Nous suivre Acteurs du sport

Le sport automobile mise aussi sur l'électrique

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

Chiffres clés
- 56000 licenciés. - 1100 compétitions organisées chaque année. - 38 structures régionales et 380 clubs organisateurs. - 30 épreuves internationales accueillies sur le territoire. - 350 circuits automobiles et karting implantés en France. - 5 élections consécutives de Sébastien Loeb comme sportif préféré des Français. - 90 % des pilotes de Formule 1 ont commencé par le karting. - 19 titres de champions du monde acquis en 2014 par les constructeurs français en Formule 1 (3), rallye (15) et en voiture de tourisme (1). - 20 titres de champions du monde acquis par les pilotes français en Formule 1 (4), rallye (12), en voiture de tourisme (4) jusqu'en 2014.


Fédération française du sport automobile, 32, avenue de New York 75781 Paris Cedex 16, 0144302410, www.ffsa.org

Le 23 avril, Paris accueillera la septième épreuve de la saison 2015-2016 de Formule E. Un secteur dans lequel la France est très présente et sur lequel la Fédération compte pour continuer à se développer. En insistant comme par le passé sur la formation.

La France est particulièrement présente en Formule E (championnat international de monoplaces 100 % électriques). La première monoplace électrique, le prototype Formulec de 2010 qui a servi de test à la voiture actuelle, a été lancée par Éric Barbaroux et -Pierre -Gosselin, qui organisent le grand prix de Paris. La voiture utilisée par toutes les écuries est de conception et de construction française (Spark technologie). Michelin fournit depuis le début des pneumatiques « verts ». Renault a assuré la mise en place de l'ensemble batteries et moteur. Deux constructeurs français sont engagés: Renault e-dams et DS Virgin Racing. Enfin, avec cinq Français, notre pays fournit le plus gros contingent de pilotes.

 

Lien d'attachement

« Nous (les Français) sommes des gens compliqués », constate -Nicolas Deschaux président de la Fédération française du sport automobile (FFSA). « Nous véhiculons collectivement beaucoup d'images négatives autour de la voiture. Mais on connaît de fervents détracteurs qui ne manquent jamais une retransmission de grand prix ». Une enquête conduite pour le compte de la FFSA par Ipsos montre que 55 % des Français se déclarent favorables au sport automobile. Une tendance confirmée depuis quatre années dans le cadre d'un baromètre TNS Sofres pour un site de vente de voitures. Plus des trois quarts des personnes interrogées sont toutefois attentives aux nouvelles technologies. Les courses d'endurance sont exemplaires. Alors que les consommations avaient baissé de 20 % en vingt ans, les organisateurs ont imposé aux constructeurs de diminuer la consommation des prototypes de 30 % sur une seule année! « En permanence, le sport automobile teste de nouvelles technologies qui servent directement la voiture de monsieur tout le monde », poursuit le président.

 

Une fédération d'organisateurs

« En sport automobile, comme dans beaucoup d'autres sports mécaniques, la notion de club n'existe pas. Nous sommes une fédération d'organisateurs de manifestations. La prise de licence (60000 environ) est liée à la participation à l'un des 1000 événements organisés chaque année par nos 400 structures membres ». L'apprentissage de la conduite, la préparation des voitures relèvent de la responsabilité de chaque coureur. Des métiers se sont structurés, des entreprises aussi autour de la préparation des véhicules et des pilotes, la gestion des circuits. « Autour de la course automobile existe un système économique que nous devons éviter de déstructurer en modifiant nos règlements », observe Nicolas Deschaux.

 

Filière de recrutement

Achat du véhicule, préparation mécanique, location de circuit pour organiser des roulages (entraînements), si on ne dispose pas dans son entourage des compétences nécessaires, la facture peut vite exploser. Comment, dans ces conditions, sélectionner les meilleurs autrement que par le carnet de chèques? C'est une préoccupation permanente de la fédération qui, à partir d'un réseau labellisé d'écoles de karting (EFK), a mis en place une organisation sophistiquée décrite par le directeur technique national (DTN) Christophe Lollier. « La filière de recrutement est alimentée par le karting. En plus de repérer les meilleurs sur les épreuves fédérales, nous organisons chaque année dans différentes villes des épreuves de sélection ouvertes aux 10-15 ans. Le vainqueur participe à une finale nationale. Suivant les années, nous sélectionnons ainsi un ou deux jeunes à qui nous offrons une saison de course gratuite ».

Les différentes épreuves
Les épreuves routières Toutes se courent sur des portions de voies routières privatisées pour la manifestation. Les plus connues sont les rallyes. Chaque année, plusieurs centaines sont organisées au sein de la coupe de France. Il existe plusieurs niveaux de compétition avec au sommet le championnat du monde WRC. La France accueille une manche de ce championnat du monde: le Tour de Corse. Le rallye peut également se pratiquer sur terre au volant de buggies ou de 4x4. La course de côte est la deuxième catégorie d'épreuves routières. Dans les régions où le relief ne permet pas leur organisation, elles sont remplacées par des slaloms. Les épreuves sur circuit Les circuits sont des terrains spécialement conçus pour le sport automobile. Les compétitions se déclinent en différents niveaux de la base: le karting, au sommet: la Formule 1. De plus, le circuit se décline en une multitude de disciplines: endurance (prototype), sprint (véhicules de séries, accélération (dragster), etc). Les circuits peuvent être aussi de terre: rallye cross, endurance 4x4, etc. L'hiver, des courses sur glace sont organisées. Les véhicules historiques (VHC) Suivant leur date de fabrication, leurs caractéristiques, les véhicules sont classés en catégories des plus anciennes (1905) aux quasi contemporaines. Les épreuves, organisées dans toutes les disciplines de la fédération, proposent aux propriétaires de ces voitures une gamme complète d'activités de sport et de loisir principalement autour du thème de la régularité. Le drift Venu du Japon, le drift est né des courses de rues illégales. C'est une discipline spectaculaire dans laquelle le pilote contrôle le véhicule pour qu'il glisse d'un côté à l'autre de la piste. Elle a comme particularité d'être jugée. Sont appréciés la vitesse, la trajectoire, l'angle d'attaque, le style.

Centre de formation

Ces jeunes font ensuite l'objet d'un suivi régulier de la fédération sur le plan sportif comme de la préparation physique et psychologique. Certains rejoindront « l'Auto sport académie » le centre de formation de la FFSA implanté au Mans qui accueille les meilleurs pour leur permettre de concilier formation et entraînement. « Compte tenu des coûts de la compétition en sport automobile, surtout au plus haut niveau, une fédération n'a pas les moyens de les prendre en charge », explique le DTN, « quand nous repérons un jeune prometteur, nous faisons en sorte de l'accompagner puis de lui permettre d'être repéré par les écuries ». Une méthode qui, si l'on en croit le passé, a donné de bons résultats tant en rallye avec -Sébastien Loeb et Sébastien Ogier, qu'en -Formule 1 avec Romain -Grosjean ou Jean-Éric Vergne.

 

Avec confiance

Ancien pilote de Grand Prix, Jacques Villeneuve prendra le départ du Grand Prix de Paris de Formule E : « la surprise avec l'électrique, c'est qu'il n'y en a pas. C'est une motorisation comme les autres. Ce qui compte c'est le sport automobile, la formule de championnat, ce qui se passe quand on appuie sur l'accélérateur, quand on enfonce la pédale de frein, le pilotage... ». Parce que nous aurons toujours besoin d'engins de déplacement et que beaucoup d'entre nous entretiendront avec ces véhicules et la course une relation passionnelle, il ne fait aucun doute que le sport automobile, s'il sait s'adapter aux conditions de son temps, peut regarder l'avenir avec confiance.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Le MPGP n'est peut être pas aussi engageant sur le plan juridique que le libellé peut le laisser penser - Interview de Eric de Fenoyl

Le MPGP n'est peut être pas aussi engageant sur le plan juridique que le libellé peut le laisser penser - Interview de Eric de Fenoyl

Interview de Eric de Fenoyl, Avocat associé au cabinet TAJ Sur le plan juridique, quel est le principal avantage du MPGP? La caractéristique essentielle du contrat est dans le libellé: la globalité.[…]

Le marché global de performance:  un effet de mode?

Le marché global de performance: un effet de mode?

Le handball pense le coup d'après

Le handball pense le coup d'après

Roller et skate veulent jouer collectif

Roller et skate veulent jouer collectif

Plus d'articles