Nous suivre Acteurs du sport

Formation professionnelle : «  L’objectif initial de simplification et de clarification n’est pas atteint  »

David Picot • david1picot@yahoo.fr

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Formation professionnelle : «  L’objectif initial de simplification et de clarification n’est pas atteint  »

© DR

Interview de Xavier Aumeran, Maître de conférences à l’université Jean-Moulin, Lyon III

En quoi la branche sport est-elle spécifique en matière de formation continue et d’apprentissage ?

Les encadrants sportifs (éducateurs, entraîneurs, moniteurs) constituent une profession réglementée. C’est-à-dire que pour encadrer une activité sportive moyennant rémunération, le code du sport impose que la personne soit titulaire de certains diplômes, ce qui implique des dispositifs qui permettent de financer ces diplômes, limitativement énumérés et souvent coûteux. Il existe aussi le cas particulier des sportifs professionnels ou de haut niveau, qui font face à des besoins de reconversion et ce, de façon systématique. C’est une vraie spécificité dans le paysage français.

Si vous deviez dégager deux idées fortes de cette réforme, quelles seraient-elles ?

Un, l’importance croissante du compte personnelde formation (CPF). Ne serait-ce que pour le rendre plus compréhensible et le mobiliser plus facilement. La réforme ouvre aussi le nombre de formations éligibles au CPF et développe les possibilités d’abondement à ce compte. Cette question de financements complémentaires est essentielle dans un secteur qui a de forts besoins en formation. Et deux, la volonté de développer l’autonomie de la personne dans ses choix de formation ou d’acquisitions de nouvelles compétences. Il s’agit d’attacher les droits à la personne et non pas à son emploi. Cela prend d’autant plus de sens dans la branche sportive où nous avons beaucoup de pluri-actifs et de multi-employeurs. Donc le fait de recentrer les droits à la formation sur la personne permet une plus grande liberté et sécurité au regard de la diversité de ses activités.

Cette réforme vous semble-t-elle achevée ?

Pas encore. L’objectif initial de simplification et de clarification n’est pas atteint. Par exemple, au-delà de contingences purement politiques et de la crainte de froisser certains intérêts, pourquoi maintient-on encore une distinction entre le CPF et le CPF de transition professionnelle (c’est-à-dire l’ancien congé individuel de formation (CIF))? Les deux dispositifs auraient pu être fusionnés pour davantage de moyens financiers attachés à l’individu. De la même façon, pourquoi continuer à dissocier le conseil en évolution professionnelle et le bilan de compétences ? Dans ces cas, nous sommes davantage sur des éléments qui relèvent du jeu d’acteurs que sur la finalité de ces dispositifs.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

[JOURNÉE D'ÉTUDE] Manager après la crise, l’opportunité d’innover

[JOURNÉE D'ÉTUDE] Manager après la crise, l’opportunité d’innover

Manager après la crise, l’opportunité d’innover… quand la transformation des organisations passe par celle des managers… Crise sanitaire, élections locales, restrictions[…]

26/06/2020 | MétierFormation
" Le sport est un vecteur essentiel dans l’épanouissement de la personne en situation de handicap" - Myriam Wischlen

" Le sport est un vecteur essentiel dans l’épanouissement de la personne en situation de handicap" - Myriam Wischlen

« Nous souhaitons évoluer vers une organisation en réseau d’établissements » - Jérôme Rouillaux, président du CPDE

« Nous souhaitons évoluer vers une organisation en réseau d’établissements » - Jérôme Rouillaux, président du CPDE

"Cette crise va être un accélérateur de prises de responsabilités" - Laurent Martini, délégué général du CoSMoS

"Cette crise va être un accélérateur de prises de responsabilités" - Laurent Martini, délégué général du CoSMoS

Plus d'articles