Nous suivre Acteurs du sport

abonné

La voile change de cap

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La voile change de cap

dynamic team struggle to the regatta sailing ship

© ©yanlev - stock.adobe.com

La Fédération française de voile s’est fixé comme objectif de passer de 300 à 500 000 licenciés. Ambitieux et atteignable estiment les dirigeants à condition de modifier les rapports de la fédération aux adhérents et aux clubs. Et de concilier le sportif et le loisir.

Le Salon nautique 2018 vient de se terminer sur une note positive. « Nous venons de traverser une crise de dix années. En 2008, le marché de la plaisance s’est effondré. Même si, grâce à l’export, la France a mieux amorti cette crise, elle a été violente mais nous en sortons progressivement », explique Éric Mabo, délégué général adjoint de la Fédération des industries nautiques. Les raisons ? la situation économique naturellement mais pas seulement : « L’économie de la plaisance historiquement centrée sur la propriété est en train de changer. Auparavant, pour accéder à la voile, il y avait deux solutions : s’inscrire dans un club ou acheter son embarcation. Aujourd’hui, on voit se développer de nouvelles formules : propriété partagée, location assistée, co-navigation, location avec skipper… qui pour certaines posent des problèmes réglementaires », analyse le délégué.


Nouvelle équipe


Ces évolutions interpellent les acteurs de la pratique nautique. La fédération a fait le choix historique de gérer à la fois le compétitif et le développement. « Mais dans la mesure où certaines politiques nationales attachent parfois beaucoup d’importance au sportif, il peut être difficile d’intervenir avec le même niveau d’efficacité dans ces deux domaines ». C’est dans ce contexte que, à l’issue des Jeux olympiques de Rio, une nouvelle équipe emmenée par Nicolas Henard s’installe en 2017 à la tête de la Fédération française de voile (FFV). Double champion olympique dans la catégorie Tornado en 1988 (Séoul) et 1992 (Barcelone), jeune (né en 1964), au cursus atypique de professeur d’EPS puis HEC avec une brillante carrière dans le monde de l’entreprise, sa campagne préfigure ses orientations : 200 000 km parcourus pour aller à la rencontre des clubs et faire de la FFV une « fédération de clubs » et principalement de «[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Lillebonne : bilan mitigé pour l’échangeur thermique de la piscine

Lillebonne : bilan mitigé pour l’échangeur thermique de la piscine

En juin 2015, le centre aquatique de La Presqu’île à Lillebonne (Seine-Maritime) a expérimenté un nouveau dispositif pour chauffer l’eau de ses bassins et maîtriser l’hygrométrie.[…]

Les équipements sportifs n’ont pas (encore) l’ADN développement durable

Les équipements sportifs n’ont pas (encore) l’ADN développement durable

À Lyon, Trait d’union relie sportifs amateurs et professionnels

À Lyon, Trait d’union relie sportifs amateurs et professionnels

Les comptoirs du sport rapprochent les clubs de leurs partenaires

Les comptoirs du sport rapprochent les clubs de leurs partenaires

Plus d'articles