Nous suivre Acteurs du sport

La boxe relève le gant

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

Sujets relatifs :

Pratiques compétitives
• La «boxe éducative assaut (BEA)»: pratique d'opposition entre deux combattants où il est interdit de porter des coups avec puissance. L'objectif est de toucher l'autre. La boxe éducative est un sport de maîtrise et d'habileté où la violence est pénalisée. • La «boxe amateur» a pour but principal de dominer l'adversaire physiquement et techniquement en recherchant sa mise hors combat. Le KO peut donc être recherché et sera naturellement valorisé. Les boxeurs portent des protections. • La «boxe professionnelle ou semi-professionnelle» sans protections.

Pratiques non compétitives
• La «boxe loisir»: permet d'entretenir sa condition physique dans des situations d'opposition en utilisant toute la gestuelle de la boxe et en simulant des combats sans se porter de coups. • L'«aéroboxe»: très récente, il s'agit d'une boxe d'entretien que l'on peut assimiler au «cardio-fitness» pratiqué dans de nombreuses salles de remise en forme. C'est une pratique qui utilise la gestuelle de la boxe ainsi que la culture et l'univers pugilistiques (tenue vestimentaire, sacs, cordes, gants, etc.). • Le «handi-boxe»: activité d'opposition ou de gestuelle pugilistique (parcours moteurs, leçon, travail au sac, etc.) pratiquée par des personnes souffrant de handicap mental. Il concerne aussi les sportifs atteints de handicap moteur. Fédération française de boxe Tour Essor 14 rue Scandicci 93508 Pantin Cedex Tél.: 0149422372 Fax: 0149422879 www.ffboxe.asso.fr

Des licenciés en augmentation régulière, un nombre de clubs en croissance, un doublement du nombre de licenciées féminines en dix ans, beaucoup de fédérations se satisferaient d'un tel bilan. Mais dans cette fédération traditionnellement pourvoyeuse de médailles l'échec aux derniers JO a été durement ressenti. Le chantier de la reconstruction du haut niveau est en cours.

Au plan mondial, la boxe est organisée au sein de l'Aiba (Association internationale de la boxe amateur). Jusqu'à une date récente, cette fédération, membre du Comité international olympique (CIO), n'avait aucune intervention dans les combats professionnels qui sont organisés et gérés par des organisations commerciales.

 

Trois entités

En 2009-2010, l'Aiba a fait disparaître le terme «amateur» de son intitulé et affirmé sa volonté d'organiser «toutes les boxes, partout». Elle entend désormais réunir les pratiques de boxe anglaise existantes et les gérer à travers trois entités:

- Aiba olympic boxing (AOB: boxe olympique);

- World series of boxing (WSB: organisée sous forme de douze franchises qui se rencontrent sous forme de championnat par équipes de boxeurs);

- Aiba professional boxing (APB: dans chaque catégorie la fédération internationale prend douze boxeurs professionnels en contrats avec elle).

Les boxeurs issus des trois séries peuvent accéder aux jeux suivant des procédures de sélection qui demandent encore à être stabilisées. À l'exemple de la NBA, un important programme marketing initié et contrôlé par la fédération internationale elle-même a pour but d'affirmer le contrôle de la fédération internationale sur l'ensemble de la boxe anglaise, de garantir «l'éthique sportive», d'assurer une carrière aux boxeurs amateurs et de préserver leur santé à travers l'organisation d'une série d'événements «professionnels».

Chiffres clés
• Licenciés: 43 157 en 2013 (36 000 en 2009). • Licenciés pro et semi-pro: 412. • Féminines: 18% en 2013 (7,5% en 1998). • Coût d'une licence: de 18 à 80 euros. • 784 clubs en 2013 (657 en 2009). • Budget 3 500 000 euros. • Formation: 38 BPJEPS, 47 animateurs aéroboxe et 154 prévôts formés en 2013, 1 932 licenciés «techniciens».

Fédération traumatisée

Mais il s'agit aussi de lutter contre le désamour du public et des médias vis-à-vis de la boxe. En France, -Brahim Asloum a obtenu, avec le soutien de la fédération, la licence d'une des douze premières franchises créées. Cependant, la greffe entre le secteur professionnel et la fédération n'a pas pris et après une première saison réussie, il a été obligé de mettre fin à l'aventure. Cet épisode qui aura perturbé la préparation de l'équipe de France, sera complété aux Jeux de Londres par des errances d'arbitrage, et se traduira par une déroute sportive de l'équipe de France. Conséquence naturelle, c'est une fédération traumatisée qui s'est donnée après les jeux une nouvelle gouvernance. Pour le directeur technique national en poste depuis quelques mois, Kévinn Rabaud, «les troubles sont derrière nous, on travaille, on reconstruit, on va de l'avant». Avec déjà de premiers résultats. Les féminines, qui n'avaient pas réussi à se qualifier pour les Jeux de Londres, reviennent des derniers Championnats -d'Europe avec trois médailles dont deux dans les catégories olympiques, une première étape vers de futures qualifications.

 

Cultiver la diversité

Si la question de la boxe professionnelle est un défi pour la fédération, ce n'est pas le seul. «La boxe est un outil d'exception, une pratique physique qui s'adapte à l'ensemble des publics. Il est important de cultiver cette diversité et de supprimer les freins arbitraires qui pénalisent le développement de notre discipline, tout en garantissant une pratique digne et sécurisée qui en intègre les codes». C'est par ces mots -qu'André Martin, président de la fédération, introduit le projet «Défis boxe» dans son plan d'action 2013-2016 (Défis étant l'acronyme de diversité, éducation, formation, insertion, solidarité). D'où une démarche en direction des collectivités vis-à-vis desquelles la fédération a mis en place plusieurs programmes spécifiques:

• Le boxing tour: action de découverte de la boxe éducative sous forme d'initiation conduite avec du matériel adapté (ring gonflable). En Ile-de-France, en 2013, la 5e édition a enregistré la participation de trente-deux villes et touché 5000 participants.

• Boxer ensemble: en lien avec le boxing tour et à la demande des collectivités, la fédération aide à la création d'une structure permanente de boxe: identifier les acteurs, les former, impliquer les parents, accompagner les jeunes sur le plan scolaire, suivre les premiers pas de la structure jusqu'à ce qu'elle soit capable de s'assumer seule. La ligue d'Aquitaine a, par cette action, doublé son nombre de licenciés.

• Boxe en milieu carcéral: pas uniquement avec un objectif de compétition mais aussi dans une optique de santé, pour donner un objectif, créer des liens avec l'extérieur à travers les contacts avec un club référent, préparer au retour à la vie civile, socialiser.

Alors que paraît la nouvelle carte des quartiers prioritaires de la politique de la ville, nul doute que la fédération de boxe anglaise dispose d'outils pour répondre aux attentes des territoires.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

La ville de Viry-Châtillon a engagé une démarche expérimentale baptisée ViryVerySport. Elle vise à remettre les équipements collectifs à la disposition du plus grand nombre. Il s'agit de[…]

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Plus d'articles