Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Covid-19 : les services des sports face à un avenir incertain

Samuel Cardona

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Covid-19 : les services des sports face à un avenir incertain

© DR

La reprise des activités sportives s’est faite progressivement en trois étapes successives le 2 juin, le 22 juin et enfin le 11 juillet. Si les activités d’été ont partout été renforcées, la rentrée s’annonce incertaine.

Le 28 mai, surprise du chef. Le Gouvernement annonce la réouverture dès le 2 juin de tous les équipements sportifs dans les départements verts y compris les stades (en dehors du public). Cette annonce surprend dans les services des sports. Le ministère des Sports semble lui-même avoir été pris au dépourvu, lui qui annonçait une phase test dans une trentaine de piscines avant de confirmer une ouverture généralisée. La phase test devient finalement un accompagnement des exploitants par un retour d’expérience sur les protocoles sanitaires mis en place dans vingt-six piscines en France.

Cafouillage dans les piscines

 
Grégory Gaveriaux, directeur adjoint des sports à Limoges, revient sur ce petit cafouillage : « Nous avions prévu une ouverture de notre bassin olympique extérieur au mois de juin mais on attendait la phase de test préalable annoncée dans les guides du ministère. Au final, nous avons dû tester nous-même notre protocole avec, dans un premier temps, les nageurs compétiteurs du pôle espoirs, avant d’ouvrir au public. On a même ouvert avant certaines piscines tests… ».
 
Les conditions d’ouverture sont celles préconisées par les guides du ministère avec la mise en place de réservations préalables, de créneaux d’une heure trente à deux heures, séparés par un temps nécessaire de désinfection des locaux, bonnet de bain obligatoire, et dans le respect d’une circulation avec marche en avant. Plus que la référence à une FMI réduite, c’est en réalité les locaux qui ont déterminé la capacité d’accueil des piscines, afin d’éviter le croisement des usagers. À compter du 22 juin, dans les grands complexes aquatiques, il a semblé plus aisé de maintenir une capacité d’accueil importante (FMI à 80 %) car les espaces et les zones de vestiaires sont beaucoup plus vastes que dans les équipements anciens. Certains grands complexes aquatiques ont même rapidement[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

« Les collectivités se retrouvent confrontées à une véritable problématique de gestion des sports de nature »

« Les collectivités se retrouvent confrontées à une véritable problématique de gestion des sports de nature »

Entretien avec Émilie Dedieu,coordinatrice de la politique sports de nature au conseil départemental de la Drôme. Quelles sont vos missions ? J’assure la coordination de la politique départementale des sports de[…]

30/10/2020 | Outdoor
"Une mutualisation ne peut être que l’aboutissement d’un projet de territoire partagé"

"Une mutualisation ne peut être que l’aboutissement d’un projet de territoire partagé"

" Nous proposons de créer une école des cadres du sport " - Philippe Bana, président de l'ASDTN

" Nous proposons de créer une école des cadres du sport " - Philippe Bana, président de l'ASDTN

[JOURNÉE D'ÉTUDE] Manager après la crise, l’opportunité d’innover

[JOURNÉE D'ÉTUDE] Manager après la crise, l’opportunité d’innover

Plus d'articles