Nous suivre Acteurs du sport

"L'État doit être présent au départ" - Denis Masseglia

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

© CNOSF

Témoignage de Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF)

« Cette rénovation est une nécessité pour le sport français, et par voie de conséquence le mouvement sportif qui l'anime. C'est le challenge le plus important qu'il nous ait été donné depuis des décennies.

Un certain nombre d'orientations ont fait l'objet d'un large consensus entre les différents acteurs et constitueront l'architecture du nouveau modèle sportif français. Il s'agit de créer un modèle à gouvernance partagée et à responsabilités réparties. Cela signifie qu'aucun acteur ne peut imposer son point de vue aux autres.

Beaucoup de questions se posent ou seront à poser. Tout ne trouvera pas solution de manière immédiate mais probablement de façon progressive, avec des priorités à établir en fonction des échéances. Le consensus trouvé autour du schéma me semble constitutif d'une volonté des quatre acteurs d'avancer, ensemble et unis.

Le nœud du problème se situera au niveau du financement. La nature de la structure faîtière devra considérer les apports des différents acteurs sous toutes leurs formes. Les collectivités territoriales engagent près de 13 milliards d'euros et c'est à un montant identique que l'on aboutit quand on évalue les apports en industrie du mouvement sportif, ne serait-ce qu'à travers le bénévolat estimé à 5 milliards. Nous sommes certes dans un contexte économique tendu. Mais l'État doit comprendre qu'il reçoit beaucoup plus du sport qu'il ne lui donne et que diminuer son engagement reviendrait à un très mauvais calcul économique et sociétal. Il faut qu'il assure une garantie de financement pour permettre aux autres acteurs de s'organiser différemment d'aujourd'hui et ensemble d'être plus performants, assurer l'impulsion sachant que ces moyens constituent vraiment un investissement à court, moyen et long termes. Les quelques millions investis au service de la politique sportive se traduiront au profit de l'État par davantage de TVA, de charges sur les emplois et autres économies sur la santé. L'erreur ne doit pas être de considérer le sport comme une charge, il faut l'analyser dans son utilité sociale et pas seulement qu'avec ce qui brille »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Actualité juridique

Actualité juridique

Réponses parlementaires Sénat  du 8 novembre Pratique du sport par les personnes de plus de soixante ans Question n° 06564 posée par Mme Florence Lassarade Réponse du Ministère des sports  

14/11/2018 |
La revue de presse de la semaine

La revue de presse de la semaine

6,7 M€ d’excédent pour le GIP Paris 2024

6,7 M€ d’excédent pour le GIP Paris 2024

Le sport au Salon des maires : un programme fourni

Le sport au Salon des maires : un programme fourni

Plus d'articles