Nous suivre Acteurs du sport

abonné

Avec la crise, les équipements sportifs passent à la e-réservation

Véronique Vigne-Lepage

Sujets relatifs :

Avec la crise, les équipements sportifs passent à la e-réservation

© Ville de Reims

Si la e-réservation de créneaux était déjà effective dans certains sports, elle était rare dans les piscines… Jusqu’au déconfinement et l’obligation de n’accueillir du public que sur rendez-vous. Nombre de collectivités ont découvert cet outil à cette occasion… et y piochent de nombreuses idées pour faire évoluer leur offre, tant vis-à-vis des usagers que des clubs. Avec comme maîtres mots : souplesse, responsabilisation et peut-être même de nouvelles recettes.

À la sortie du confinement, l’été s’annonçant chaud et les Français aspirant à bouger, le Gouvernement a autorisé une réouverture des piscines dès le 2 juin. Mais avec une jauge très réduite et l’obligation d’entrées sur réservation de créneaux entre lesquels une désinfection totale devait être effectuée. Un challenge organisationnel pour les collectivités et autres gestionnaires, avec un double enjeu : accueillir les usagers en toute sécurité, notamment en évitant les files d’attente, mais aussi rendre les contraintes les plus souples possible, afin d’atteindre, malgré tout, la jauge maximale autorisée et ainsi limiter les pertes financières. Dans ce contexte, la réservation en ligne est apparue comme une réponse évidente.

Réservation en ligne : adaptation des outils existants

Cet outil n’a rien de très nouveau : la Fédération française de tennis, notamment, propose depuis des années les plateformes Adoc et Ten’Up, grâce auxquelles les clubs peuvent gérer les plannings d’utilisation des courts, et les joueurs en réserver. Mais dans les piscines, cette solution était, avant la crise sanitaire, encore émergente. Or leurs gestionnaires ont dû faire leur choix en quinze jours parmi l’offre en la matière.

« Nous avons l’outil de Jesplan pour la réservation de salles associatives ou culturelles, mais nous avons plutôt recyclé une solution de réservation permettant aussi le paiement en ligne, que nous avait déjà fournie un prestataire local pour des événements », témoigne Samuel Musy, directeur des systèmes d’information du Grand Besançon. Faute de temps, ce système n’a cependant pas pu être couplé au dispositif de contrôle d’accès, un agent a dû être placé à l’entrée.

Covid-19 : traçabilité des usagers

La station haut-savoyarde Avoriaz a opté, elle, pour l’option réservation en ligne créée par Affluences sur la plateforme Saas (*) qui suit déjà la fréquentation instantanée de la piscine. Pour l’usager, pas de création de compte, mais une confirmation de réservation, puis un rappel, par mail. « Cela nous a permis de gérer une forte demande face à une baisse de jauge de 450 à 250 places. L’intérêt était aussi la traçabilité :[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

À Créteil, le squash ne fait pas de complexe

À Créteil, le squash ne fait pas de complexe

Alors qu’il n’était à l’origine qu’un complément d’offre au sein du centre Marie-Thérèse Eyquem de Créteil, le squash apporte aujourd’hui un tiers des recettes de cet[…]

27/11/2020 |
Le squash veut partager les équipements

Le squash veut partager les équipements

Blagnac veut développer son portail « sports »

Blagnac veut développer son portail « sports »

Palmarès des villes marchables

Palmarès des villes marchables

Plus d'articles