Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Dans les banlieues, le sport à la traîne

David Picot • david1picot@yahoo.fr
Dans les banlieues, le sport à la traîne

© WUTTICHAI - adobestock

Moins d'offres, moins d'équipements, moins de pratiquants et des difficultés accrues... L'état des lieux en matière de sport au sein des quartiers prioritaires de la ville est aussi sombre que bien connu. La signature récente d'une convention entre le ministère des Sports et celui de la Cohésion sociale pour développer l'offre sportive et l'insertion par le sport dans les quartiers annonce-t-elle enfin une prise de conscience? Il faudra pour cela en finir avec le saupoudrage et les effets d'annonce. Les rapports se succèdent mais les constats et autres états des lieux ne prennent pas une ride, malgré le temps qui passe. L'enquête « Le sport en banlieue » réalisée en mars 2012 auprès de vingt-neuf maires, sous l'égide de l'Association des maires Ville & banlieue (AMVB) en est une parfaite illustration. «Le sport partage les ambitions de la politique de la ville: inclusion sociale des plus défavorisés, mixité sociale et de genre, apprentissage de la citoyenneté », rapportaient les élus, à l'unisson, entre l'expression de leurs attentes et celle de leurs inquiétudes aussi. Celles-ci concernaient par exemple la place du sport dans les politiques éducatives, le financement des politiques sportives locales ou encore les inégalités de genre en termes d'accès aux pratiques.   Une succession de « moins » « À l'époque, les constats commençaient déjà à dater mais rien n'a vraiment changé », tempête Gilles Leproust, maire -d'Allonnes (Sarthe) et secrétaire général de l'AMVB. L'état des lieux de la situation du sport au sein des quartiers prioritaires de la ville (QPV) reste désespérément une succession de « moins »... Moins de pratiquants, moins d'équipements, moins de diversité en matière d'équipements, moins de mixité et de diversité des pratiques, moins de clubs... À l'échelle du pays, 3,8 % des licences sont localisées dans un quartier prioritaire alors que les 4,8 millions d'habitants de ces territoires représentent 8 % de la population. Leurs habitants pratiquent donc moins souvent un sport en club ou en association.[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Moulins et Yzeure s'associent pour accueillir le Paris-Nice

Moulins et Yzeure s'associent pour accueillir le Paris-Nice

Mitoyennes mais opposées sur le plan politique, les villes de Moulins et d'Yzeure, dans l'Allier, ont décidé de faire candidature commune pour accueillir une étape de la prochaine édition de la course[…]

Dijon innove dans la continuité

Dijon innove dans la continuité

Les offices du sport veulent prendre leur place dans la gouvernance territoriale

Les offices du sport veulent prendre leur place dans la gouvernance territoriale

“ Il y a bien des financements, ce n’est pas le problème ” - Gilles Vieille-Marchiset

“ Il y a bien des financements, ce n’est pas le problème ” - Gilles Vieille-Marchiset

Plus d'articles
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX