Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Le sport s'adapte au handicap

Le sport s'adapte au handicap

© Grégory Picout

« C'est un vrai bonheur »! Gérard Masson, président de la Fédération française handisport, ne tarit pas d'éloges sur le rôle joué par les collectivités dans la prise en compte du handicap. Quinze ans après la mobilisation sonnée par Jacques Chirac en clôture des états généraux du sport le 8 décembre 2002, de nombreux efforts ont été faits notamment en matière d'accessibilité. Mais il reste des efforts à faire en matière d'accompagnement notamment vis-à-vis des personnes qui vivent avec une déficience intellectuelle ou une maladie psychique.

En France, la politique selon laquelle le sport s'inscrit comme un outil de promotion individuelle et d'intégration des personnes en situation de handicap est en place depuis 2003. Dans l'année qui suit les États généraux du sport de 2002, la prise de conscience est symbolisée par la création du Pôle ressources national sport et handicaps (PRNSH). Cette entité du ministère des Sports, basée dans les murs du Creps de Bourges (Cher) a vocation à constituer un réseau au sein des services déconcentrés de l'État et à former des agents qui travaillent au développement et à la promotion des activités physiques et sportives (APS) pour les personnes en situation de handicap.

 

Deux fédérations

Quasiment quinze ans plus tard, deux fédérations multisports agréées sont centrées sur le handicap: la Fédération française du sport adapté (FFSA) (1), ses 114 ligues et comités départementaux, 1500 associations et 61000 licenciés et la Fédération française handisport (FFH) (2): 90 comités départementaux, 1200 clubs et environ 37000 licenciés. Toutes deux suivent une mission commune: organiser, développer et coordonner la pratique des APS des personnes en situation de handicap. Que celui-ci soit moteur, visuel ou auditif pour la FFH ou mental, intellectuel ou psychique pour la FFSA.

Sur les 1200 clubs que compte la FFH, la moitié correspond à des sections intégrées à des structures valides et l'autre moitié à des clubs handisports. «Le développement s'est réalisé et continue à se réaliser à travers des clubs valides », explique Gérard Masson, le président de la FFH. «Ce schéma est le plus adapté pour que chacun trouve une structure proche de chez lui. Dans tous les cas, l'enjeu est de permettre aux personnes concernées de découvrir les capacités qu'elles ont pour faire du sport ».

 

Écoute positive

Dans ce contexte, les collectivités territoriales se posent[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

La ville de Viry-Châtillon a engagé une démarche expérimentale baptisée ViryVerySport. Elle vise à remettre les équipements collectifs à la disposition du plus grand nombre. Il s'agit de[…]

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Plus d'articles