Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Le solaire, pour quels équipements et quels besoins?

Le solaire, pour quels équipements et quels besoins?

© egis

Les panneaux solaires, thermiques ou photovoltaïques,ne peuvent couvrir la totalité des besoins énergétiques d'un bâtiment. Mais ils sont un complément efficace pour réduire les consommations et l'empreinte carbone. Le choix d'investissement passe par une analyse des productions attendues par rapport aux besoins réels. Quelle que soit la solution choisie, elle doit être plurielle et partir de la conception et de l'orientation même des bâtiments, en privilégiant les mixtes énergétiques, comme la géothermie, les boucles d'eau de mer, et la bio-méthanisation.

Après avoir connu un désintérêt (en raison du coût élevé des panneaux et du prix de rachat de l'électricité très bas), les installations solaires sur les équipements publics ont de nouveau la cote. Du côté du photovoltaïque par exemple, « les retours d'expérience montrent que le prix d'une installation photovoltaïque en toiture a été divisé par deux entre 2015 et 2018, passant de 2000 à 1000 euros/kWc », explique Tanguy -Mulliez, ingénieur au bureau d'études Etamine. Une baisse tempérée par un prix de vente de l'électricité toujours très bas.

Quantifier les économies possibles en matière de production électrique

Le recours aux énergies renouvelables doit se concevoir de façon globale. Cela passe en premier lieu par l'analyse des productions attendues en fonction des surfaces disponibles et de l'ensoleillement (du simple au double en métropole). Une étude de DualSun, fabricant de panneaux, montre par exemple qu'à Tours les productions attendues en photovoltaïque et thermique sont quasi nulles d'octobre à février! Alors que dans les zones de montagne du Sud, les rendements seront beaucoup plus élevés. Une autre étude, encore non publiée à ce jour, tendrait à montrer que pour les régions faiblement ensoleillées, l'impact carbone de la fabrication initiale ne serait pas compensé par la production d'électricité, trop faible, et cela même en considérant une durée de vie optimale de trente années.

Enfin, il est impératif de mesurer les besoins réels et de quantifier les économies possibles en[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À La Léchère, l’ONF teste FORÊTsport

À La Léchère, l’ONF teste FORÊTsport

L’ONF a développé un nouveau concept, un parcours ludique et de découverte, intégré et adapté à la forêt. La ligne directrice de cette formule : le bois local comme unique[…]

À Caen, des terrains sans intrants

À Caen, des terrains sans intrants

Les terrains de sport entendent se passer du phyto

Les terrains de sport entendent se passer du phyto

À Chambéry, l’aire de jeux aquatique dope la fréquentation estivale

À Chambéry, l’aire de jeux aquatique dope la fréquentation estivale

Plus d'articles