Nous suivre Acteurs du sport

Le projet associatif se limite le plus souvent à augmenter le nombre d’adhérents et à gagner des compétitions

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le projet associatif se limite le plus souvent à augmenter le nombre d’adhérents et à gagner des compétitions

Interview de Jacques Malet, président de l'association Recherches & solidarités, coauteur de « La France bénévole »

Le bénévolat sportif est-il différent des autres secteurs, comme la culture à qui il est souvent comparé?

Oui. Je dégagerai deux différences principales. Un, effectivement, dans la culture, de plus en plus de missions ont été confiées aux salariés comme les professeurs de danse ou de dessin. Alors que dans le sport, il apparaît plus difficile de confier des missions remplies par les bénévoles aux éducateurs sportifs qui sont là pour la pratique. Et deux, la notion de projet associatif dans le domaine du sport est très peu partagée et c'est un vrai problème.

Quel lien faites-vous entre projet associatif et bénévolat?

Lorsque nous demandons aux associations sportives si elles ont un projet associatif, celui-ci se limite le plus souvent à augmenter le nombre d'adhérents, et à gagner des compétitions pour changer de division. Et si possible avec de l'argent. Le projet associatif introduit des notions de qualité par exemple et permet de répondre à des questions comme « pourquoi est-on ensemble? Qui fait quoi? Et comment? » Du coup, le bénévole y trouve plus facilement sa place.

Croyez-vous à l'élaboration d'un statut du bénévole?

Mais les bénévoles ne le souhaitent pas forcément! Ils veulent qu'on détermine leur rôle, leurs fonctions et leurs responsabilités au sein d'un projet associatif. Quant aux fameux trimestres qui compteraient pour la retraite, je ne vous dis pas l'usine à gaz... Le mécénat de compétence? Nous constatons que les relations entre les entreprises et le secteur sportif se développent. Mais laissons les choses se faire naturellement plutôt que de les décréter par une loi. Il serait par exemple stupide et contre-productif de sortir une loi qui obligerait les entreprises de plus de x salariés à faire du mécénat de compétence.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

La gouvernance du sport bute sur les territoires

La gouvernance du sport bute sur les territoires

Entre inquiétudes et scepticisme, l’Agence nationale du sport sort d’une première année d’existence chaotique. Le cadre national désormais posé, place à  l’organisation[…]

Les Landes mettent le cap sur les JO

Les Landes mettent le cap sur les JO

Le Conseil d’Etat fait 21 propositions pour une politique publique du sport ambitieuse

Le Conseil d’Etat fait 21 propositions pour une politique publique du sport ambitieuse

La Bourgogne Franche-Comté récompense la vertu

La Bourgogne Franche-Comté récompense la vertu

Plus d'articles