Nous suivre Acteurs du sport

Cyclisme : David le conquérant

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

ILS ONT DIT...
Le vélodrome national est le tremplin des évolutions futures du cyclisme français et de la fédération David Lappartient, président de la Fédération française de cyclisme, président de l'Union européenne de cyclisme et vice-président de l'Union internationale de cyclisme.

Le centre national de cyclisme de Saint-Quentin en Yvelines
Le vélodrome • Un théâtre unique pour accueillir des compétitions internationales et nationales. Une enceinte d'une capacité de 5000 spectateurs autour d'une piste de 250 mètres de long conçue par Ralph Schuermann, concepteur des pistes de Pékin et Londres. • Vitesse maximale: 85 km/h. • Largeur: 8 mètres. • Angle d'inclinaison maximal: 43 °. • Angle d'inclinaison des lignes droites 13 °. www. velodrome-national.com Le stadium de BMX À proximité du vélodrome, une piste de BMX couverte et éclairée offre des conditions d'entraînement optimales à l'élite. Dotée d'une capacité d'accueil de 2 499 places, cette piste est apte à accueillir les plus grandes compétitions. Le pôle France de BMX s'y installera en septembre 2014. Le siège de la FFC L'équipement accueille depuis le 4 janvier 2014 le siège de la FFC dans 2300 mètres carrés de bureau au cœur du Vélodrome. Le Centre national d'entraînement de la FFC En complément des pistes, le centre dispose des équipements nécessaires à la préparation de la performance: salle de musculation, d'hydrothérapie, espaces médicaux, vestiaires, ateliers ainsi qu'un hébergement de 40 athlètes. La direction technique nationale s'y implante. Le centre national accueillera une plateforme de compétences dédiée à la performance. Un équipement ouvert sur son environnement, au cœur d'un projet de renouvellement urbain Le complexe vélodrome accueillera en permanence une multitude d'activités liées au sport, à la culture et aux loisirs. Réalisé dans le cadre d'un PPP (partenariat public-privé), l'exploitant prévoit d'accueillir 150000 visiteurs et participants dès la première année. Un équipement «durable» Le projet de Saint-Quentin en Yvelines a contribué à l'élaboration du référentiel haute qualité environnementale équipements sportifs et salles de sport au titre des opérations pilotes.

Après quatre années où il aura fait souffler «un vent de modernité» sur le cyclisme français, le président Lappartient et son équipe rempilent. Et veulent poursuivre la modernisation pour redorer l'image d'une fédération qui en avait bien besoin.

Inauguration du vélodrome national de Saint-Quentin en Yvelines, croisade remarquée pour un cyclisme propre, augmentation du nombre de licenciés... à 41 ans, David Lappartient, ingénieur de formation, géomètre expert et homme politique (maire de Sarzeau et conseiller général du Morbihan), s'il est un homme pressé, est aussi un homme de méthode.

 

Un vent de modernité

Quand en 2009, l'assemblée générale de la Fédération française de cyclisme porte à sa direction l'équipe conduite par David -Lappartient, elle le fait au terme d'un processus profondément démocratique (trois candidats qui font campagne) et sur la base d'un projet de mandature porteur d'orientations nouvelles pour le cyclisme français: «Un vent de modernité». Mais là où beaucoup auraient laissé le quotidien prendre le pas sur les intentions, le nouveau président force les feux: «Pour passer des intentions à l'action, il fallait fixer le cap des réformes profondes à mettre en œuvre, les partager à tous les niveaux de la fédération, s'y tenir et les déployer. Ainsi a été élaboré, au terme d'un travail qui a impliqué l'ensemble des composantes fédérales, le programme d'action «Un vent de modernité». C'est ce programme qui a servi de cadre à l'action de la fédération de 2009 à 2013. Ce programme était ambitieux. Avec l'aide de tous, il a été presque quasi totalement mis en œuvre» se félicite le président.

La FFC en 2013
• 119218 licenciés: +12,9% depuis 2009. • De multiples disciplines: cyclisme sur route, sur piste, VTT, BMX, freestyle, cyclo-cross, polo vélo, cyclisme en salle et vélo. • 2590 clubs. • 700 écoles de cyclisme dont 68 labellisées. • 11200 compétitions organisées. • 19 comités régionaux et 95 départementaux. • 78 médailles en 2013 (championnats du monde et d'Europe). • 125 vélodromes. • 245 pistes de BMX. • 179 sites VTT-FFC ayant reçu le label FFC. • 19 destinations nouvelles en 2013. • 62000 km de sentiers VTT balisés. Centre national du cyclisme Vélodrome national de Saint-Quentin-En-Yvelines 1 rue Laurent Fignon 78180 Montigny-le-Bretonneux Tél.: 0811040555 www.ffc.fr

 

En ordre de bataille

Au terme de quatre années de mandat, la fédération peut afficher des motifs de fierté. En premier lieu, la reprise de la progression du nombre de licenciés: +3% d'augmentation de licences par an. Avec 119200 licenciés en 2013, l'objectif d'être la fédération de référence du cyclisme et d'offrir à tous les publics du cyclisme la capacité de se rassembler au sein de la fédération est en cours de réalisation. Deuxième fierté, avoir mis la fédération en ordre de bataille en adoptant une profonde réforme de la gouvernance. Les statuts ont été modifiés. Le collège électoral a été élargi. La fédération s'est dotée d'un exécutif ramassé et équilibré par un conseil fédéral, véritable contre-pouvoir. Avec cette nouvelle organisation, la fédération dispose d'une structure modernisée qui lui permettra de répondre aux défis qui l'attendent. Enfin attendue depuis de nombreuses années, initiée à l'occasion de la candidature de Paris pour l'organisation des Jeux olympiques de 2012, la construction puis l'ouverture du vélodrome national de Saint-Quentin en -Yvelines est la troisième grande fierté du président, un tremplin des évolutions futures du cyclisme français où la fédération a installé son siège national début 2014.

 

Gestes forts

Tout cela a été conduit sans négliger l'interne. «Il fallait des gestes forts pour montrer à nos structures et nos membres que la fédération changeait de cap. Nous avons engagé ces réformes. Première d'entre elles, l'inversion des flux financiers entre les clubs et la fédération pour casser l'image d'une fédération uniquement perceptrice». Les droits d'engagement sont reversés aux clubs. «Sur l'olympiade, ce sont ainsi près d'un million d'euros qui ont servi directement au développement des clubs. À cela s'ajoute ce qui a été négocié au bénéfice des clubs comme le mécénat ASO. En jeu, la capacité des clubs à développer leurs activités». D'une manière générale, la fédération a musclé ses compétences au service de ses instances et de ses clubs dans la perspective d'un jeu gagnant-gagnant. En témoigne la création d'un poste de chargé des équipements capable d'accompagner les clubs et les comités à toutes les étapes de la réalisation d'un équipement cycliste. En matière d'éthique aussi «l'action volontariste de la fédération contribue à l'amélioration de l'image du cyclisme auprès du grand public. Les premiers effets se sont fait sentir».

 

Un nouveau plan

Le président -Lappartient, réélu en 2013, veut poursuivre et amplifié l'effort entrepris en 2009 à travers un nouveau plan «Pour un cyclisme français conquérant» qui se développera autour de trois grands objectifs:

• Retrouver le plus haut niveau mondial. Ambition pour Rio en 2016: renouer avec les médailles olympiques. Le lancement de l'équipe de France pro, la réforme de la direction technique nationale, les évolutions du parcours d'excellence sportive, l'implantation du haut niveau sur le vélodrome national sont des acquis à faire fructifier pour atteindre cet objectif.

• Développer les pratiques sous toutes leurs formes et pour tous les publics. Avec comme premier objectif de poursuivre l'augmentation du nombre de licenciés. Les clubs, cellules de base de l'activité, les équipements sont au centre des attentions fédérales qui devront être attentives à l'évolution des demandes pour y répondre par le soutien aux activités et la formation.

• Poursuivre la modernisation de la fédération, c'est-à-dire apporter un plus grand soutien au développement du cyclisme dans les territoires, créer des services via les nouveaux médias (internet) et bâtir une stratégie de communication adaptée aux nouveaux médias.

Au moment où l'univers institutionnel fait de la démarche projet l'alfa et l'oméga de ses politiques de conventionnement, la Fédération française de cyclisme montre la voie. À condition que l'on n'oublie pas que la méthode n'est rien sans la vision politique qui sous-tend l'action. Et il semble bien que ce soit cette vision, la qualité des hommes qui la porte et l'incarne, qui soit la vraie force de la Fédération française de cyclisme.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

La ville de Viry-Châtillon a engagé une démarche expérimentale baptisée ViryVerySport. Elle vise à remettre les équipements collectifs à la disposition du plus grand nombre. Il s'agit de[…]

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Plus d'articles