Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Le mécénat sportif cherche à conquérir sa légitimité

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Le mécénat sportif cherche à conquérir sa légitimité

© vectorfusionart - stock.adobe.com

Au moment où les financements publics se contractent, le mouvement sportif est incité à diversifier ses ressources en faisant appel aux financements privés. Mais les résultats sont pour l’heure modestes avec seulement 2 % du budget que les entreprises disent consacrer au mécénat. Pour aller plus loin, il va sûrement falloir compter sur la mutualisation.

Le sport est le domaine le plus investi par les entreprises mécènes. 43 % d’entre elles soutiennent un ou plusieurs projets sportifs. Une performance flatteuse qu’il faut tempérer par les sommes mobilisées : le mécénat sportif ne représente que 2 % du budget total que les entreprises déclarent consacrer au mécénat. Une part en baisse régulière selon le dernier baromètre Admical du mécénat d’entreprise d’octobre 2018. Un mécénat consacré principalement au sport comme facteur de lien social, au développement de la pratique sportive et à l’insertion sociale.

Interrogée, la ­Fondation de France déclare spontanément « nous ne finançons pas le sport » (sous-entendu : le sport des fédérations sportives) alors que depuis 2006 elle a financé 802 projets sport et santé en milieu rural pour près de 6 millions d’euros, qu’elle lance en 2020 un nouveau programme « Femmes et sport, pour un nouveau départ » et qu’elle abrite une vingtaine des fondations qui agissent dans le sport comme les fondations Lacoste et Salomon. Le mécénat sportif doit donc conquérir sa légitimité.

Crédit d’impôt

L’avantage du mécénat c’est que l’État accorde un crédit d’impôt de 60 % au donateur. Pour bénéficier de cet avantage, le don doit répondre à des conditions strictes : « un soutien apporté par une personne physique ou morale, sans contrepartie directe ou indirecte de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général ». Il se distingue ainsi du sponsoring (ou parrainage) qui correspond à un échange dans lequel le donateur retire un avantage direct.

Du côté des associations, il ne peut servir à financer des actions qui correspondent à leur objet. Ainsi, bien qu’elles soient reconnues[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Le savoir rouler à vélo démarre petit braquet

Le savoir rouler à vélo démarre petit braquet

Faire en sorte que les jeunes se rendent au collège à vélo, en toute autonomie : c’est l’objectif du programme « Savoir rouler à vélo », lancé par le ministère des[…]

04/06/2020 | EducationJeunesse
Le Grand Nancy évalue le savoir nager

Le Grand Nancy évalue le savoir nager

Coronavirus : les fédérations veulent penser l’après

Coronavirus : les fédérations veulent penser l’après

À Brest l’émergence 
d’un réseau sport santé

À Brest l’émergence 
d’un réseau sport santé

Plus d'articles