Nous suivre Acteurs du sport

Fonds, murs et couvertures thermiques: les piscines s'adaptent

Sylvie Roman • sylroman@yahoo.fr

Le mur mobile: réservé aux pros
Le mur mobile reste un équipement rare, n'ayant de sens que dans des piscines de grande taille, olympique, ou de 33 m, pour obtenir deux zones distinctes, l'une de 25 m, l'autre d'un peu plus de 7 m. Plusieurs types et modes de fonctionnement sont proposés: les murs sur ballast par remplissage d'air ou d'eau fonctionnent lorsque le bassin est en eau, et leur mise en mouvement est longue. Le deuxième système est mécanique et fonctionne aussi bassin vide, et rapidement. Il permet l'accès à toutes les parois et au fond du bassin, pour son entretien et son nettoyage. Autre système, l'aileron rabattable dont la mécanique se situe dans la galerie technique, est facile d'entretien, rapide dans sa mise en œuvre, et surtout, des modèles permettent d'y aménager des plots de départ, consoles, etc.

Fonds, murs et couvertures thermiques:  les piscines s'adaptent

© Baie de Somme

Depuis une dizaine d'années, la tendance pour les bassins nautiques est à la polyvalence pour s'adapter aux nouvelles pratiques. Les fonds mobiles permettent de répondre à ces demandes. Plus question non plus d'envisager un nouvel équipement sans couverture thermique. Des techniques qui, même si elles sont aujourd'hui bien maîtrisées, ne sont pas sans incidence sur l'entretien.

Il y a encore quelques années, l'apprentissage de la nage représentait la priorité des politiques publiques. Aujourd'hui, non seulement les approches et les recommandations ont changé mais ce sont surtout les attentes des publics qui font la différence.« Là où l'Éducation nationale préconisait un bassin très peu profond, 70 à 80 cm pour l'apprentissage des jeunes enfants, aujourd'hui, on recommande de plus en plus de supprimer l'appui plantaire et un bassin à 120 cm est tout à fait indiqué », précise Jean-Luc Briane, ingénieur et assistant à maîtrise d'ouvrage (AMO). Terminé donc le classique bassin de 25 mètres et cinq ou six lignes d'eau, couplé à un bassin d'apprentissage, restreignant les utilisations.

 

Quelques minutes seulement

À l'occasion de la rénovation de la piscine de Pertuis dans le Vaucluse (livraison prévue début 2018), le bassin extérieur a ainsi été entièrement repris et modernisé: une cuve en inox a été mise en place, équipée d'un fond mobile sur trois lignes, avec un système de jupe de séparation reposant dans une mini-fosse, qui se relève au fur et à mesure de la montée du fond. «Ce système de fond flottant est extrêmement rapide et facile à utiliser », indique Guillaume Simonin, architecte en charge du projet chez ZArchitecture. Bien sûr quelques règles sont à observer, comme l'absence de public dans le bassin. Un affichage sur un panneau digital permet de contrôler la hauteur et de valider la manipulation, effectuée par un maître nageur sauveteur en quelques minutes seulement. «C'est notre premier projet de piscine avec un fond mobile, mais il n'y a pas eu de difficulté technique particulière tant en conception que pour la mise en œuvre », confie l'architecte.

 

Multiplier les propositions d'activités

Le coût d'un fond mobile varie en fonction de la superficie et du type de technologie choisie. À Pertuis, pour trois lignes d'eau sur 25 mètres, environ 100000 euros; mais cela permettra de multiplier les propositions d'activités et d'utilisations, et de répondre aux nouvelles demandes. Certains systèmes de fonds mobiles fonctionnent par paliers préréglés, comme sur le bassin d'apprentissage de Dachstein (Bas-Rhin), où le fond mobile permet de transformer le bassin de 130 cm en immense pataugeoire de 30 cm de profondeur, les dimanches matin. À Morestel (Isère), le bassin sportif en inox (25 x 15) en cours de réalisation, sera équipé d'un fond mobile (sur pantoire, sorte de ciseaux qui se développent) sur deux lignes d'eau, équipé d'une jupe de séparation des couloirs sous l'eau, et d'un garde-corps en plexiglass dépassant d'un mètre en surface; une dépense de 200000 euros (et 600000 euros pour le bassin inox).

 

Un nettoyage quotidien

Pour un fond mobile, un contrat d'entretien et maintenance (avec une à deux visites annuelles) avoisine 10000 euros. Mais des techniciens peuvent être formés en interne, comme à Abbeville (Somme), dont le centre est équipé de deux murs mobiles (sur ailerons) dans son bassin olympique, et d'un fond mobile de 25 mètres. Les problèmes d'algues vertes, de dépôts de sable et de chloramine ne sont pas rares, et demandent donc un suivi particulier, avec une vidange deux fois par an, et l'emploi de davantage de produits spécifiques. «Il faut un suivi et un nettoyage quotidien car le sable s'accumule. Et selon les systèmes mis en place, le robot ne peut accéder partout, et l'entretien doit se doubler une fois par an, d'une intervention humaine, avec un plongeur professionnel habilité », indique Pascal Villemont, responsable des piscines à l'UCPA. Même si une cuve en inox n'est pas obligatoire, cela peut s'avérer un gage de sécurité (notamment pour les systèmes coulissants sur rails ou goulottes), car la cuve est montée et soudée in extenso avec toutes les réserves nécessaires pour le passage des fluides, etc. De plus, l'inox facilite l'entretien et le nettoyage du bassin.

 

La couverture thermique s'impose

Pour les spécialistes, architectes, bureaux d'études ou exploitants, plus question d'envisager tout nouvel équipement ou rénovation d'un bassin extérieur sans inclure dans le programme une couverture thermique. En effet, les bénéfices sont loin d'être négligeables; une étude comparative sur les consommations de chaleur et d'électricité (Amoès BE) (1), tant en intérieur qu'en extérieur, a analysé un faisceau d'indicateur (centrales de traitement d'air, déshumidification...) sur un centre nautique « standard » constitué de deux bassins, l'un sportif de 25 m, l'autre de loisirs, de 12,5 x 12,5 m. En configuration intérieure, les besoins de chauffage sont de 25 % inférieurs grâce à une couverture de 4 cm d'épaisseur, résultat quasi identique avec une épaisseur de couverture doublée à 8 cm.

 

Du luxe pour les bassins couverts

Selon l'étude, la consommation énergétique d'un bassin sans couverture est de 2 831 kWhep/m², et de 2 060 kWhep/m² avec. Et cette absence d'influence de l'épaisseur de la couverture sur la consommation énergétique se confirme pour des bassins en extérieur. Mais outre la limitation des besoins de chauffage de l'eau, couvrir le bassin limite les besoins de chauffage de la halle de la piscine puisque la déshumidification est assurée par l'air neuf (en couvrant, le besoin de déshumidification baisse, et il y a alors moins d'air neuf à chauffer). Certains émettent des bémols cependant sur le gain investissement/économies: « pour les bassins couverts c'est un peu du luxe, le retour sur investissement n'est pas suffisant », estime Jean-Luc Briane, gérant du bureau d'études IPK.

 

En extérieur un gain de 41 %

En extérieur, le gain est plus important: une couverture par un système de volets PVC de 4 cm ou de 8 cm d'épaisseur (le différentiel est de 1 point) permet de diminuer les besoins de chauffage de 41 %. La modélisation d'Amoés fait état d'une consommation en chauffage de 9 970 kWhep/m², sans couverture protectrice, de seulement 5835 kWhep/m² avec une couverture thermique de 4 cm d'épaisseur (la moyenne habituellement préconisée), et de 5 768 kWhep/m² avec une couverture à 8 cm d'épaisseur. Plusieurs systèmes et techniques existent, mais dans tous les cas le retour sur investissement est rapide, de trois à cinq ans (lire p. 20) sachant que le coût moyen pour un bassin olympique en extérieur est de 215 à 300000 euros, et de 112 à 180000 euros pour un bassin de 25 mètres.

 

Système d'enroulement

Si la couverture thermique n'est en aucun cas un équipement anti-noyade, c'est pourtant la conséquence logique de son installation, surtout pour les bassins extérieurs. D'ailleurs, certains systèmes à lames remplies d'air comprimé supportent jusqu'à 1 tonne de charge répartie sur leur superficie. Au niveau de la maintenance, même si les risques sanitaires liés à une eau non suffisamment brassée ont diminué, ils doivent être pris en compte en intérieur comme en extérieur mais « ils sont réduits car on bénéficie de produits très spécifiques », relativise Guillaume Simonin, architecte. Se pose aussi la facilité de nettoyage de la sous-face par un robot, mais aussi du dispositif, trappe, fosse, fond du bassin... qui dépend bien évidemment de la place dont on dispose, du type de réalisation, rénovation ou neuf. «Il faut être particulièrement vigilant sur le système d'enroulement, si le choix s'est porté sur ce type de couverture, l'accessibilité de la niche, le moteur. Tout doit être absolument bien pensé dès le départ », prévient Jean-Luc Briane. Ce qui justifie le différentiel de prix, de 1 à 2.

(1) Les résultats de l'étude sont donnés en avant-première. L'étude n'était pas disponible à la date de publication.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

La piscine de Boëge optimise sa fréquentation estivale grâce au contrôle d’accès

La piscine de Boëge optimise sa fréquentation estivale grâce au contrôle d’accès

À l’occasion d’une rénovation complète de sa piscine d’été, installée à Boëge, la communauté de communes de la Vallée verte a équipé celle-ci[…]

02/12/2019 | NTIC
Les systèmes de contrôle d’accès révolutionnent l’accueil

Les systèmes de contrôle d’accès révolutionnent l’accueil

À Saint-Étienne, le stade Henri Lux s’offre une deuxième jeunesse

À Saint-Étienne, le stade Henri Lux s’offre une deuxième jeunesse

L’athlétisme court après l’entretien des stades

L’athlétisme court après l’entretien des stades

Plus d'articles