Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Certification environnementale : les équipements sportifs au défi de l’exemplarité

Véronique Vigne-Lepage

Sujets relatifs :

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Certification environnementale : les équipements sportifs au défi de l’exemplarité

© hcast - stock.adobe.com

Normes HQE, labels basse consommation, bas carbone, biosourcé, à haut niveau de protection de la biodiversité…  Si la certification environnementale est désormais un passage obligé pour la construction ou la rénovation d’équipements sportifs, il faut choisir le – ou les – certificats ou labels à viser pour chaque projet. La démarche peut paraître complexe, mais elle est nécessaire au vu de l’évolution des techniques et de la réglementation.

Les équipements sportifs sont désormais entrés dans le mouvement de certification environnementale. « Comme tous les bâtiments publics, ils doivent être exemplaires », martèle Nicolas Chabanne, architecte, président de l’agence spécialisée éponyme. D’autant qu’il s’agit de « répondre aux attentes d’usagers qui sont aussi des électeurs », pointe Tanguy Mulliez, responsable grands projets au bureau d’études Etamine.

Distinguer certification et labellisation

Certes, mais voilà : qui se penche sur le sujet… manque s’y noyer. « Nous-mêmes avons du mal à nous retrouver dans cette jungle », prévient Valentin Trollé, ingénieur, directeur de l’agence Chabanne. Il faut commencer par distinguer la certification de la labellisation. La première est la réponse à une norme de construction. La plus connue est la norme française haute qualité environnementale (NF HQE) Équipements sportifs. Lancée en 2011 par l’Association pour l’information et la recherche sur les équipements de sport et de loisirs (Aires), le ministère des Sports et l’organisme certificateur Certivea, elle vise les quatorze cibles de la démarche HQE (énergie, déchets, biodiversité, santé et confort des usagers…), auxquelles ont été ajoutés des objectifs spécifiques : prendre en compte les caractéristiques de revêtements de sols sportifs, économiser l’eau potable due aux sanitaires,  etc.

« Le référentiel peut correspondre à un gymnase comme à un vélodrome couvert », explique Patrick Nossent, président de Certivea. Un autre, spécifique aux piscines, a été lancé en 2012 avec trois axes principaux : une meilleure qualité de l’air, et une baisse des consommations d’énergie et d’eau. Enfin, en 2017, un troisième, pour les infrastructures sportives tels les stades, a été ajouté.

Audits successifs

La norme HQE concerne la construction neuve ou la rénovation, même si « c’est moins fréquent, dans ce second cas, car forcément plus compliqué », admet Patrick Nossent. Dans les deux cas, l’organisme certificateur réalise trois audits successifs : « En phase de programmation, on observe si les objectifs environnementaux sont cohérents par rapport au contexte et quelle organisation[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Les conditions d’hébergement des centres nautiques accueillant 
des classes de mer, notamment des règles pouvant être imposées  dans le cadre de la sécurité incendie des établissements d’accueil,
 sont-elles identiques sur tout le territoire ?

Les conditions d’hébergement des centres nautiques accueillant 
des classes de mer, notamment des règles pouvant être imposées dans le cadre de la sécurité incendie des établissements d’accueil,
 sont-elles identiques sur tout le territoire ?

Les conditions d'hébergement des centres nautiques accueillant des classes de mer sont bien identiques sur tout le territoire. Cette question posée par Richard Ferrand, député et président de[…]

[INITIATIVE] L’aviron, passion du maire 
et des Gravelinois

[INITIATIVE] L’aviron, passion du maire 
et des Gravelinois

Piscine : Orvault nage avec ses voisins

Piscine : Orvault nage avec ses voisins

Saint-Brès, une piscine " exceptionnelle"

Saint-Brès, une piscine " exceptionnelle"

Plus d'articles