Nous suivre Acteurs du sport

[Interview] : Hubert Picquier, élu en charge du développement des clubs et du padel à la FFT

David Picot • david1picot@yahoo.fr
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

[Interview] : Hubert Picquier, élu en charge du développement des clubs et du padel à la FFT

© fft

« Ne cherchons pas à opposer le tennis et le padel »

Contrairement à l’Espagne où il existe deux fédérations distinctes, en France, le padel est intégré à celle de tennis. Est-ce pour mieux contrôler son développement ?

Nous n’avons pas la prétention de tout contrôler. En 2014, la FFT a effectivement reçu une Délégation du ministère pour prendre en charge le développement du padel. À l’époque, une Fédération nationale de padel venait de se créer et il n’y avait pas d’engouement particulier. Celui-ci est venu ensuite, à partir de 2016-2017 sous l’impulsion de structures privées qui nous ont ensuite sollicités pour entrer dans le giron fédéral. Aujourd’hui, nous avons donc des clubs affiliés à la FFT – ceux de loi 1901 – et des clubs habilités pour permettre à des structures privées d’organiser des compétitions homologuées au niveau fédéral.

Le tennis perd des pratiquants, le padel en gagne. N’y a-t-il pas une concurrence entre les deux disciplines ?

Non et nous sommes très vigilants par rapport à ça. Ne cherchons pas à comparer les deux disciplines ni à les mettre en opposition. Il est vrai que des joueurs de tennis basculent vers le padel à partir de 40-45 ans, lorsqu’ils sont un peu cassés. Du coup, au lieu d’arrêter, ils restent dans la structure et poursuivent avec le padel qui est moins exigeant sur le plan physique et très convivial. Au niveau du nombre de licenciés, un juste équilibre va s’opérer progressivement. À l’image de l’Espagne, pays référence du padel où  il y a quasiment autant de licenciés tennis que padel.

En France, la licence ne distingue pas les deux types de pratiquants. Du coup, comment objectiver le développement du padel ?

C’est effectivement compliqué en l’état actuel des choses. Nous avons aussi beaucoup de pratiquants dans les structures privées qui n’ont évidemment pas de licence. C’est le cas de ceux qui ne font pas de compétition. Ils ne sont donc pas comptabilisés. Au sein de la FFT, un travail est conduit en partenariat avec les structures privées, habilitées, pour qu’à terme, tous les pratiquants aient une licence. L’enjeu est de trouver un dispositif adapté aux joueurs et à la pratique du padel.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Épinal fabrique de la transversalité

Épinal fabrique de la transversalité

Épinal a lancé en 2017 une initiative originale qui incite des associations sportives, culturelles, sociales et éducatives à se rassembler pour conduire un projet commun. Transversalité sur le terrain mais pas[…]

Suresnes, terre de sport

Suresnes, terre de sport

Grâce au padel, Rochefort veut diversifier ses recettes

Grâce au padel, Rochefort veut diversifier ses recettes

Avantage padel

Avantage padel

Plus d'articles