Nous suivre Acteurs du sport

Avec la Ryder Cup, le golf veut faire son trou

Denis Cheminade • denischeminade@gmail.com

Sujets relatifs :

Chiffres clés
- 410 000 licenciés dont 113 000 femmes (27,5 %).
- 158 000 compétiteurs, 27 000 compétitions comptant pour l'index, 1 million de cartes de scores.
- Index médian des licenciés: 31 (22 000 ont un index inférieur à 10).
- 733 golfs dont 602 golfs 9 trous et plus, 13 nouvelles structures ouvertes en 2017.
- 624 écoles de golf, 1 400 enseignants professionnels, 1 600 animateurs sportifs et bénévoles de clubs.
- Centre national: golf national de Saint-Quentin en Yvelines, avec un centre de formation initiale et professionnelle, équipe pédagogique composée de 47 personnes.
- Budget : 27 millions, 70 % de ressources propres (licences), 12 % redistribués aux ligues.
- Fédération française de golf, 63 rue Anatole-France, 92309 Levallois-Perret.

Avec la Ryder Cup, le golf veut faire son trou

© eventimages21 - adobestock

Pour la première fois, la France accueillera la Ryder Cup du 25 au 30 septembre 2018. Mais l'impact événementiel n'est qu'une partie des raisons qui ont conduit la fédération à se lancer dans l'aventure. Elle compte en effet sur cet événement planétaire pour franchir un cap dans le développement du golf en France et accroître son rayonnement dans le monde.

Pour la Fédération française de golf (FFGolf), l'aventure commence en 2009, quand elle décide de candidater à l'accueil de la Ryder Cup 2018. Une campagne conclue victorieusement en 2011 et qui l'engage, selon le contrat qui la lie avec les organisateurs jusqu'en 2022, année où la manifestation sera une nouvelle fois organisée sur le sol européen. Pour Pascal Grizot, le patron de l'organisation, « c'est une compétition à l'importance planétaire, (dont on) ne mesure pas (en France) l'impact qu'elle peut avoir ». Pendant la semaine de la Ryder Cup, 2500 journalistes déferleront sur le golf national de Saint-Quentin en Yvelines où afflueront chaque jour les 50000 spectateurs. Près d'un milliard de téléspectateurs répartis dans 185 pays verront les images. Seuls la Coupe du monde de football et les Jeux olympiques bénéficient d'une audience supérieure.

 

150 millions de retombées directes

Les retombées économiques de l'événement seront à la hauteur. Elles sont évaluées à 150 millions d'euros de retombées directes et 226 millions en indirectes. Financièrement, les engagements de la fédération sont de 36 millions d'euros. 16 millions sont apportés par les golfeurs eux-mêmes qui, à l'époque, ont voté à 83 % une augmentation de la licence de 3 euros pendant onze années. Un pécule conséquent qui a permis de financer la campagne de candidature, les frais d'accueil qui incombent au pays hôte (1,5 million d'euros par an pendant une période de douze années), et un continuum d'actions qui s'inscrivent dans le plan de développement du golf européen. Au-delà de la France, la Ryder Cup contribue ainsi à développer le golf sur tout le continent. Les partenaires privés (11 millions) complètent le budget. Pour l'essentiel, les contributions de l'État et des collectivités ont été investies dans les travaux de mise à niveau du golf national qui feront partie de l'héritage de la manifestation.

« Événement emblématique du golf, la Ryder Cup c'est une comète. Elle passe pour la première fois en France et on ne sait pas quand elle repassera. La fédération avait la volonté d'offrir cet événement à tous les golfeurs », évoque Pierre Lasfargue, directeur territoires, équipements et environnement à la FF golf. Mais l'impact événementiel n'est qu'une partie des raisons qui ont conduit la fédération à se lancer dans l'aventure. En devenant pays hôte, la fédération a pleine confiance dans le fait que l'événement saura donner le coup d'accélérateur pour franchir un cap majeur dans le développement du golf en France et accroître son rayonnement dans le monde. Dès l'origine, les objectifs sont clairement affichés:
- rendre le golf accessible à tous, notamment à travers la création d'un réseau de 100 golfs compacts urbains et augmenter le nombre de golfeurs;
- favoriser l'émergence de champions qui performent au plus haut niveau mondial;
- améliorer la notoriété du golf en accueillant de grands événements;
- faire de la France une destination golfique en affichant la qualité des parcours français.

 

100 petites structures

Axe le plus visible, l'objectif de créer 100 petites structures de golf sera atteint. « 93 ont déjà été réalisées ou sont en cours de travaux », explique Pierre Lasfargue. « 75 % sont portées par des maîtres d'ouvrage privés. » La raison? une plus grande difficulté pour les maîtres d'ouvrage publics à décider de leur création et à obtenir les autorisations nécessaires. « Au début, nous avons rencontré des réticences. Mais les petits golfs ont été implantés à proximité des bassins de population, rapprochant ainsi les pratiquants des lieux de pratique et fidélisant de nouveaux joueurs. Quand ceux-ci progressent, ils rejoignent les grands golfs. L'objectif de démocratisation est aussi atteint. Quand un green fee coûte de 50 à 80 euros pour un 18 trous, dans une petite structure il est en moyenne de 15 euros. Enfin, ces petites structures ont apporté à la fédération 15000 licenciés », poursuit Pierre Lasfargue

 

Un rêve de gamin

Pour la directrice technique nationale (DTN), Maïtena -Alsuguren, l'effet motivationnel de la Ryder Cup est évident. « Elle crée une dynamique. Pour les joueurs, envisager de participer à la compétition est un rêve de gamin. Organiser la compétition en France rapproche ce rêve, ça l'entretient. Pour les jeunes ça le décuple. ». Les Français tardent cependant à marquer leur empreinte sur les classements mondiaux. Sans doute parce que passer des circuits amateurs aux circuits professionnels est une vraie rupture. Les joueurs pros ont le statut de travailleur indépendant. C'est avec leurs gains qu'ils doivent subvenir aux frais de compétition et à l'entretien des professionnels dont ils ont besoin pour progresser. « Nous repérons les projets très en amont pour les accompagner dès cette période et pour faciliter le passage en circuit pro », poursuit la DTN. « Nous les soutenons financièrement, nous aidons à l'encadrement, nous mobilisons autour d'eux l'expertise de haut niveau nécessaire. » Et comme dans le golf beaucoup de choses se passent aux États-Unis, « après le Bac, nous aidons les jeunes à rejoindre les équipes de golf des universités américaines et à y poursuivre des cycles universitaires ».

 

Réserves de biodiversité

Enfin, il est un domaine dans lequel la Ryder Cup joue aussi un rôle d'accélérateur, celui de l'environnement. Initiée depuis 2004, la démarche environnementale fédérale a pris un nouvel essor à travers une collaboration établie avec le Muséum national d'histoire naturelle lors de la mise à niveau du parcours du golf national pour ce tournoi majeur. L'objectif est de faire des 33000 hectares de golfs des réserves de biodiversité en rapprochant gestionnaires de golfs et associations naturalistes locales. Un renversement de perspective soutenu par l'Union européenne de golf qui se propose de le déployer largement. Après la Ryder Cup, il faudra attendre la fin du programme de développement en 2022 pour juger du résultat final. Mais dès à présent, il montre que l'on peut organiser un événement mondial dans le cadre de budgets maîtrisés avec la volonté d'impacter positivement la pratique amateur.

La Ryder Cup
C'est une compétition par équipe qui oppose une sélection de douze joueurs américains à une équipe de douze joueurs européens. C'est le seul match sportif au monde avec une équipe européenne. Elle est organisée tous les deux ans alternativement sur le continent américain et sur le sol européen. L'équipe européenne, dont la composition sera arrêtée au terme du processus de sélection le 3 septembre 2018, sera constituée des quatre premiers joueurs du classement européen, suivis des quatre premiers du classement mondial. Le capitaine Thomas Bjorn complétera l'équipe par quatre sélections personnelles. Compte tenu de leur classement, il est peu probable qu'un joueur français puisse se qualifier par les points. C'est plutôt dans le cadre des choix du capitaine que la présence française pourra être assurée. Une semaine de compétition : la Ryder Cup ne se résume pas aux trois jours de match. Le lundi et le mardi, les deux équipes de la Junior Ryder Cup s'affronteront sur le parcours du golf de Disneyland Paris. Du mardi au jeudi, le public pourra assister aux entraînements des deux équipes au golf national et assister à de nombreux événements. La Ryder Cup elle-même dure trois jours, du vendredi au dimanche. Formule de jeu : les joueurs américains et européens se rencontrent selon trois formules de jeu: quatre balles, foursomes et simples, toutes disputées en match-play. Dans la formule match-play, le tournoi est un duel où chaque trou est gagné, perdu ou partagé lorsqu'il y a égalité. Sur chaque trou, le joueur qui entre la balle dans le plus petit nombre de coups gagne un point. Le joueur gagne le duel lorsque son score dépasse le nombre de trous restant à jouer. Palmarès : les États-Unis ont remporté vingt-six des trente-neuf éditions. Sur les dix dernières éditions, l'Europe compte sept victoires. À ce jour, trois Français ont joué la Ryder Cup: Jean Van de Velde en 1999, Thomas Levet en 2004 et Victor Dubuisson en 2014. Thomas Levet et Victor Dubuisson ont tous deux gagné une Ryder Cup.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdomadaire d’Acteurs du Sport

Nous vous recommandons

Gouvernance territoriale du sport : les collectivités sous tutelle ? Les élus l'ont-ils bien compris ?  Par Patrick Bayeux

Gouvernance territoriale du sport : les collectivités sous tutelle ? Les élus l'ont-ils bien compris ? Par Patrick Bayeux

Le projet de décret relatif aux conférences régionales du sport et aux conférences des financeurs du sport va être une nouvelle fois examiné au Conseil d’État vendredi puis[…]

La circulaire de rentrée sport 2020 du ministre et de la ministre déléguée

La circulaire de rentrée sport 2020 du ministre et de la ministre déléguée

Sport : un rapport du Sénat pointe « le désengagement de l’État »

Sport : un rapport du Sénat pointe « le désengagement de l’État »

Plan de relance dans le sport : pour France urbaine le compte n’y est pas

Plan de relance dans le sport : pour France urbaine le compte n’y est pas

Plus d'articles