Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Héritage territorial: Paris peut-il concrétiser les promesses des jeux?

Héritage territorial:  Paris peut-il concrétiser les promesses des jeux?

© goodwin_x _ adobestock

« L'héritage territorial est la clé de la réussite des Jeux olympiquespour embarquer l'ensemble de la population », a déclaré Anne Hidalgo, maire de Paris, lors du récent Congrès des maires. Rien de bien original puisque cette notion d'héritage figurait également au cœur des ambitions des organisateurs des Jeux de Londres en 2012 puis de ceux de Rio en 2016. Avec un bilan pour le moins contrasté. Paris fera-t-il mieux?

L'essor de la pratique du sport et le développement des équipements surl'ensemble du territoire: voilà les quelques mots sur lesquels repose le programme Héritage 2024, dont il est déjà beaucoup question, à plus de six ans des Jeux. Cette notion a d'ailleurs fait l'objet d'un forum « JO 2024 : un héritage territorial à construire », organisé par l'Association des maires de France (AMF), le 22 novembre dernier à Paris à l'occasion du 100e Congrès des maires. Pourquoi est-il autant question d'héritage? Anne Hidalgo y a répondu: « à un moment donné, il y a effectivement eu des questionnements: à quoi serviront ces Jeux?'' Ou la dépense est-elle opportune?'' Pour répondre oui, il convient que cette dépense et les recettes qui vont venir soient utiles à la population ». Autrement dit, Bernard Lapasset, coprésident du comité d'organisation, a beau répéter que « les Jeux financeront les Jeux »; pour convaincre les foules, il est inutile de justifier l'accueil d'un tel événement sous le seul angle de sa rentabilité économique. D'ailleurs, comme ne cessent de le rappeler les économistes - du Centre de droit et d'économie du sport (CDES) de Limoges notamment - l'accueil d'une grande compétition sportive ne se justifie pas sur une seule base économique. Il est nécessaire d'y associer la réalisation d'objectifs publics élargis, en matière de santé publique, d'accessibilité des équipements, d'urbanisme pour ne citer qu'une poignée d'exemples.

 

Rio et ses stades abandonnés

Cette stratégie était également celle des organisateurs des deux derniers Jeux d'été, à Londres en 2012 puis à Rio en 2016. Au Brésil - qui a dépensé dix milliards d'euros pour construire de nouvelles infrastructures sportives - l'heure est à la désolation. Il était notamment question « d'équipements nomades » à l'instar de l'Arena do Futuro qui a accueilli les compétitions de handball. Construite en préfabriqué, elle devait être démontée puis transformée en quatre écoles dans les favelas... Piscines olympiques, rivière artificielle construite pour les épreuves de canoë et de kayak, stade Maracaña, parcours de golf... les images d'équipements laissés à leur triste sort ont aussi des effets désastreux sur l'opinion publique. Même le village olympique, grillagé de toutes parts, ressemblerait à un village fantôme (1). Il était pourtant question d'en faire des logements. La seule bonne nouvelle[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

L'immense complexe aquatique Les Antilles de Jonzac, en Charente-Maritime, est piloté en régie par la communauté de communes. Ce mode de gestion lui permet d'exercer ses missions de service public tout en[…]

19/10/2018 | GestionPiscine
Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Basket-ball: le Club 3.0

Basket-ball: le Club 3.0

[Interview] "Le contexte financier des collectivités peut faire courir le risque d'une gestion à bas coût " - Mohand Guergouz

[Interview] "Le contexte financier des collectivités peut faire courir le risque d'une gestion à bas coût " - Mohand Guergouz

Plus d'articles