assainissement. L'eau refroidie est ensuite envoyée soit vers le bassin de phytoremédiation, soit dans un bac tampon de 12 mètres cubes utiles, implanté dans le vide sanitaire et ce, 24 heures au plus avant et pour le lavage des filtres. Cette application avec stockage tampon pour le lavage des filtres permet notamment de ne plus avoir de refroidissement du bassin à la suite d'un lavage de filtres et d'optimiser les consommations d'eau utilisées, en privilégiant l'utilisation des eaux de rejet et non d'eau neuve.

 

Les gains

Aux Bains, ce système permet d'économiser annuellement: 120 MWh de consommation énergétique; 25 tonnes de CO2 émis; 2580 mètres cubes d'eau pour le lavage des filtres.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Premier équipement sportif de France doté d'une filtration sur céramiques, la piscine Jean-Régis d'Annecy tient ses promesses après un an de service: diminution de la consommation en eau du bassin, de[…]

26/10/2018 | Piscine
Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

Le fitness prend son envol en plein air

Le fitness prend son envol en plein air

Plus d'articles