Nous suivre Acteurs du sport

Itinéraires VTT : une liberté bien balisée

Sylvie Roman • sylroman@yahoo.fr

Sujets relatifs :

, ,

Norme Afnor
Face aux accidents constatés dans la pratique de la descente il y a plusieurs années, de nombreux acteurs, professionnels du VTT, ministère, fédérations, l'Association des maires de stations de montagne, les domaines skiables de France et même des fabricants de matériels, se sont réunis pour l'élaboration d'une norme volontaire, sorte de charte des bonnes pratiques dans l'équipement et l'aménagement, afin d'assurer un maximum de sécurité aux pratiquants, aux exploitants et maîtres d'ouvrage. Ainsi, en mai 2013, la norme Afnor NF S 52-110 était publiée, après trois ans de mise à l'épreuve et de tests auprès de professionnels. Première donnée à prendre en compte, l'accès des secours, puis, les exigences de sécurités liées à l'implantation des pistes de descente et la résistance des modules, les double bosses, la marche, les passerelles, etc. Des solutions sont aussi apportées pour une signalétique claire et efficace, et le niveau de difficultés.

Avec plus de 4,5 millions de pratiquants, le VTT a conquis tous les espaces de l'itinérance à la descente en passant par l'enduro. L'esprit de liberté doit toutefois s'accommoder avec un cadre réglementaire parfois contraignant, car la responsabilité des collectivités peut être engagée.

Les parcours de randonnée et d'itinérance sont certainement les itinéraires VTT les plus courants, puisqu'ils ont la particularité de pouvoir être aménagés en plaine, en milieu urbain ou rural, ou encore, en zones de montagne. Cependant, comme le regrette Joaquim Lombard, conseiller technique national sites VTT-FFC, « la répartition sur le territoire est encore assez inégale, et est plutôt concentrée dans l'Est de la France, comme en Alsace, dans le Sud-est en Paca et en -Languedoc-Roussillon. L'Ile-de-France, le Nord, le Centre et la Bourgogne disposent encore de trop peu de sentiers aménagés et balisés ».

 

Grandes boucles

Le département de l'Aude fait partie des leaders, au huitième rang français, avec notamment la communauté de communes Pyrénées Audoises, qui a, au fil du temps, aménagé 870 km de pistes et sentiers entre Carcassonne et -Perpignan. « Dès 1999, les différentes communautés de communes se sont associées pour travailler ensemble en vue de créer de grandes boucles, qui traversent les différents territoires, avec des offres de difficultés et de paysages particulièrement diverses », explique Sylvain Dossin, chargé de l'animation et de la coordination VTT au sein de Pyrénées Audoises Tourisme. Chaque commune peut tracer son propre itinéraire, empruntant des chemins existants; mais si elle souhaite une reconnaissance, l'itinéraire fait l'objet d'une démarche en vue d'une inscription au plan départemental espaces, sites et itinéraires, dépendant du conseil départemental. Dans ce cas, c'est le conseil général qui est responsable juridiquement, en cas d'accident mettant en cause le balisage ou des défauts d'entretien des parcours référencés, ou en cas de conflits d'usages entre les différents utilisateurs, « ce qui est rarissime car le domaine est très étendu », précise le coordinateur sportif et balisage.

Multipratiques

À lui seul, le réseau adhérent à la Fédération française de cyclisme (FFC) totalise 195 sites, soit 165000 km de chemins balisés, sans compter les sites non adhérents, ou ceux ayant rejoint la deuxième organisation cycliste, la Fédération française de cyclotourisme (FFCT). En dépit de ce quadrillage relativement dense, la création de nouveaux itinéraires reste très dynamique, et la FFC a une trentaine de dossiers en cours. Pourtant, la procédure est longue, nécessitant de nombreux déplacements sur le terrain, et la levée d'obstacles juridiques ou administratifs. Car, en France, les chemins sont multipratiques, avec des activités équestres, pédestres, de chasse, ou de VTT... sauf pour le VTT de descente qui est un cas particulier. Mais « sentier partagé » ne signifie pas sans règles. « Nous avons mis en place un code de bonnes pratiques, dans lequel nous rappelons au VTTiste que le piéton reste toujours prioritaire. Globalement, nous n'avons pas d'accidents graves de collision, car je crois que chacun est vigilant », souligne -Joaquim Lombard de la FFC.

 

Cahier technique

Les parcours randonnée et itinérance sont classés en quatre catégories, vert, bleu, rouge et noir, correspondant à un niveau de difficultés multicritères, dans lesquels entrent la longueur, la dénivellation positive, le danger, le portage, ou encore la technique. La FFC a d'ailleurs édité un cahier technique détaillé à l'usage des aménageurs, qui peuvent ainsi travailler sur leurs produits avant d'envisager la convention, et bénéficier ainsi du fameux sigle du triangle surmontant deux cercles. Les parcours « itinérance VTT » sont soumis aux mêmes contraintes, mais ont des distances supérieures à 80 km et sont classés comme difficiles. L'ensemble de ces parcours est simplement balisé et entretenu, ronces et fougères enlevées (arbres coupés si besoin), mais pas aménagé. « Il n'y a pas de terrassement ni d'aménagement plus important car ce n'est pas dans la culture française. Ce qui n'est pas le cas pour le VTT de descente où le parcours est travaillé, recherché, et parfois très aménagé », précise encore le spécialiste du VTT à la FFC.

Étude d'impact
Comme toute activité de nature, le VTT a un impact sur son environnement, et les aménagements doivent prendre en compte ces facteurs. « Lorsque nous intervenons pour un maître d'ouvrage, nous réalisons plusieurs reconnaissances, on inventorie les contraintes, la nature des sols, les espaces protégés ou sensibles, et nous identifions aussi les propriétés privées », explique Yannick Menneron, directeur de Bike Solutions, un bureau d'études spécialisé. Et certains équipements, comme les passerelles, sont justement là pour préserver au mieux cette nature, en activité de descente ou en parcours plus classique.

En vogue

La descente est en effet un monde à part, puisque ce sport se pratique grâce à des remontées mécaniques pour accéder aux pistes, qui sont exclusivement en dénivelé négatif, et sont spécialement conçues et de façon exclusive pour ce sport. En compétition, le temps de course est compris entre 2 et 5 minutes pour un parcours de 1,5 à 3,5 km. Avec cent stations équipées, c'est aujourd'hui une activité très en vogue, qui « en général s'équilibre en termes financiers, et permet de diversifier l'offre touristique, de maintenir des emplois directs et indirects », souligne Joaquim Lombard de la FFC. La station des Saisies a aménagé treize pistes dédiées au VTT, totalement déconnectées des autres sentiers pédestres. « Nous avons dû cadrer les choses et délimiter précisément les pistes, pour éviter tout conflit entre les différents utilisateurs de la montagne », se souvient Nicolas Bernardi, responsable activités de pleine nature, aux Saisies -Villages. Les pistes sont donc régies par un arrêté municipal et répondent à la norme Afnor (lire encadré). Par ailleurs, deux patrouilleurs circulent tous les jours, pour réparer ou signaler le moindre problème.

 

Zones sensibles

Une piste de descente est en permanence entretenue et réaménagée. C'est l'engagement que prend la collectivité qui les ouvre et fait payer un forfait de remontées mécaniques, et c'est ce qu'attendent les utilisateurs. A contrario dans la pratique de l'enduro, si les sentiers sont identifiés, ils sont entretenus au minimum et ne s'adressent qu'aux très bons pratiquants, car l'imprévu fait aussi partie du jeu, même si la responsabilité des collectivités est aussi une réalité, de même que les autorisations de passage sur les terrains. Dernier cas de figure, les compétitions, qui sont des parcours éphémères avec une plus grande liberté dans le traçage et des prises de risques plus importantes. De même, le passage dans des zones sensibles est souvent toléré, car l'impact est de courte durée.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Piscine : la filtration sur céramique tient ses promesses à Annecy

Premier équipement sportif de France doté d'une filtration sur céramiques, la piscine Jean-Régis d'Annecy tient ses promesses après un an de service: diminution de la consommation en eau du bassin, de[…]

26/10/2018 | Piscine
Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

Quel système de filtration de l'eau pour les piscines?

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

À Mandelieu-la Napoule, le fitness en libre accès attire de nouveaux publics

Le fitness prend son envol en plein air

Le fitness prend son envol en plein air

Plus d'articles