Nous suivre Acteurs du sport

Bafa et BAFD: ce que change la réforme

Didier Barthel

Sujets relatifs :

, ,

Toujours non professionnels
Ces deux diplômes sont destinés à « permettre d'encadrer à titre non professionnel, de façon occasionnelle, des mineurs en accueil de loisirs ». Ils ne sont pas inscrits au registre national des certifications professionnelles (RNCP) et attestent avant tout d'un « engagement social et citoyen » dans le cadre d'une mission éducative. La réforme ne modifie pas ces principes fondamentaux. Pourtant, ils sont de plus en plus fréquemment utilisés dans le cadre professionnel avec le développement des activités périscolaires. Le décalage entre ces diplômes et l'usage qui en est fait devrait donc persister.

Le décret n° 2015-872 et l'arrêté du 15 juillet 2015 ont engagé une rénovation du brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (Bafa) et d'aptitude aux fonctions de directeur (BAFD). Une instruction publiée le 4 novembre 2015 en précise les modalités.

La réforme des diplômes de l'animation redéfinit les fonctions tant d'animateur que de directeur d'accueil collectif de mineurs. Les objectifs de chaque formation sont plus nombreux et deviennent plus ambitieux.

 

Travail en équipe

Parmi les ajouts, on note l'importance dorénavant donnée au travail en équipe, à la transmission et au partage des « valeurs de la République, notamment la laïcité » ainsi qu'à la capacité de « situer son engagement dans le contexte social, culturel et éducatif ». La nouvelle formation des directeurs fait plus explicitement référence à la connaissance du cadre réglementaire des accueils de mineurs. Elle renforce aussi les aptitudes de coordination et de formation de l'équipe d'animation. De plus, le directeur doit désormais prendre en compte dans son projet pédagogique « l'accueil de mineurs atteints de troubles de la santé ou porteurs de handicaps ».

 

Stage pratique

La réforme impose également un stage pratique de Bafa moins morcelé qu'auparavant. D'une durée minimale de quatorze jours, il doit désormais se dérouler au plus en deux fois. Il n'est plus valable d'effectuer un stage pratique en « accueil de jeunes » pour mineurs de 14 à 17 ans mais devient possible d'effectuer une partie du stage pratique (au maximum douze demi-journées) dans un accueil périscolaire. Les stagiaires préparant le BAFD doivent être en situation d'encadrement. À l'issue de son deuxième stage pratique, le candidat dispose d'un délai d'un an maximum pour transmettre son bilan de formation BAFD à la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS).

 

Simplifications administratives

En contrepartie, la gestion administrative de ces deux diplômes et son application informatique sont simplifiées. Ainsi l'organisme de formation n'a plus à fournir de projet pédagogique lors de la déclaration à l'administration d'une session de formation. Par ailleurs, la validation de la session théorique est désormais de la responsabilité du directeur de la session alors qu'elle relevait auparavant de la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) du département où avait lieu le stage. De même, la validation du stage pratique n'est plus de la compétence d'un inspecteur de la jeunesse et des sports mais dépend de l'avis motivé du directeur ou de l'organisateur de l'accueil où est effectué le stage. Les procédures de transmission de la validation des stages pratiques devraient par ailleurs être prochainement entièrement dématérialisées.

Pour en savoir plus - Décret n° 2015-872 du 15 juillet 2015 relatif aux brevets d'aptitude aux fonctions d'animateur et de directeur en accueils collectifs de mineurs, http://bit.ly/1MPyKfO - Arrêté du 15 juillet 2015, http://bit.ly/1LIcgtd

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Interview : Frédéric Gil, directeur des affaires publiques du GIP France 2023 rugby

Interview : Frédéric Gil, directeur des affaires publiques du GIP France 2023 rugby

Frédéric Gil est directeur des affaires publiques du GIP France 2023 rugby. « C’est toute une nation qui doit bénéficier de l’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023 »   Quelles[…]

Interview de Cédric Leroy : "La notion d’héritage après les Jeux me semble cruciale"

Interview de Cédric Leroy : "La notion d’héritage après les Jeux me semble cruciale"

La professionnalisation doit prendre plus d’ampleur non pas pour remplacer le bénévolat mais pour lui permettre de continuer à s’engager

La professionnalisation doit prendre plus d’ampleur non pas pour remplacer le bénévolat mais pour lui permettre de continuer à s’engager

Metier : interview de François Beauchard

Metier : interview de François Beauchard

Plus d'articles