Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Le handball pense le coup d'après

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com
Le handball pense le coup d'après

© Dziurek - adobestock

Victoires sportives, hausse du nombre de licenciés, et maintenant nouveau siège. À la Fédération française de handball, tous les indicateurs sont au vert. Mais les responsables veulent faire encore plus pour préparer l'avenir. Leur nouveau siège concrétise ces ambitions.

Dès l'entrée dans la maison du handball, ce qui marque c'est d'abord sa fonctionnalité. Rien de luxueux dans cet ensemble de 14000 m2 où chaque espace a sa destination, voire plusieurs car reconfigurable en fonction des besoins.

 

Irriguer

Pour le président de la Fédération française de handball (FFHB), Joël Delplanque, « la maison du handball est dédiée à la communauté du handball. Ce n'est pas seulement un centre technique ou un siège administratif. Y viendront aussi toutes les handballeuses et tous les handballeurs pour se former ou accéder à l'espace muséographique, la presse, nos partenaires qui bénéficieront d'espaces pour développer leurs activités ». Un programme qui diffère d'autres centres fédéraux comme Clairefontaine (football) ou Marcoussis (rugby). « Nous avons douze équipes nationales qui tournent 60 jours par an dans le monde entier. Nous essayerons d'être le plus souvent possible dans la maison du handball, mais nous ne pouvions tout y concentrer et cela ne correspondait pas à notre vision du haut niveau. L'excellence sportive handball doit être partout et irriguer tous les territoires », justifie Philippe Bana, le directeur technique national, ajoutant « si la maison du handball a une envergure nationale et internationale, elle s'inscrit aussi dans son territoire. Ainsi pour le médical, nous avons tenu compte de la proximité de l'hôpital Henri-Mondor et du service médical de l'Insep pour calibrer nos installations médicales ».

 

Anticiper

De fait, depuis la victoire des « Barjots » en 1995, le handball, masculin et féminin, nous a habitués aux sommets. Parallèlement, les effectifs de licenciés ont plus que doublé (207000[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

[Interview] de Marc Charles, interne en santé Publique

[Interview] de Marc Charles, interne en santé Publique

« La problématique liée à l’engagement des médecins a été largement sous-estimée » Vous attendiez-vous à ce que le sport-santé sur ordonnance peine autant à[…]

18/02/2019 | Santé
Le sport-santé en petite forme

Le sport-santé en petite forme

La Seine-et-Marne préfigure la future gouvernance du sport

La Seine-et-Marne préfigure la future gouvernance du sport

JO 2024 : la Seine-Saint-Denis veut faire fructifier l’héritage

JO 2024 : la Seine-Saint-Denis veut faire fructifier l’héritage

Plus d'articles