Nous suivre Acteurs du sport

La luminothérapie prend racine dans les stades

Idir Zebboudj - idir.zebboudj@gmail.com

Sujets relatifs :

, ,

Est-ce rentable ?
Difficile de déterminer le temps de retour sur investissement de la luminothérapie, eu égard au manque de recul dont la France dispose sur cette technique. Mais le cas du Stade Rennais apporte son lot d'enseignements. Le stadium manager Karim Houari indique que l'investissement nécessaire à l'acquisition de ses douze rampes de 12 000 watts chacune s'élève à 160 000 euros HT avec une durée d'amortissement de huit à dix ans (source : L'Équipe). Il ajoute que l'utilisation de ces lampes 17 heures sur 24 toute l'année engendre une consommation électrique dont le montant serait compris entre 35 000 et 40 000 euros. Mais depuis le recours à la luminothérapie il y a quatre ans, le club n'a pas eu à effectuer de replaquage de gazon, soit une économie de 150 000 euros annuels. Un choix qui serait donc finalement très rentable sur la durée.

Déjà très utilisée en Angleterre et aux Pays-Bas, la luminothérapie qui vise à stimuler la croissance des gazons commence à essaimer en France. Les pelouses de plusieurs clubs professionnels (Rennes, Paris, Lille, Lyon, Nice) y ont recours. Avec des premiers résultats encourageants.

Il est l'une des dernières recrues du Paris-Saint-Germain, mais n'a pas de maillot floqué à son nom dans les boutiques du club. Il fait pourtant partie des renforts censés faire du PSG un grand du football européen. Son nom est Jonathan Calderwood et il officie au poste de... jardinier. Avant d'être débauché par Paris en juin dernier, celui qui s'occupait du club -d'Aston Villa en Angleterre avait été élu deux fois « meilleur jardinier de Premier League », en 2009 et 2012.

 

Stimuler la photosynthèse

Alors que le Paris-Saint--Germain devrait résider au Parc des Princes pour une trentaine d'années supplémentaires, ses dirigeants attachent désormais le plus grand soin à l'entretien de sa pelouse. Outre le recrutement de Jonathan Calderwood, le club a en effet investi dans l'achat d'un système de chauffage électrique, pour maintenir la pelouse en température en période de gel (voir Acteurs du sport n° 151). Mais ce n'est pas tout, puisque le nouveau jardinier est un apôtre du traitement des pelouses par luminothérapie. Le principe de cette technique est de stimuler le processus de photosynthèse à l'aide d'un éclairage artificiel et, ainsi, d'accélérer la croissance des gazons, notamment en hiver, période à laquelle les fibres entrent d'ordinaire en repos.

Encore d'avant-garde en France, la luminothérapie est en revanche bien plus répandue chez nos voisins européens. C'est le cas notamment en Angleterre, mais aussi aux Pays-Bas. « Nous sommes allés voir les stades de l'Ajax Amsterdam et du PSV Eindhoven (tous deux équipés de systèmes d'éclairage artificiel) », se souvient Robert Jobard, directeur général de Sportingsols.

 

Douze rampes d'éclairage

Le Stade Rennais, précurseur, va faire appel à ses services. En 2008, déjà, le Stade Rennais avait sollicité ses conseils pour le remplacement de sa pelouse. Sportingsols avait alors préconisé une pelouse reposant sur un substrat élaboré (en l'espèce, le substrat Terrafoot, voir Acteurs du sport n° 151). Pour préserver la qualité de cette nouvelle pelouse, les exploitants du Stade de la route de Lorient ont cherché à résoudre les problèmes de croissance des brins d'herbe sur les parties ombragées du terrain. Il avait d'abord été envisagé de remplacer les tôles de couverture en tribune sud par des plaques translucides en polycarbonate. Une option jugée trop chère par la ville de Rennes, propriétaire de l'enceinte. Le Stade Rennais a donc pris le parti d'expérimenter la luminothérapie, sur les conseils de Sportingsols, qui a mené des tests avec le concours de l'Inra. Dans un premier temps, le Stade Rennais a loué quatre rampes mobiles munies de lampes aux sociétés SGL et MLR. Les tests s'étant avérés concluants, le Stade Rennais a fait l'acquisition auprès de la société Techni'Arena de douze rampes d'éclairage. Schématiquement, chaque rampe est constituée d'une poutre maîtresse montée sur roues, à 2,50 mètres du sol. De part et d'autre de cette poutre sont disposées des lampes à sodium. La portée de la poutre ainsi que le nombre de lampes sont fonction de la surface à éclairer.

 

Cycle biologique

Dans le cas du Stade Rennais, chacune des douze rampes est dotée de vingt et une lampes de 600 Watts. « Nous ne suivons pas la même logique que les clubs anglais, qui éclairent leurs pelouses 24 heures sur 24, détaille Karim Houari, « Stadium Manager » du Stade Rennais. Nous avons choisi d'utiliser les rampes 17 heures par jour, toute l'année. » Outre le fait d'économiser de l'énergie, ce taux d'éclairement permet de respecter le cycle biologique des brins d'herbe tout en l'aménageant : « Dans des conditions naturelles, le gazon connaît des phases de croissance au printemps et en automne, et se protège en hiver [en se mettant au repos], rappelle Robert Vachon, responsable du pôle maintenance des stades de haut niveau de Parcs & Sports. Mais en calculant le temps cumulé d'ensoleillement, il est également possible de ramener ce temps de repos à une périodicité journalière. » Certaines parties d'un terrain de football font l'objet d'une attention particulière : les zones à l'ombre, bien sûr, généralement orientées au sud, mais également les surfaces de réparation. « L'objectif est de faire en sorte que les brins d'herbe restent turgescents et de couleur verte, et d'éviter ainsi leur jaunissement », développe Robert Vachon.

 

L'avenir aux leds ?

Pour accroître encore la stimulation de la photosynthèse, le recours aux leds (acronyme anglais pour diodes électro-luminescentes) pourrait s'avérer payant. « C'est l'avenir, affirme même Robert Vachon. Outre le fait qu'elles permettent de réduire les consommations électriques [par comparaison avec les lampes à sodium], les leds de couleur permettent de choisir le spectre lumineux le plus favorable à la plante. » Selon ce dernier, il serait ainsi judicieux d'utiliser des leds rouges et bleues. Mais en l'état actuel des connaissances, il semblerait que les lampes à sodium, qui produisent une lumière à plus large spectre que les leds, auraient encore des arguments à faire valoir. Par ailleurs, la sobriété énergétique que l'on prête aux leds serait sujette à caution...

 

Projet de notation

La luminothérapie essaime en tout cas sur les terrains de Ligue 1 : le Stade de France, le Grand Stade de Lille, le Stade de Gerland recourent désormais à cette technique. -L'Allianz Riviera de Nice vient de faire de même en mettant en service ses rampes mobiles à la mi-décembre. De plus en plus de propriétaires et exploitants de stades ont semble-t-il pris acte du projet de notation des stades que projette de mettre en place la Ligue professionnelle de football. La qualité de la pelouse, qui fait partie des critères du système de notation des clubs, a fait l'objet d'une pondération renforcée dans le barème. Or ce système de notation n'est pas anodin, puisqu'il vise à définir la répartition de diverses mannes financières, dont une partie des droits télévisuels. « La maintenance [des pelouses] devient une donnée très importante, estime Robert Jobard. Elle implique de recourir à un certain nombre de techniques, dont la luminothérapie, mais aussi le chauffage et la ventilation. » En redonnant un vert éclatant aux terrains de sport de haut niveau grâce à ce nouvel arsenal, les jardiniers des clubs français n'auront peut-être bientôt plus à... rougir !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Premier équipement sportif de France doté d'une filtration sur céramiques, la piscine Jean-Régis d'Annecy tient ses promesses après un an de service: diminution de la consommation en eau du bassin, de[…]

26/10/2018 | Piscine
Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

Le fitness prend son envol en plein air

Le fitness prend son envol en plein air

Plus d'articles