Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Crise sanitaire : les fédés se préparent à innover

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Crise sanitaire : les fédés se préparent à innover

Face au confinement qui a presque totalement paralysé la pratique sportive, les fédérations, avec le soutien de l’État, ont fait face. Elles préparent aujourd’hui la rentrée avec plusieurs scénarios selon les conditions sanitaires. Et surtout réfléchissent à l’avenir en misant sur une meilleure mutualisation et sur les innovations numériques.

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a un impact financier, économique et social important sur la filière sport. L’observatoire du sport de la BPCE estime que le chiffre d’affaires de la filière sport (versant entreprises) pourrait chuter de 24 milliards d’euros (- 30 %) tandis que Recherche et solidarités (versant associations enquête Covid- 19) fait état de 76 % d’associations sportives ayant dû mettre l’association en sommeil momentané (dont 70 % n’ayant pu maintenir au moins 20 % de leur activité et 80 % ayant dû annuler des événements) (1).

Crise sanitaire : 2,8 milliards d’euros d’aides

Pour remédier à cet impact économique, le Gouvernement a mis en place des mesures de soutien qui ont permis d’amortir les premiers effets de la crise. « Compte tenu des élections municipales, nous étions tenus par un devoir de réserve », souligne Éric Journaux, conseiller de la ministre des Sports « ce qui a limité notre communication sur ce qui a été réellement fait au service des organisations sportives ». Une aide importante puisque cette aide a été chiffrée par les services de l’État (Jeunesse et sports) à 2,8 milliards : 312 millions d’euros au titre de la prise en charge des indemnités de chômage partiel, 1,31 milliard pour les versements au titre des prêts garantis par l’État (PGE), 120 millions d’euros de versement au titre du fonds national de solidarité, 1 milliard d’euros au titre des exonérations de charges sociales. Mesures complétées par le Plan tourisme : maintien du dispositif d’activité partielle jusqu’à fin septembre 2020, accès au fonds de soutien jusqu’à fin 2020 pour l’événementiel sportif, exonération des charges sociales pendant toute la période de fermeture et création d’un guichet unique des aides. À une période où les plans d’aides s’affichaient, non pas en millions mais en milliards, on pouvait s’étonner que le sport n’en bénéficie d’aucun. De fait, un « Plan sport Covid » a bien été mis en œuvre.
 

Un tour de force qui légitime la réforme de l’ex-CNDS

Pendant toute la crise sanitaire, y compris lorsque le confinement était le plus strict, les services de l’agence, au national comme[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

La lutte combat pour changer son image

La lutte combat pour changer son image

La lutte est présente dans 210 pays et reste le 5e sport le plus pratiqué dans le monde. Pour rester compétitive, elle propose de nouvelles pratiques plus ludiques telles que la lutte sur le sable, et développe des[…]

23/10/2020 | Pratique sportive
Distribution des 480 000 € du fonds de solidarité de #SoutiensTonClub

Distribution des 480 000 € du fonds de solidarité de #SoutiensTonClub

Radicalisation : Lagny-sur-Marne crève l’abcès

Radicalisation : Lagny-sur-Marne crève l’abcès

Chanteloup expérimente les coachs d’insertion par le sport

Chanteloup expérimente les coachs d’insertion par le sport

Plus d'articles