Nous suivre Acteurs du sport

La domotique révolutionne le gardiennage

Sylvie Roman • sylroman@yahoo.fr

Sujets relatifs :

Mieux vaut s'entourer de spécialistes
La réglementation encadrant les équipements recevant du public (ERP), régit aussi l'encadrement et la sécurité dans les équipements sportifs; plus précisément les articles MS 45 et suivants. Ils prévoient « la présence permanente d'un représentant de l'exploitant durant l'intégralité des temps d'ouverture au public, afin d'assurer le service de sécurité », précise Franck Wagner, directeur du service des sports de Lisieux (Calvados). Depuis 2009, la réglementation a été allégée notamment pour les établissements dont l'effectif total n'excède pas 300 personnes. Une mairie peut déléguer la sécurité et la surveillance de ses équipements sportifs par convention à un tiers (club) sous certaines conditions, déléguant ainsi la surveillance incendie et secours. Mais poursuit encore Franck Wagner, mieux vaut s'entourer de spécialistes, tant au niveau juridique que de la sécurité, comme un préventionniste du Sdis par exemple. À Lisieux, après validation par le service de sécurité du Sdis du protocole et du dispositif mis en place dans le cadre des conventions, les associations (plusieurs personnes par club) sont contactées tous les ans pour une réunion explicative et de sensibilisation (prévue par la réglementation ERP) aux différents points de la sécurité, à leurs obligations et devoirs, à leurs responsabilités. Cette convention engage les deux parties, mais en cas de problème, cela n'enlève pas la responsabilité du premier magistrat de la commune, mais l'atténue.

La domotique révolutionne  le gardiennage

© Ville Dijon

Pour gérer leurs équipements, environ une mairie sur dix ferait aujourd'hui le choix de la domotique. Un investissement important qui nécessite de vérifier les compatibilités des différents logiciels de gestion. Mais surtout de réfléchir aux nouveaux rôles et missions des gardiens d'équipement.

Pendant longtemps, « le gardien d'équipements sportifs et polyvalents était l'homme à tout faire, intervenant un peu à la demande d'un directeur de service, d'un élu, et souvent son poste n'était pas bien défini », souligne Marco -Sentein, président de l'ANDIISS et directeur du service des sports de Muret (Haute-Garonne). Les choses sont d'ailleurs peu cadrées. L'un des seuls textes régissant cette profession est un décret d'avril 2002 émanant du ministère de l'Intérieur qui indique le nombre d'heures que l'employé doit faire, 1272 heures sur 212 jours, avec juste une notion de poste et de disponibilité par rapport aux lieux concernés. Ce manque de précision, et surtout la tranche horaire, « a provoqué de nombreux conflits d'interprétation et une jurisprudence de plus en plus importante », poursuit Marco Sentein pour qui les réponses apportées ne sont pas satisfaisantes pour les collectivités.

 

Fiches de poste

Ceci renforce la nécessité pour la collectivité de faire des fiches de poste les plus précises possible pour les gardiens, logés ou non sur site, avec les attributions, les horaires, les obligations, lieux d'intervention, etc. Ce cadrage permet de clarifier les choses pour les deux parties et de s'assurer au mieux du travail et des interventions. Surtout, en cas d'accident ou de problème, la collectivité a un cadre. Muret, ville de 26000 habitants, a justement lancé une réflexion globale sur son système de gardiennage et le rôle des employés, et cette nouvelle organisation est en cours de validation. Les six gardiens sont logés, soit sur site (ce sont les « concierges fixes »), soit un peu à l'écart des équipements, et font alors partie des « quatre concierges volants ». Leur travail est réparti par semaine (week-end compris), avec des temps de travail et de repos précis, et des plages horaires ne pouvant dépasser 12 heures d'affilée en semaine. Ces employés sont compris dans le plan de sauvegarde communal, et à ce titre sont d'astreinte (de 1er niveau) une semaine sur six: ils peuvent être contactés jour et nuit.

 

Automatisation

En soutien au travail des gardiens et aussi des emplois administratifs, de plus en plus de collectivités font le choix de la domotique. « Une mairie sur dix », estime Marco Sentein. Le sujet fera d'ailleurs l'objet d'un atelier lors des prochaines journées de l'ANDIISS à Mâcon (29 et 30 mars 2017). D'ores et déjà, plusieurs cas peuvent se rencontrer, selon le niveau d'équipement des collectivités: en premier lieu celles uniquement équipées d'un système de gestion, et qui doivent, si elles souhaitent aller au-delà, renforcer ou plutôt reprendre totalement leur dispositif. Mais il y a aussi des collectivités qui ont déjà investi dans un système complexe, et font le choix d'informatiser encore davantage leurs services et les équipements sportifs, afin de gagner en automatisation et rationalisation.

 

Évolutif

Dans le premier cas, l'investissement financier est important, et implique d'anticiper au maximum et d'analyser le plus finement possible le passage à « l'ère du tout numérique », afin de vérifier les compatibilités des différents logiciels de gestion de plannings, de surveillance des salles et espaces et de programmes domotiques. Lorsqu'il y a tout à refaire ou presque, le passage est peut-être plus simple paradoxalement. Mais il importe surtout de laisser une possibilité d'évolution à travers le système choisi. Ce qui s'avère parfois compliqué, comme le souligne le directeur du service des sports de Lisieux et peut de plus être une opération très onéreuse pour changer une partie des installations techniques...

 

Compatibilité

Donc autant se préoccuper, dès la phase de conception, d'un éventuel passage à une surveillance à distance des installations, et opter pour une compatibilité totale des logiciels et des langages informatiques. Les collectivités, de plus en plus nombreuses, déjà bien avancées dans le passage au numérique et à la domotique, optent d'ailleurs, outre les créneaux horaires et l'accessibilité, pour un système central comprenant l'automatisation des éclairages ou des zones, l'ouverture des salles, la mise en route des alarmes, le tout relié à un PC centralisé, avec encore une forte équipe de gardiens sur le terrain, assurant des rondes. Ces communes ne sont pas encore toutes équipées comme à Dijon (Côte-d'Or) de caméras ou de caméras thermiques permettant d'avoir « un œil » sur les installations (lire notre article p. 20).

 

Rôle de police

À Lannion (Côtes-d'Armor), la Maison des sports, un lieu mixte, fonctionne de 8 à 23 heures (sauf le dimanche) tous les jours. Six gardiens veillent sur les installations, s'occupant aussi du ménage de raccord, entre deux passages des équipes de nettoyage, assurés par une société externe. Les gardiens s'assurent de la réception des clubs ou de leurs responsables, de l'ouverture des salles... même si une partie des problématiques est informatisée. « Sur le pôle, on aura toujours un gardien qui fait aussi la « police », car sans sa présence sur place on aurait des dégradations », précise le directeur adjoint du service des sports. « C'est un référent pour tout le monde, aussi bien les clubs et les utilisateurs, que pour la mairie et nos services, ou encore les services de secours, si besoin ».

 

Responsabilités

À Lannion, seules les installations sportives les plus récentes, en l'occurrence les courts de tennis, sont totalement domotisés, et ses 650 utilisateurs sont équipés de badges pour l'accès ou encore la réservation des créneaux horaires. Tout s'effectue sur internet, tout est « relié », mais malgré le nombre important d'adhérents, et donc de badgés, le système fonctionne correctement car seulement trois clubs utilisent les lieux. En cas de différends ou de problèmes d'utilisation, il est ainsi très facile de connaître les responsabilités. Sur les sites avec mono-utilisateur, comme un terrain de football, la gestion est encore plus simple, et la domotique n'a pas vraiment lieu d'être, des conventions d'utilisation étant passées directement avec les clubs concernés.

 

Présence humaine

La présence humaine permet ainsi une réactivité immédiate et continue, notamment pour réaliser de petits travaux de maintenance, mais aussi pour assurer le contrôle visuel des équipements de sécurité ou des buts, le gardien a aussi pour rôle essentiel d'accompagner et défendre sa collectivité, et notamment de rappeler ou de mettre en œuvre les consignes de sécurité ou le règlement intérieur, d'appeler les premiers secours. « Pour moi, les deux systèmes ne sont pas antagonistes mais complémentaires. On ne se passera jamais de gardiens, qui sont souvent les premiers contacts d'un club ou d'utilisateurs extérieurs, avec la commune. Il convient donc de bien les former, de bien définir leurs fonctions. Ils font aussi remonter des informations importantes à leurs directions et aux élus », souligne le président de l'ANDIISS.

 

Mono site

À Muret, un gymnase livré récemment est en cours d'équipement pour gérer les accès et les plannings: mais il s'agit d'un mono-site avec moins d'une vingtaine d'utilisateurs (clubs et professeurs). Pas question de passer à ce système dans un site très éclaté et complexe avec des centaines de personnes et d'utilisateurs. Même si les systèmes de gestion informatisés permettent de sérieuses économies financières, le rôle du gardien change, mais sa présence sur le terrain reste obligatoire.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Premier équipement sportif de France doté d'une filtration sur céramiques, la piscine Jean-Régis d'Annecy tient ses promesses après un an de service: diminution de la consommation en eau du bassin, de[…]

26/10/2018 | Piscine
Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

Le fitness prend son envol en plein air

Le fitness prend son envol en plein air

Plus d'articles