Nous suivre Acteurs du sport

Courchevel ne mise plus sur le haut niveau

Une pelouse à la place d'un parking
Si elle reçoit parfois des équipes de football ou de rugby, Courchevel ne peut proposer un terrain répondant aux règles de l'art. C'est pourquoi, « la réflexion est amorcée autour de la création d'un terrain de football/rugby homologué », confirme Jean-François Coquard. Il prendrait place sur ce qui est actuellement un parking. La surface pose toutefois question? Les professionnels du rugby et du football préfèrent évidemment une verte pelouse. Les techniciens eux, surtout dans une région montagneuse, plébiscitent davantage le synthétique. La solution viendra-t-elle de l'hybride? L'idée serait en tout cas d'accueillir des équipes de haut niveau, France ou Italie par exemple. De quoi bénéficier d'un retour « image » intéressant. Pour des retombées directes, la tenue de rencontres amicales d'exhibition avec entrées payantes peut permettre à la ville des rentrées substantielles.

Pour faire vivre la station en période estivale, la municipalité de Courchevel mise bien sur les stages sportifs, mais plus sur le haut niveau. Elle préfère désormais les jeunes, encadrés par des athlètes de renom. Et ça marche!

Courchevel n'en est pas à refuser les stages de sportifs de haut niveau lorsque l'occasion se présente. Mais comme le dit joliment Jean-François Coquard, le directeur des sports, « nous ne courrons plus après. Les retombées sont trop aléatoires au regard de l'investissement qui peut être fourni ». Depuis une poignée d'années, la municipalité s'est orientée vers d'autres types de stages, non pas pour le haut niveau mais avec le haut niveau.

 

Des retraités ou des actifs

« Nous avons effectivement porté notre stratégie sur l'accueil de stages sportifs en direction des jeunes, mais encadrés par des athlètes de haut niveau », indique Jean-François Coquard. Des « retraités » comme Sébastien Chabal pour le rugby, Sydney Govou (ex-Olympique Lyonnais), pour le football ou Nicolas Beaudan, ancien champion du monde de fleuret. Ou des actifs à l'image de Cyril -Dumoulin, international français de handball et gardien de buts du Handball club de Nantes (HBCN). Cette année, Benoît Campargue sera aussi de la partie. Moins connu du grand public, il est l'homme qui a conduit le judoka Teddy Riner au titre olympique à Londres, en 2012. Sans oublier les Yamakasi, pour découvrir Courchevel sous un angle « Parkour ».

 

Une sorte de facilitateur

Ces parrains - « qui s'impliquent vraiment dans le dispositif », comme le confirme Jean-François Coquard - constituent autant d'aimants pour attirer des jeunes de 6 à 17 ans. Sur le plan pratique, la ville travaille avec des intermédiaires, organisateurs de stages. « Nous sommes une sorte de facilitateur », enchaîne le directeur des sports. « Nous mettons à disposition différents équipements et intervenons aussi au niveau de l'hébergement pour négocier avec les hôtes, les prix les plus raisonnables possible ». De quoi permettre aux organisateurs de proposer des tarifs compris entre 400 et 600 euros pour une semaine.

 

Considérés comme des VIP

Hébergement, restauration, transferts... Au-delà de l'aspect sportif, l'idée est également de mettre ces jeunes dans les conditions et dans l'esprit d'un stage tel qu'il est vécu par un athlète de haut niveau. Jean-François Coquard explique: « nous travaillons avec des centres agréés jeunesse et sport mais aussi avec des hôtels de standard supérieur, également agréés. Du coup, les stagiaires sont vraiment considérés comme des VIP. En plus, certains transferts sont effectués en remontées mécaniques, ce qui permet vraiment de les sortir de leur contexte ». En 2015, plus de 2000 jeunes ont participé aux différents stages. L'objectif affiché par la municipalité est de doubler ce nombre d'ici trois à quatre ans. De quelle façon? « Des hébergeurs qui habituellement ferment l'été se rendent comptent qu'il peut être intéressant d'ouvrir », conclut-il.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

Viry-Châtillon met ses équipements en accès libre

La ville de Viry-Châtillon a engagé une démarche expérimentale baptisée ViryVerySport. Elle vise à remettre les équipements collectifs à la disposition du plus grand nombre. Il s'agit de[…]

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

« Pour être prospectif, il faut élargir le champ des partenaires » - Jean-Paul Omeyer

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

À Jonzac, l'espace aqualudique atteint l'équilibre

Le Calvados met le sport en mode transverse

Le Calvados met le sport en mode transverse

Plus d'articles